fi

fi

interj. [ onomat. ]
Litt. Exprime le dégoût, le dédain, le mépris : Fi ! Le vilain mensonge !
Faire fi de,
ne pas attacher d'importance ou de valeur à : Elle fait fi des rumeurs elle les méprise, les dédaigne
FIFréquence Intermédiaire
FIFutura International

fi

(fɛʀfidə)
verbe
ne pas tenir compte de Il a fait fi de mes avertissements.

FI1

(fi) interj.
Exprime le blâme, le dédain, le mépris. Fi ! c'est mal, c'est honteux.
Ah ! quel honteux transport ! fi ! tout cela n'est rien [MOL., Femm. sav. V, 5]
Ma robe vous fait honte ; un fils de juge, ah ! fi ! [RAC., Plaid. I, 4]
Se construit avec la préposition de.
Adieu donc ; fi du plaisir Que la crainte peut corrompre ! [LA FONT., Fabl. I, 9]
Ses dernières paroles [de Marguerite d'Écosse] furent : Fi de la vie ! qu'on ne m'en parle plus [DUCLOS, Hist. Louis XI, Œuv. t. v, p. 63, dans POUGENS]
Faire fi d'une chose, la dédaigner Fi donc, se dit surtout quand on entend exprimer quelque chose qui blesse la délicatesse, et aussi quelque chose d'équivoque et de gaillard.
Hé fi donc, monsieur, vous me faites rougir [DANCOURT, Foir. de Besons, sc. 8]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Honis soit-il et ses preechemens, Et honis soit qui de lui ne dit fi ! [HUES D'OISI, Romanc. p. 103]
    Fi de richesse ! fi d'avoir ! Miex valent d'amours deus baisiers Que pleine bourse de deniers [, Bl. et Jeh. 2292]
    De par ma langue [je] vous desfi ; Vous en yrez de fi en fi [de mal en pis] Jusqu'en enfer le roié [RUTEB., 247]
  • XVe s.
    Fy de l'avoir, se beauté n'est en femme Et la bonté ; je ne veuil que gent corps, Doulz et courtois ; il n'est si biaux tresors D'omme, d'avoir courtoise et belle dame [E. DESCH., Poésies mss. f° 439, dans LACURNE]
    Fy de fortune, fy d'amour mondaine, fy du monde ; car tout est faulx [, Perceforest, t. IV, f° 151]
  • XVIe s.
    Fy d'avoir qui n'a joie, et d'amour sans monnoye [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Le latin fi, phi, ou phy, interjection qui a un sens un peu différent, exprimant l'étonnement, la surprise.

fi

FI. Interjection familière, dont on se sert pour exprimer le mépris, la répugnance, le dégoût qu'inspire quelqu'un ou quelque chose. Ah! fi! que cela est mal! Fi donc! Fi! le vilain!

Faire fi de signifie Dédaigner, mépriser. Je fais fi d'un honneur ainsi obtenu. Elliptiquement, Fi d'un honneur ainsi obtenu!

fi

Fi, Est interjection rejective, dont le François use quand il abhorre quelque chose, Apage. Comme, Fi le vilain, Impurum ac sordidum hunc apage, vel apagete. Et par plus grande abhorrence il la redouble, Fi, fi, Le mot peut estre imité de Fimus. Latin, qui signifie fiens, ou fiente, par apocope, comme, si le François par cette diction rejective des choses qu'il veut abhorrer, disoit, ostez au loing cela: car c'est ordure et chose puante comme fiens.

fi


FI!   Interj. On s'en sert dans le discours familier, pour témoigner du mépris, du dégoût. Fi le vilain! "Fi de la bone chère, quand il y a de la contrainte! "Fi de l'avarice!

Traductions

fi

FI

fi

fi

fi

FI

fi

FI

fi

FI

fi

[fi] excl
faire fi de [+ conventions] → to flout