fichu, ue

FICHU, UE1

(fi-chu, chue) adj.
Terme de mépris. Mal fait, ridicule, inconvenant. Voilà un fichu drôle. Un fichu compliment.
Sa naïveté nous délasse de l'esprit fichu de Mlle du Plessis [SÉV., 242]
Pour votre frère, c'est un homme admirable ; il n'a jamais pu se passer de gâter les merveilles qu'il avait faites aux états par un goût fichu, et un amour sans amour, entièrement ridicule ; l'objet s'appelle Mlle de la Coste, elle a plus de trente ans.... [ID., Lett. 25 oct. 1679]
Oui, vous avez raison, mon fils ; le bonhomme Prométhée fera une fichue figure, soit qu'il assiste au baptême de Pandore, sans dire mot, soit qu'il aille, comme un valet de chambre, chercher les Jeux et les Plaisirs pour donner une sérénade à l'enfant nouveau-né [VOLT., Lett. Chabanon, 29 janv. 1768]
Très familièrement. Perdu sans ressource. Il est fichu. C'est autant de fichu.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il est bien fichu [il est mal fait, mal bâti] [OUDIN, Curios. fr.]
    Jean fichu l'aisné [un badin] [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Ce que l'on connaît de plus ancien sur ce mot ne remonte pas haut ; aussi ne sait-on guère comment l'expliquer. Est-ce un euphémisme pour un mot grossier que la décence exclut ? Ou plutôt n'est-ce pas une forme particulière pour donner à fiché un sens spécial et populaire ? L'examen de l'historique de ficher 1, où ce verbe a le sens de mettre avec plus ou moins de vivacité, rend probable cette dernière opinion.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. FICHU. - ÉTYM. Ajoutez : D'après les remarques ci-dessus sur ficher 2 et fichtre, c'est le mot grossier qu'il faut voir dans fichu, mais avec effacement complet du mauvais sens.