fiacre

fiacre

n.m. [ de saint Fiacre, dont l'effigie ornait l'enseigne d'un bureau de voitures de louage à Paris ]
Anc. Voiture tirée par des chevaux, à quatre roues et à quatre places.

fiacre

(fjakʀ)
nom masculin
voiture tirée par des chevaux faire une promenade en fiacre

FIACRE1

(fia-kr') s. m.
Carrosse, voiture qui stationne sur les places et que l'on prend pour un prix fixé à la course ou à l'heure.
....Carrosses Dont les cuirs tout rapetassés Représentaient le simulacre De l'ancienne voiture à fiacre, [, Mazarinade de 1652]
On les voit [deux chevaux] au timon du doyen des carrosses, Construit sur le patron d'un fiacre décrépit [FURETIÈRE, Factums, t. II, p. 296]
Philis, qu'est devenu ce temps Où dans un fiacre promenée ... [VOLT., Épît. XXVIII]
Par extension, le cocher de fiacre.
Hé bien ! qu'est-ce que me vient conter cette chiffonnière ? répliqua l'autre en vrai fiacre : Gare ! prenez garde à elle, elle a son fichu des dimanches ! [MARIVAUX, Marianne, 2e partie]
On trouva un honnête fiacre qui déposa qu'il avait mené madame Genep à la porte des jésuites avec des sacs pleins d'or ; c'était apparemment un fiacre janséniste [VOLT., Polit. et législ. Probabilité en fait de justice, veuve Genep.]
Je me rappelle les beaux attelages de l'empereur Napoléon, de Charles X et de Louis XVIII, qui, mené avec la plus grande rapidité, disait à son cocher : Germain, tu me conduis comme un fiacre [ALPH. KARR., les Guêpes, mai 1840]
Populairement. Jouer, chanter comme un fiacre, jouer, chanter très mal. Jurer, sacrer comme un fiacre, prononcer beaucoup de jurements.
Par dénigrement, mauvaise voiture.
On dit aussi d'un homme qui a fait maladroitement une chose, d'un avocat, d'un écrivain maladroit : Quel fiacre !

ÉTYMOLOGIE

  • Un nommé Sauvage établit le premier en 1640 les voitures de louage, dites d'abord carrosses à cinq sous (on ne payait que cinq sous par heure), rue Saint-Martin, dans une grande maison nommée l'Hôtel Saint-Fiacre, parce qu'une image de saint Fiacre y était pendue ; de l'hôtel le nom passa aux voitures.

FIACRE (SAINT-)2

(fia-kr') s. m.
Mal de Saint-Fiacre, ancien nom de divers maux dont on guérissait par l'intercession de saint Fiacre, tel que les fics, le flux de ventre, les hémorroïdes, etc.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    De saint Fiacre puist estre pelerin. Et de saint Mor qui par goutes fina [EUST. DESCH., Poésies mss. f° 220]
    Il mourut d'une maladie qu'on nomme Saint Fiacre, c'estoit un flux de ventre merveilleux avec hemorrhoïdes [JUVÉNAL DES URSINS, Hist. de Charles VI, p. 394, dans LACURNE]
    Il accoucha malade de la maladie Saint Fiacre, dont il mourut [AL. CHART., Œuvres, p. 55]

ÉTYMOLOGIE

  • Fiacre, nom d'un moine irlandais du VIe siècle qui vint en Gaule et qui est le patron des jardiniers.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • FIACRE. - ÉTYM. Ajoutez : C'est aux cochers et aux carrosses de louage que Sarrazin a voulu faire allusion dans la Pompe funèbre de Voiture, quand il dit que Lyonelle suivit la reine de Sarmatie dans le char de l'enchanteur Fiacrou, Œuvres de M. Sarrazin, Paris, 1656, p. 295.

fiacre

FIACRE. n. m. Voiture de place. Le mot de fiacre vient de ce que les premiers carrosses de cette espèce étaient remisés à l'image Saint- Fiacre. Une station de fiacres. Le numéro d'un fiacre. Un cocher de fiacre.

fiacre


FIACRE, s. m. [Fia-kre: 2e e muet.] C'est le nom, et d'un carrosse de place et du cocher qui le conduit. — On le dit, par mépris, d'un méchant carrosse.

Traductions

fiacre

cab, hackney-coach

fiacre

coche de alquiler o simón

fiacre

araba

fiacre

[fjakʀ] nmhackney cab, carriage