feurre

(Mot repris de feurres)

FEURRE

(feu-r') s. m.
Paille de toute sorte de blé.
Les menues denrées que les gens de village et menu peuple vendent en détail et non en gros, comme œufs, beurre.... fruits, verjus, feurres, pailles, pots de terre [, Édit. nov. 1640]
Paille longue pour empailler les chaises.

REMARQUE

  • Autrefois on prononçait fouare ; de là, à Paris, le nom de la rue du Fouare, c'est-à-dire rue de la Paille, ainsi nommée parce qu'on y vendait la paille qui servait aux écoliers pour joncher leurs classes.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Alés en fuerre [allez fourrager], s'il vous plaist, le matin [, Garin, dans DU CANGE, fodrum]
  • XIVe s.
    Nos maistres d'ostel pour nous pourront, hors bonnes villes, faire prendre.... feurres, se ils les trouvent battus, et fiens [foins] pour la necessité de nos hostieuz pour la journée [, Ord. des rois de Fr. t. III, p. 58]
  • XVe s.
    J'actens bon temps, endurant en humblesse ; Car j'ay espoir que Dieu ma guerison Ordonnera ; pour ce m'a sa haultesse Mis pour meurir ou feurre de prison [CH. D'ORL., Bal. 122]
  • XVIe s.
    Un seigneur de paille, fuerre ou beurre, vainc et mange un vassal d'acier [LOYSEL, 653]
    Ils couvrent les pommes avec du foirre, des linges, des couvertes, mesme avec des coettes de plume [O. DE SERRES, 248]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, foûr ; espagn. et portug. forro ; ital. fodero ; du germanique : anc. h. allem. fuotar ; anc. scandin. fôdr ; allem. Futter, fourrage. Futter et l'anglais food signifient essentiellement nourriture ; sanscrit, push, nourrir.

feurre

FEURRE. n. m. Paille de blé, de seigle, etc.

Il a vieilli dans cette acception et désigne plus ordinairement la Paille longue dont on se sert pour couvrir les maisons, les granges ou pour rempailler les chaises.

feurre

Feurre, Cerchez Foarre.