fieffé, ée


Recherches associées à fieffé, ée: être piqué

FIEFFÉ, ÉE

(fiè-fé, fée) part. passé.
Qui tenait quelque chose en fief. Homme fieffé. Sergent fieffé, sergent pourvu d'un fief. Il y avait au châtelet de Paris quatre sergents fieffés.
Ces Longueil sortaient récemment d'un huissier fieffé du village de Longueil en Normandie [SAINT-SIMON, 376, 87]
Qui est donné en fief. Domaine fieffé.
Fig. et familièrement. Il se joint à une appellation injurieuse qu'il renforce, comme si cette appellation était un fief dont on décore la personne.
Je veux dire que tu es un coquin fieffé [HAUTEROCHE, Cocher supposé, sc. 18]
Et vous, filoux fieffés, ou je me trompe fort, Mettez, pour me jouer, vos flûtes mieux d'accord [MOL., l'Ét. I, 4]
Mais quoi ! si votre père est un bourru fieffé Qui s'est de son Tartuffe entièrement coiffé.... La faute à votre amant doit-elle être imputée ? [ID., Tart. II, 3]
S'il dit vrai, je suis folle et coquette fieffée [DESTOUCHES, Phil. mar. II, 3]
Il a su qu'en ce monde on voit certains savants Qui sont, ainsi que vous, de fieffés ignorants [VOLT., les Systèmes.]