fil

fil

n.m. [ lat. filum ]
1. Brin long et fin de matière textile : Un fil de laine. Une bobine de fil.
2. Matière filamenteuse sécrétée par les araignées et certaines chenilles.
3. Cylindre de faible diamètre obtenu par l'étirage d'une matière métallique : Un fil de fer.
4. Conducteur électrique constitué d'un ou de plusieurs brins métalliques et entouré d'une gaine isolante : Un fil téléphonique.
5. Sens dans lequel s'écoule un cours d'eau : Le poisson suit le fil de la rivière courant
6. Enchaînement logique, progression continue de : Il a perdu le fil de l'histoire cours, suite
7. Partie tranchante d'une lame : Le fil d'un rasoir.
Au fil de,
au long de : Au fil des heures, son inquiétude augmentait.
Coup de fil,
coup de téléphone : Il donne un coup de fil.
Donner du fil à retordre,
causer beaucoup de problèmes, d'ennuis.
Être au bout du fil,
au téléphone avec qqn.
Fil à plomb,
fil au bout duquel est attaché un morceau de métal lourd et qui sert à vérifier la verticalité de qqch.
Fil d'Ariane,
fil conducteur (par allusion au fil que donna Ariane à Thésée pour se diriger dans le Labyrinthe).
Fil de la Vierge,
filandre.
Fil rouge,
personne ou chose qui sert de lien entre les différentes composantes d'un tout ; ce que l'on peut suivre pour comprendre le déroulement de qqch : Une chanteuse sera le fil rouge de notre émission.
Ne pas avoir inventé le fil à couper le beurre,
ne pas être très malin.
Ne tenir qu'à un fil,
être fragile, précaire : Sa vie ne tient qu'à un fil.
FILFrance Image Logiciels
FILFrance Images Logiciels
FILFrance Inter Lorraine

FIL

(fil ; au pluriel, l's ne se lie pas ; cependant plusieurs la lient : des fil-z argentés. Au XVIIe siècle on prononçait fi ; l'l ne se prononce dit Chifflet, Gramm. p. 209, qu'en cette phrase de fil en aiguille. Au XVIe siècle Palsgrave, p. 24, remarque aussi qu'on prononce fi) s. m.
Fibre longue et déliée qu'on détache de l'écorce des plantes textiles. Fil de chanvre, de lin.
Ce qui se forme avec des brins de chanvre ou de lin, brins qu'on tord entre les doigts avec le fuseau ou le rouet. Fil de chanvre, de lin. Fil fin. Gros fil. Dévider du fil. Fig.
L'homme ne s'y soutient pas [dans le repos] par l'attache à quelque vérité qu'il connaisse clairement ; mais il s'appuie sur quantité de petits soutiens, et il est comme suspendu par une infinité de fils faibles et déliés à un grand nombre de choses vaines et qui ne dépendent pas de lui [NICOLE, Ess. mor. 1er traité, chap. XI]
Fig. Il le faut fournir de fil et d'aiguille, c'est-à-dire il lui faut fournir toutes les choses dont il a besoin. Des finesses cousues de fil blanc, des finesses grossières et qui sautent aux yeux. Fig. et familièrement. De fil en aiguille, de propos en propos, en passant d'une chose à une autre ; locution prise du travail de la couturière, qui, après avoir mis un fil, coud avec l'aiguille, et, après avoir cousu avec l'aiguille, reprend du fil, et ainsi de suite. Ne tenir qu'à un fil, manquer, pouvoir être détruit, etc. pour la moindre cause.
La mienne [vie] ne tient plus qu'à un petit fil ; et je serais fort en colère, si ce petit fil est coupé avant que j'aie encore eu la consolation de revoir le grand homme de ce siècle [VOLT., Lett. roi de Prusse, 20 mai 1750]
Il ne tient qu'à un fil, se dit d'un homme qui est près de perdre sa position, son emploi. Fil retors, celui qui a été tordu plusieurs fois. Fig. et familièrement. Donner du fil à retordre, donner de la peine à quelqu'un, lui causer des embarras, des difficultés.
Grands réviseurs, courage, escrimez-vous, Apprêtez-moi bien du fil à retordre [J. B. ROUSS., Épigr. II, 22]
Avoir du fil à retordre, avoir des embarras, des difficultés. Fil d'étoupes, celui qui reste après qu'on a ôté la meilleure filasse. Fil de plain, celui qui provient du chanvre le plus fort, dans les fabriques de lacet. Fil de pennes, celui qui reste attaché aux ensuples, après que la toile est levée. Faux fil, voy. FAUFIL. Fil à gant, fil très fort avec lequel on coud les gants. Fil sans poids, fil très fin employé dans la fabrication de la batiste. Fil de remise, fil très fin à trois brins qui sert à faire les mailles des lisses dans lesquelles sont passés les fils de la chaîne. Terme de marine. Fil de câbles, le plus gros que l'on file dans les corderies. Fil de haubans, fil moyen. Fil de lusin et fil de merlin, celui qui est le plus fin et qui sert à coudre les voiles. Fil blanc, fil qui n'est pas passé au goudron. Terme de pêche. Fil de pitte, fil qui se fait avec les fibres de l'aloès, de l'yucca.
Ce qui est fait de petits brins de soie, de coton, de laine, etc. tordus ensemble. Fil de laine, de coton, de soie, etc. Fil pers, celui qui est teint avec l'indigo ; fil vergé, celui qui est de diverses couleurs.
Le fil pers, appelé vulgairement fil à marquer, [, Règl. sur les manuf. août 1669, teinture en laine, art. 59]
Et pourront les teinturiers en fil vendre du fil de lin, chanvre, coton, fil à marquer, fil à sangle et retors blanc, et autres couleurs, et ruban de fil de toutes couleurs, [, ib. Teinture en soie, laine et fil, art. 86]
Fil de Turquie, poil de chèvre filé, dit autrement laine de chevron. Fil de trame. Fil de chaîne. Le fil de trame est l'état où le moulinage porte la soie grége, et qui diffère du fil de chaîne ou organsin par la force de l'assemblage, le degré et la nature de la torsion. Terme de manufacture de soie. Fil de lacs, fil très fort à trois brins qui sert à arrêter les cordes que la liseuse a retenues.
Le fil qu'Ariane donna à Thésée pour sortir du labyrinthe.
Ma sœur du fil fatal eût armé votre main [RAC., Phèdre, II, 5]
Un fil n'eût point assez rassuré votre amante [ID., ib.]
Fig. et par allusion. Le fil d'Ariane, ou, simplement, le fil, ce qui dirige. Cette vérité, une fois trouvée, devint pour lui le fil d'Ariane.
Je me vois dans un labyrinthe.... je crois que je tiens le bout du fil [MONTESQ., Esp. XXX, 2]
Ils se trouvèrent égarés comme dans un vaste labyrinthe, sans fil et sans issue [VOLT., l'Ingénu, 13]
Un homme qui saute par la fenêtre, et l'autre après qui avoue.... le fil m'échappe.... il y a là dedans une obscurité [BEAUMARCH., Mar. de Fig. III, 5]
Le fil considéré dans son emploi pour tisser les étoffes.
Mes jours ont été retranchés plus vite que le fil de la toile n'est coupé par le tisserand [SACI, Bible, Job, VII, 6]
Couper de droit fil, ou aller de droit fil, couper de la toile entre deux fils sans biaiser. Par extension, de droit fil, en droite ligne.
Il m'apprit d'abord à piler avec grâce des drogues dans un mortier, et à mettre en place un lavement de droit fil [LESAGE, Estev. Gonz. 17]
Fig.
Contre ses fins cet homme en premier lieu Va de droit fil [LA FONT., Troq]
Par analogie avec les fils dont une toile est tissée.
En tissant le fil de vos faits plus qu'humains [RÉGNIER, Sat. VI]
La religion n'était occupée qu'à renouer les fils sociaux que la barbarie rompait sans cesse [CHATEAUB., Génie, IV, VI, 8]
Fig. Un fil de manqué, quelque chose qui cloche, par comparaison avec un fil manqué dans une trame.
Je dis qu'il y a un fil de manqué [SÉV., 202]
Substance flexible et déliée que les chenilles, les araignées tirent de leur corps. La soie est le fil que produisent les chenilles du mûrier. Une araignée suspendue à son fil.
Un fil de soie d'araignée, quoique prodigieusement fin, est formé de la réunion de plusieurs milliers de fils qui passent par différentes filières [BONNET, Contempl. nat. XII, 4]
Fils de la Vierge, fils de Notre-Dame, filandres qui voltigent dans l'air en automne et qui sont produits par diverses araignées.
Il n'y a pas bien longtemps qu'on sait dans les villes que le fil de la Vierge, qu'on trouve souvent dans la campagne, est un fil de toile d'araignée [VOLT., Dict. phil. Almanach.]
Fil de perles, collier de perles enfilées.
M. de Savoie envoya à Mademoiselle des présents magnifiques, entre autres un fort beau fil de perles [DANGEAU, I, 2, 4 avril 1684]
Cette femme vaine et ambitieuse.... qui traîne sur elle en ses ornements la subsistance d'une infinité de familles ; qui porte, dit Tertullien, en un petit fil autour de son cou, des patrimoines entiers [BOSSUET, Sermon, l'Honneur, I]
Mme de Montespan avait renvoyé au roi, depuis quelque temps, un parfaitement beau fil de perles qu'elle en avait eu [SAINT-SIMON, 75, 222]
Fil à plomb, masse pesante suspendue à l'extrémité d'un fil, indiquant la direction de la pesanteur ou de la ligne verticale, et servant à mettre d'aplomb les ouvrages de charpente et de maçonnerie.
Le fil qui tient à une marionnette et qui sert à la faire mouvoir.
Près des femmes que sommes-nous ? Des pantins qu'on ballotte ; Messieurs, sautez, faites les fous Au gré de leur marotte ; Le plus lourd et le plus subtil Font la danse complète ; Et Dieu pourtant n'a mis qu'un fil à chaque marionnette [BÉRANG., Marionn.]
Fig.
Le remuement des cœurs par le fil secret des passions.... tous ces ressorts resteront inexplicables pour vous [CHATEAUB., Génie, III, III, 1]
Fig. Tenir les fil, faire jouer ou faire aller les fils.
10° Métal tiré à la filière. Fil d'argent. Fil d'archal, voy. ARCHAL. Fil de fer.
Un fil de cuivre, d'un dixième de pouce de diamètre, peut soutenir un poids d'environ trois cents livres avant de se rompre [BUFF., Min. t. V, p. 93, dans POUGENS]
Fil de laiton.
Ces vers se perdent dans la foule des bons ; ce sont des fils de laiton qui servent à joindre des diamants [VOLT., Dict. phil. Style.]
Fil d'or.
Agrippine, mère de Néron, lorsque l'empereur Claude, son époux, donna au peuple un combat naval, y parut habillée d'une longue robe, toute de fil d'or, sans aucune autre matière [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. X, p. 423, dans POUGENS]
Ce beurre est jaune comme fil d'or, il est très jaune. Fil à moule, fil de laiton dont on fait le corps des épingles. Fil de pignon, fil d'acier cannelé dont se servent les horlogers. Pour les treillages, fil normand ou fil à pointe, fil de fer non recuit ; fil à coudre, fil de fer recuit.
11° Le fil de la vie, de nos destinées, de nos jours, etc. ; le cours de la vie, par allusion à la fable des Parques qui filent la destinée de chaque homme et tranchent le fil de la vie.
Je fis soudain trancher le beau fil de sa vie [TRISTAN, Mariane, II, 1]
La colère de ce Dieu qui coupe le fil de ses jours [FLÉCH., Dauph.]
Que le ciseau de la Parque tranche le fil de tes jours [FÉN., Tél. III]
Ils ne coupèrent pas en un clin d'œil le fil de votre vie [MASS., Carême, Impén.]
12° Il se dit des fibres dont l'assemblage forme le bois. Prendre le fil du bois. Suivre le fil du bois.
Ces longues pièces minces pliant beaucoup avant de rompre, les plus petits défauts du bois et surtout le fil tranché contribuent beaucoup plus à la rupture [BUFF., t. VIII, p. 233, dans POUGENS]
Bois de fil, bois employé de manière que toutes les fibres en sont disposées sur la longueur de l'ouvrage. Par analogie, le fil de la viande, la direction des fibres qui la composent. Couper une pièce de bœuf dans le fil. Le fil d'un cristal, la direction qu'en ont suivie les molécules dans la cristallisation.
Le fil et le contre-fil se reconnaissent dans le cristal de roche, non-seulement par la plus ou moins grande facilité de l'entamer, mais encore par la double réfraction qui s'exerce constamment dans le sens du fil et qui n'a pas lieu dans le sens du contre-fil [BUFF., Min. t. VI, p. 115, dans POUGENS]
13° Terme de maçonnerie. Il se dit, dans les pierres et dans le marbre, de petites fentes ou de veines qui divisent la masse en plusieurs parties, et qui la rendent mauvaise. Cette table de marbre s'est cassée dans le fil. Défaut du verre provenant de ce qu'il est mal lié, que le mélange en a été imparfait.
14° Le tranchant d'un instrument coupant, par comparaison avec la ténuité et la délicatesse d'un fil. Le fil d'un couteau, d'un rasoir. Donner le fil à un rasoir, à un sabre, en rendre la lame fort tranchante.
Les guerriers aiguisaient le fil de leurs épées [LAMART., Harold, 25]
On dit dans un sens analogue : ce rasoir, ce sabre, ce couteau a le fil. Ôter le fil à une lame tranchante, la passer sur la pierre à aiguiser pour en ôter la partie faible et pliante du fil. Passer au fil de l'épée, tuer en passant l'épée au travers du corps, en parlant d'un grand nombre d'hommes tués, à cause que l'épée est pris ici dans un sens absolu et collectif. La garnison fut passée au fil de l'épée.
Lorsque le Seigneur votre Dieu vous les aura livrés, vous les ferez tous passer au fil de l'épée, sans qu'il en demeure un seul [SACI, Bible, Deutér. VII, 2]
Quelques troupes ont passé par le [ont été passées au] fil de l'épée [LA BRUY., X.]
Ils passent au fil de l'épée les habitants des villes qu'ils prennent [MONTESQ., Esp. XVIII, 20]
Fig. et populairement. Avoir le fil, être fin, rusé. Je connais ce fil-là, je connais cette ruse, cette tromperie. C'est un fil de commissaire, c'est une ruse qui a la prétention d'être très adroite. Il a un fil de commissaire, il est très adroit
15° Courant de l'eau, par comparaison avec a continuité et le développement d'un fil. Le fil de l'eau est la direction de son cours naturel.
Suivez le fil de la rivière [LA FONT., Fabl. III, 16]
Ce n'est pas s'opposer à un fleuve ni bâtir une digue en son cours pour rompre le fil de ses eaux [BOSSUET, III, Vêture, 4]
C'est sous le fil de l'eau qu'est sa plus grande force de creuser, et par conséquent c'est là que le fond s'abaisse le plus, et il s'y fait une plus grande concavité [FONTEN., Guglielmini.]
Fig.
Dès qu'on est dans le fil de l'eau, il n'y a qu'à se laisser aller ; on fait sans peine une fortune immense [VOLT., Jeannot et Colin.]
Fig. Aller contre le fil de l'eau, entreprendre une chose à laquelle tout est contraire.
16° Jet d'un métal en fusion.
17° Fig. Suite, liaison, enchaînement.
Il faudrait interrompre le fil des affaires de l'Asie [VAUGEL., Q. C. V, 1]
Or, pour reprendre la harangue Dont nous avons rompu le fil [SCARR., Virg. IV]
À qui vous fiez-vous dans Paris, me dit d'un même fil M. le comte de Cramail ? [RETZ, I, 32]
Avant que de reprendre le fil de notre discours [SÉV., 218]
Il me dit que l'abbé de Grignan tenait le fil de cette affaire [ID., 302]
Je souhaite que vous repreniez bientôt le fil de votre voyage [ID., 328]
Je m'en vais reprendre le fil de ma belle santé [ID., 261]
Vous allez lui voir reprendre le fil de ses perfections [ID., 387]
Cela me fait perdre le fil de la conversation [ID., 581]
[Il] Sut de leur noir complot développer le fil [RAC., Esth. II, 3]
Il est permis de s'écarter un peu du fil de son récit [HAMILT., Gramm. 8]
Pleinement instruite de toutes les vues de Pierre le Grand, elle en a pris le fil et le suit [FONTENELLE, Czar Pierre.]
L'Académie, presque encore naissante, avait formé le noble dessein d'envoyer des observateurs à Alexandrie et à Uranibourg, pour y prendre le fil du travail des grands hommes qui y avaient habité [ID., Chazelles.]
Newton reprit ainsi le fil de sa démonstration [VOLT., Newt. III, 3]
Quand j'aurai repris mes sens, je reprendrai le fil de mon histoire [ID., Jenni, 5]
C'est par le fil de ces recherches que nous parviendrons à savoir [J. J. ROUSS., Ém. III]
C'est sur le fil des idées qu'il faut juger qu'un être pense [DIDEROT, Pens. phil. 20]
Ces considérations doivent arrêter celui qui ne voudrait que suivre le fil des intrigues politiques [RAYNAL, Hist. phil. X, 16]
Voici comment s'était noué le fil de ce petit roman [MARMONTEL, Mém. III]
Forcé de confier à d'autres qu'à lui-même les fils tortueux d'une procédure compliquée [MIRABEAU, Collection, t. II, p. 509]
J'ai conduit tous les fils de cette vaste intrigue [RAYNOUARD, États de Blois, II, 7]
L'amitié.... Ne sera plus un froid discours Dont l'infortune rompt le fil [BÉRANG., Ainsi soit-il.]
Être au fil de, être au courant de, connaître, savoir.
La princesse des Ursins ignorerait la plupart des choses et ne serait au fil de rien [SAINT-SIMON, 122, 94]
Le fil de l'analogie, la suite et la liaison des rapports indiqués par l'analogie.
18° Fil d'araignée, joubarbe des Alpes (semper vivum arachnoideum, L.).
19° Fil, serpent des Indes très effilé.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il est consaus [conseil] de tote Grice [Grèce] ; Car il savoit de fil en lice [d'un bout à l'autre] Quanque prodom avoit mestier à pais faire et à guerroier [, Partonop. v. 217]
    Par matinet, au fil du jor [, ib. ms. f° 131, dans LACURNE]
    Li somiers de file de laine et de file d'estoupes [TAILLIAR, Recueil, p. 21]
    Bele Yolans en chambre coie Sur ses genouz pailles desploie, Coust un fil d'or, l'autre de soie [, Romancero, p. 53]
    Li vilains fu en sa meson, Où n'avoit home se lui non ; Sa fame fu son filevendre [, Ren. 4977]
    [Ils] Li content de fil en aiguille Tretout quanque lor appartint [, la Rose, 15972]
    De pité et de dol [deuil] est aval aclinés, Les larmes li degotent fil à fil sor le nés [, Ch. d'Ant. v, 479]
  • XIVe s.
    Quatre moyeux d'œufs batus avec vin blanc, et versez à fil en vostre eaue [, Ménagier, II, 5]
  • XVe s.
    Et se mirent au droit fil de la rivière, sa bannière et ses gens [FROISS., II, II, 32]
  • XVIe s.
    Un petit fil de vinaigre [DU BELLAY, VII, 5, verso.]
    Mettre au fil de l'espée [MONT., I, 5]
    Sa carrière [discours] se passe d'un fil et d'une suite sans interruption [ID., I, 40]
    Prendre une chose de droict fil [ID., I, 151]
    Passer au fil de l'épée [ID., IV, 20]
    Je viens de courre d'un fil [trait] l'histoire de Tacitus [ID., IV, 58]
    Comme chef avi é, il alla garni de fil et d'aiguille (comme on dit), non seulement pour estre preparé pour l'occasion, mais pour former l'occasion et puis s'en prevaloir [LANOUE, 600]
    Depuis cela le peuple le rabroua et lui rompit le fil de son propos quand il cuida harenguer [AMYOT, les Gracques, 31]
    .... Ayant deux espées, fut longtemps à en essayer le fil [ID., Othon, 23]
    Il ne leur addresse pas des louanges de droit fil, ains vient de loing tournant tout à l'entour [ID., Com. discerner le flatteur de l'ami, 25]
    Pour rompre et alentir un peu l'impetuosité du fil de l'eau [ID., César, 30]
    Encores que le regnard [le comte d'Egmon] soit bien cault et rusé, si est-ce que je luy baille le fil [je l'attrape] par mon trompette [un trompette qu'on lui envoyait avec un faux avis].... [CARLOIX, VI, 45]
    Vos finesses sont cousues de fil blanc : enfin tout le monde les voit [, Sat. Ménip. p. 90]
    De tous les hommes, voyre entre les freres mesmes, il ne s'en trouve pas deux au monde qui, en traits et fil de visage, taille de corps, mœurs et complexions, se ressemblent entierement [DU VERD., Biblioth. p. 111, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. fy ; provenç. fil ; espagn. hilo ; portug. fio ; ital. filo ; du latin filum.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    FIL. Ajoutez :
    20° Fil d'Alsace, sorte de cordonnet.
    Le principal de nos articles est le cordonnet 6 brins [de coton], blanchi, dit fil d'Alsace [, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. IV, p. 331]
    21°
    Fil-couteau, chez les joailliers, lame à peine visible sur laquelle on monte les pierres dites illusion, [CH. BLANC, l'Art de la parure, p. 348]
    22° Populairement. Du fil en quatre, de l'eau-de-vie très forte, et, en général, tout ce qu'il y a de plus fort.
    23° Populairement et fig. Le fil à couper le beurre, ce qui est difficile à imaginer, ce qui indique un esprit dégourdi.
    Le fils Mayer est appelé ; c'est un grand garçon qui porte bien, en effet, dix-neuf ans, mais qui ne paraît pas avoir inventé le fil à couper le beurre [, Gaz. des Trib. 29-30 sept. 1873, p. 938, 3e col.]
    (c'est une phrase analogue à : N'avoir pas inventé la poudre).
    24° Loc. adv. À fil, d'une manière continue, expression usitée à Genève.
    Du reste il bouge sans fin et jase à fil [R. TÖPFFER, Nouv. Voy. en zigzag.]

    REMARQUE

    • On a contesté l'explication donnée de la locution de fil en aiguille (de propos en propos, en passant d'une chose à une autre), et on l'a interprétée par : tout d'un trait, tout d'une haleine, sans interrompre la série commencée. Mais l'interprétation admise est celle du Dictionnaire de l'Académie française et par conséquent elle a la tradition pour elle ; ce qui est beaucoup en fait de locution. Puis ceux qui la rejettent pensent que de fil en aiguille signifie avec le fil qui est en l'aiguille, par conséquent avec la même aiguille, et, figurément, sans s'y reprendre à plusieurs fois. Mais l'analyse grammaticale de la locution se prête mieux à signifier : en quittant le fil pour prendre l'aiguille ; ce qui donne, figurément, le sens admis.

    HISTORIQUE

    • XVIe s. Ajoutez :
      Pour le mercier qui porte ceintures ferrées, de laitons, de soye ou de fil d'Inde [MANTELLIER, Glossaire, Paris, 1869, p. 32]

fil

FIL. n. m. Petite partie longue et déliée qu'on détache de l'écorce du chanvre, du lin, etc.

Il se dit aussi de cette Substance flexible et très déliée que les chenilles et les araignées tirent de leur corps. La soie est le fil que produisent des chenilles qui vivent sur le mûrier et qu'on appelle Vers à soie. Une araignée suspendue à son fil.

Par analogie, Fils de la Vierge, Les filandres qui voltigent dans l'air en automne.

Il désigne aussi l'Assemblage des petits brins longs et déliés du chanvre, du lin, etc., tordus ensemble entre les doigts, avec le fuseau ou le rouet, ou obtenus par des procédés mécaniques, et qu'on emploie principalement pour faire de la toile et pour coudre. Fil de chanvre, de lin. Fil fin. Gros fil. Dévider du fil. Fil retors. Fil à coudre. Les fils de la trame d'une toile. Un écheveau, un peloton de fil. Une aiguillée de fil.

Il se dit également de l'Assemblage de petits brins de soie, de laine, de coton, etc., tordus ensemble. Fil de laine, de coton, de soie, etc. Tendre les fils de la chaîne d'une étoffe.

Couper de droit fil, aller de droit fil, ou simplement droit fil, Couper une étoffe entre deux fils sans biaiser.

Fig. et fam., Aller de droit fil, Aller directement à son objet.

Fig. et fam., Donner du fil à retordre à quelqu'un, Lui causer de la peine, lui susciter des embarras.

Fig. et fam., De fil en aiguille. Voyez AIGUILLE.

Fig. et fam., Cela ne tient qu'à un fil, se dit de Ce que la moindre cause peut aisément détruire, faire manquer, etc.

Fig. et fam., Des finesses cousues de fil blanc. Voyez FINESSE.

Fig. et fam., Couper les fils en quatre, Rechercher l'extrême subtilité dans les idées, dans le style.

Fig. et poétiq., Le fil de la vie, de nos destinées, de nos jours, Le cours de la vie, de notre existence, par allusion à la fable païenne des Parques, qui filaient, dévidaient et coupaient le fil de la vie des hommes. La Parque a tranché le fil de ses jours.

Fig., Le fil d'Ariane se dit quelquefois de Ce qui sert à diriger, à guider dans certaines recherches difficiles, par allusion au fil que, selon la légende, Ariane donna secrètement à Thésée, pour qu'il retrouvât son chemin dans les détours du labyrinthe. On dit aussi simplement Fil dans le même sens. Je cherchais un fil qui me dirigeât dans ce dédale.

Fig. et fam., Tenir les fils, se dit d'une Chose que l'on dirige à son gré, par allusion aux fils de chanvre ou de métal qui servent à faire mouvoir les marionnettes.

Fil de perles, Collier de perles enfilées.

Fil à plomb, Instrument de charpentier, de maçon, etc., qui consiste en un morceau de plomb suspendu à un cordonnet et qui sert à mettre les ouvrages d'aplomb.

FIL se dit aussi des Métaux lorsqu'ils sont tirés en long d'une manière si déliée qu'il semble que ce soit du fil. Fil d'or. Fil d'argent. Fil de fer. Fil de laiton ou Fil d'archal. Par analogie, Fil électrique.

Fil télégraphique. Voyez TÉLÉGRAPHIQUE.

Fil téléphonique. Voyez TÉLÉPHONIQUE.

Télégraphie sans fil, téléphonie sans fil. Voyez TÉLÉGRAPHIE, TÉLÉPHONIE.

Il désigne en outre le Tranchant d'un instrument qui coupe. Le fil d'un rasoir. Le fil d'un sabre. Le fil d'une épée.

Donner le fil à un rasoir, à un couteau, à une épée, à une faux, etc., Les rendre tranchants.

Ôter le fil à un rasoir, à un couteau, etc., Passer sur la pierre un rasoir, un couteau, etc., fraîchement repassé, pour enlever la partie faible et pliante du fil.

Passer au fil de l'épée, Tuer en passant l'épée du travers du corps. Il ne se dit guère qu'en parlant d'un Grand nombre de personnes massacrées de cette manière dans une ville, dans une place de guerre qui vient d'être prise. La garnison fut passée au fil de l'épée.

Il se dit également de ces Petites parties longues et déliées dont l'assemblage forme le corps des végétaux, et principalement des arbres. Suivre le fil du bois. Prendre le fil du bois.

Il s'applique, dans un sens analogue, aux viandes. Couper une pièce de boeuf dans le fil.

Il se dit quelquefois d'un Défaut de continuité dans le marbre ou dans la pierre. Il y avait un fil à l'endroit où cette table de marbre vient de se casser.

Il se dit encore du Courant de l'eau. Suivre le fil de l'eau. Aller contre le fil de l'eau.

Il se dit aussi figurément pour Suite, liaison, enchaînement. Perdre le fil d'une affaire. Interrompre le fil du discours, le fil de l'histoire, de la narration. Suivre le fil de ses idées. Suivre le fil d'une intrigue. Débrouiller les fils d'un complot. Au fil des jours, Dans la suite des jours.

fil

Fil, ou filet, Filum, Linum.

Continuer son fil, Deducere fila.

Qui est tissu de trois fils de diverses couleurs, Trilix trilicis.

fil


FIL, s. m. FILAGE, s. m. FILATûRE, s. f. FILER, v. act. [3e lon. au 3e.] Fil est, 1°. un petit brin long et délié, qui se tire de l'écorce du chanvre et du lin. — Filage, manière de filer les laines, fils ou soie. — Filatûre, lieu où le tirage du cocon est suivi du moulinage de la soie. * Filatûre de la laine, est un gasconisme: il faut dire filage. Gasc. Corr. — Filer, faire du fil. "Filer de la soie, de la laine; du lin, du chanvre, etc.
   FIL, se dit, 2°. des vers à soie, des araignées, des chenilles; 3°. Des métaux, lorsqu' ils sont tirés en long d'une manière si déliée, qu'il semble que ce soit du fil; fil d'argent, fil de fer, etc. 4°. Du tranchant d'un instrument qui coupe. "Le fil d'un rasoir. "Passer au fil, ou par le fil de l'épée. (Le 1er est plus usité.) 5°. De ces parties longues et déliées, par où les plantes se nourrissent, et qui en sont comme les fibres. "Suivre le fil du bois. 6°. Figurément, de la suite d'un discours. "Interrompre le fil d'un discours, de l'histoire, etc. "Je me suis doné la peine de les faire courtes (ces notes) afin qu'elles ne fissent pas perdre de vûe le fil de l'histoire. Le Père Longueval. 7°. Poétiquement, le fil de la vie; le fil de nos jours.
   FILER, v. n. "Filer au fuseau, au rouet: Filer grôs ou menu. "Les vers à soie, les araignées filent. = Couler lentement. "Ce vin comence à s'engraisser: il file. = Aller de suite l'un après l'aûtre, et près à près. "Faire filer les troupes, le bagage. "Pendant que les troupes filoient, etc.
   En style proverbial, doner du fil à retordre à quelqu'un, lui doner des embârrâs, dont il ne se démélera pas de long-tems. — Ne tenir qu'à un fil, être sur le point de sucomber, d'être disgracié. "Courage, disoit le Philosophe, Cléon ne tient plus qu' à un fil. MARM. — Aler contre le fil de l'eau, entreprendre un dessein auquel tout est contraire. Voyez AIGUILLE. = De droit fil, adv. Sans biaiser. Couper de droit fil, ou aller de droit fil. — au fig. Cette expression est surannée. Ouvertement et sans détour. "Les louanges de droit fil sont trop grossières. P. Rapin. "Démosthène n'osa pas s'oposer de droit fil à l'avis qu'on avoit proposé. Rollin. — On dit encôre, en proverbe, il ne faut pas aller de droit fil contre le sentiment des persones puissantes.
   FILER entre aussi dans des expressions figurées, familières, ou proverbiales. — Filer la carte, escamoter une carte, et en doner une au lieu d'une autre qu'on retient~ pour soi. — Filer ses cartes, les découvrir lentement et peu à peu. = Filer doux, se modérer, se comporter avec modestie, avec soumission. "Il faisoit le fanfaron, mais il fut obligé de filer doux.
   Quand même vous seriez encor mieux son époux,
   C'est que vous devriez filer un peu plus doux.
       La Chaussée.
— Cet homme file sa corde. Il fait des actions qui iront à le faire pendre. — Filer le parfait amour, faire l'amoureux transi. Style plaisant et moqueur. Le Sage dit: filer l'amour parfait. "Un jeune Castillan qui file l'amour parfait.
   = On dit Poétiquement que les Parques filent nos jours. Mme. de Sévigné dit, dans le style enjoué: "Je souhaite à Pauline des jours filés d'or et de soie.

Synonymes et Contraires

fil

nom masculin fil
Enchaînement logique.
cours, déroulement, marche, suite -littéraire: trame.
Traductions

fil

Faden, Draht, Garn, Senkel, Zwirn, Aderthread, wire, flex, grain, string, yarn, cord, plydraad, garen, lijn, metaaldraad, linnen, opeenvolging, scherpte [lemmet], verloopחוט (ז), נים (ז), נימה (נ), פתיל (ז), קור (ז), חוּט, נִים, נִימָה, פְּתִילhilo, hebradrôtνήμα, κλωστήнитьfiloخَيْطnittrådlankakonachyssingnitkafiotrådด้ายipliksợi线 (fil)
nom masculin
1. élément long et très fin recoudre qqch avec du fil et une aiguille du fil de fer un fil électrique
2. qui téléphone ?
3. figuré fait de se suivre perdre le fil de ses pensées
4. en suivant la direction dans laquelle l'eau coule

fil

[fil] nm
(= textile) → thread
ne tenir qu'à un fil [vie, réussite] → to hang by a thread
de fil en aiguille → one thing leading to another
donner du fil à retordre à qn → to make life difficult for sb
(électrique)wire; [téléphone] → wire
donner un coup de fil → to make a phone call
recevoir un coup de fil → to get a phone call
(= déroulement, cours) [histoire] → thread
au fil des années → over the years
au fil de l'eau → with the stream, with the current
[couteau] (= tranchant) → edge
sur le fil [gagner, s'imposer] → by a hair's breadth
fil à coudre nmsewing thread