figuratif, ive


Recherches associées à figuratif, ive: non figuratif

FIGURATIF, IVE

(fi-gu-ra-tif, ti-v') adj.
Qui représente la figure, la forme d'un objet. Plan figuratif. Carte figurative. Écriture figurative, celle qui est formée de la représentation des objets. Les hiéroglyphes sont une écriture figurative.
Terme de jurisprudence. Confrontation figurative, acte qui a lieu lorsque, le témoin ne pouvant être présent, on fait usage de sa déposition que l'on communique à l'accusé.
Terme de grammaire grecque. Lettre figurative ou, substantivement, la figurative, la lettre caractéristique de certains temps des verbes grecs, et, particulièrement, du futur et du parfait, et qui sert à les figurer ou former ainsi que les autres temps qui dérivent de ceux-là.
Qui expose par figure, par symbole.
Pour montrer que l'Ancien Testament n'est que figuratif, et que les prophètes entendaient par les biens temporels d'autres biens [PASC., Figuratifs, 16, édit. FAUGÈRE.]
S'il en était de nous ainsi que de ces victimes figuratives de la loi qu'on ne pouvait offrir à Dieu que lorsqu'elles jouissaient d'une santé parfaite [MASS., Panég. Ste Agnès.]
Dieu n'était jaloux à ce point de la sainteté d'un temple et d'un sacerdoce vide et figuratif [celui des Juifs] que pour nous tracer de loin la pureté angélique qu'exigerait le sacerdoce chrétien [ID., Confér. Vocation.]
Je lui expliquai [au chancelier] le fond, la raison, l'esprit de cette grande cérémonie [le sacre], par l'histoire, et tout ce qu'elle a de figuratif [SAINT-SIMON, 299, 97]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Sens mystique ou figuratif [ORESME, Thèse ae MEUNIER.]
  • XVIe s.
    Ceste parole ne pouvoit estre quelque lueur se monstrant seulement par dehors, ou figurative [CALV., Instit. 90]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. figuratiu ; espagn. et ital. figurativo ; du latin figurativus, de figurare, figurer.