feston

(Mot repris de festons)

feston

n.m. [ it. festone ]
1. Guirlande de fleurs et de feuillage suspendue en arc et servant de décor.
2. Point de broderie dont le dessin forme des dents arrondies ou pointues qui terminent un bord du tissu.

feston

(fɛstɔ̃)
nom masculin
couture décoration sur le bord d'un tissu drap orné de festons

FESTON

(fè-ston) s. m.
Mélange de fleurs, de feuilles et de petites branches liées en cordon qu'on emploie dans les fêtes et les occasions de galanterie pour parer des appartements, des temples, des façades.
Il fit joncher les chemins de fleurs et de festons [VAUGEL., Q. C. IX, 2]
De festons odieux ma fille couronnée [RAC., Iph. v, 4]
Le pampre vert qui pendait en festons [FÉN., Tél. I]
Quand la feuille en festons a couronné les bois, L'amoureux rossignol n'étouffe point sa voix [A. CHÉN., Élég. X]
Par extension.
Les vieux arbres ont disparu ; la hache éclaircit tous les jours ces belles forêts qui décoraient d'un long feston mobile le sommet de ces coteaux [CAP, Audubon, p. 12]
Terme d'architecture. Ornement en forme de festons.
Ce ne sont que festons, ce ne sont qu'astragales [BOILEAU, Art p. I]
Fig. et populairement. Faire ou décrire ou dessiner des festons, aller en zigzag. Un ivrogne qui fait des festons.
Il se dit de découpures en forme de festons. Découper en festons les bords d'une collerette. Ruban à festons.
Ses doigts [d'un oiseau] sont à demi palmés, largement frangés des deux côtés d'une membrane découpée en festons [BUFF., Ois. t. XV, p. 338, dans POUGENS]
Feston ou point de feston, point de broderie qui se fait ainsi : on met le fil sous le pouce gauche, on prend un peu de l'étoffe par-dessus ce fil qui est sous le doigt et on tire, puis on recommence ; le point se trouve comme noué en faisant un léger rebord. Broderie que compose ce point. Un col au feston. Feston de rose, espèce de feston dont le point, au lieu de représenter le contour d'une dent, fait la dent pleine.
Terme de tapissier. La partie de draperie retroussée en petits flots croisés, que l'on met par le haut d'une tenture, d'une croisée, pour cacher la tête des rideaux.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les armoiries estoient entournoyées d'ung joyeux feston de myrtes, lauriers et orangiers [RABELAIS, Sciomachie.]
    La caressant [la divinité] par l'odeur des encens et sons de la musique, festons et bouquets [MONT., II, 256]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. festone. L'étymologie paraît être le latin festum, fête, à cause de l'emploi des festons dans les fêtes. Cependant Grandgagnage, citant le wallon fêsî, entrelacer de l'osier, tire feston du germanique : Aix-la-Chapelle, fitz, baguette, verge.

feston

FESTON. n. m. Guirlande ou faisceau de petites branches d'arbre, garnies de leurs feuilles et entremêlées de fleurs, de fruits, etc., qui sert ordinairement de décoration, et que l'on suspend alors par les extrémités, de manière que le milieu retombe. Le portail de cette église était orné de festons le jour de telle fête. Les rues étaient décorées de festons.

Il se dit par analogie des Décorations en forme de festons dont les architectes, les sculpteurs, les peintres ornent leurs ouvrages. Une corniche ornée de festons, de festons de fleurs.

Il se dit également de Découpures en forme de festons. Découper en festons les bords d'une collerette. Ruban à festons.

feston


FESTON, s. m. [Fèston: 1reè moy.] Faisceau de petites branches d'arbres, garnies de leurs feuilles, et entremélées de fleurs et de fruits. — Ornement d'Architectûre, qui représente ces sortes de festons.
   Ce n'étoient que festons, ce n'étoient qu'astragales.

Traductions

feston

Girlande

feston

festone

feston

[fɛstɔ̃] nm (ARCHITECTURE)festoon (COUTURE)scallop