fléchir

(Mot repris de fléchiront)

fléchir

v.t. [ lat. flectere ]
1. Ployer peu à peu, rendre courbe ce qui était droit ; plier un membre, une articulation : Il a fléchi la barre incurver plier ; tendre
2. Faire céder peu à peu qqn, l'amener à l'indulgence, à l'obéissance : L'avocate a fléchi les juges adoucir, ébranler
v.i.
1. Se courber, plier sous la charge : La planche fléchit ployer ; résister
2. Baisser, diminuer : Les prix ont fléchi augmenter
3. Litt. Faiblir, cesser de résister : Il fléchit devant ses enfants céder ; résister

FLÉCHIR

(flé-chir) v. a.
Donner une inflexion, ployer. Fléchir la tige d'un arbre.
On ne doit pas être surpris que le cuivre jaune ou laiton soit quelquefois sensiblement attirable à l'aimant, surtout après avoir été frappé ou fléchi et tordu avec force [BUFF., Min. t. VIII, p. 83, dans POUGENS]
Donner une direction courbe.
Ils [les canards sauvages] fléchissent leur vol, et se lancent obliquement sur la surface de l'eau, qu'ils effleurent et sillonnent [BUFF., Ois. t. XVII, p. 176, dans POUGENS]
Il se dit de l'action des muscles qui font faire aux membres une inflexion, un angle. Les muscles qui fléchissent le pied sur la jambe, la jambe sur la cuisse. Fléchir le genou, s'agenouiller.
Il n'a devant Aman pu fléchir les genoux [RAC., Esth. III, 4]
On vient fléchir le genou pour s'attirer les regards du prince [MASS., Carême, Temples.]
Fig. Fléchir le genou, se soumettre.
Tout fléchissait le genou et était rampant devant eux [Cambyse et Smerdis] [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 471]
Fléchir les genoux devant les idoles, adorer les idoles. On dit en ce sens : Fléchir le genou devant Baal.
Fig. Toucher, attendrir, faire céder.
Faites qu'à mes désirs je la puisse fléchir [CORN., Cinna, III, 3]
Il aura peu de peine à fléchir son dédain [ID., Sertor. IV, 1]
A-t-elle rien fléchir de son humeur altière ? [ID., Médée, II, 3]
L'argent sut donc fléchir ce cœur inexorable [LA FONT., Coupe.]
La grâce fléchit les cœurs les plus endurcis [BOSSUET, Lett. 249]
Dieu veut être fléchi, et il nous en fournit lui-même le moyen le plus efficace [BOURDAL., Ouvert. du jubilé, Myst. t. II, p. 551]
Cette férocité que tu croyais fléchir, De tes faibles liens est prête à s'affranchir [RAC., Brit. III, 2]
Je vous crains pour vous-même ; et je viens à genoux Vous prier, ma princesse, et vous fléchir pour vous [ID., Mithrid. IV, 2]
Je fléchis mon orgueil, j'allai trouver Pallas [ID., Brit. IV, 2]
Laissez-vous fléchir à mes vœux [MASS., Carême, Motifs de conv.]
Dans la suite, ayant fléchi la colère de Dieu par un sincère et vif repentir, il obtint sa liberté et retourna à Jérusalem [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 65, dans POUGENS]
Votre sagesse et votre autorité Ont d'Alzire en effet fléchi la volonté [VOLT., Alz. I, 2]
V. n. Avoir une courbure.
M. Edwards observe que le bec de cette barge fléchit en haut, comme celui de l'alouette, caractère dont la plupart des barges portent quelque légère trace [BUFF., Ois. t. XIV, dans POUGENS]
Plier, céder sous la charge. Cette poutre fléchit. Cette barre de fer rompra plutôt que de fléchir.
Les pièces de cette porcelaine ont toujours en dessous trois ou quatre traces de supports, qui ont été mis pour l'empêcher de fléchir dans la cuisson [RAYNAL, Hist. phil. t. III, liv. 5, ch. 27]
Le genou fléchit, on s'agenouille ; et fig. on se soumet.
Tout genou fléchira devant lui [Jésus-Christ] [BOSSUET, Hist. II, 4]
Et fais à son aspect que tout genou fléchisse [RAC., Esth. II, 5]
Fig. Se soumettre, céder.
Tout a fléchi sous leur menace [MALH., III, 2]
Tout fléchit sur la terre et tout tremble sur l'onde [CORN., Nicom. III, 2]
Tout fléchit sous un si grand capitaine [BOSSUET, Hist. I, 10]
[L'ode] Mène Achille sanglant au bord du Simoïs, Ou fait fléchir l'Escaut sous le joug de Louis [BOILEAU, Art p. II]
Au joug de la raison sans peine elle [la rime] fléchit [ID., ib. I]
Tout l'univers fléchit à vos genoux [RAC., Bérén. IV, 5]
Fléchissons sous un dieu qui veut nous éprouver [VOLT., Œdipe, I, 2]
Fléchir sous le joug, s'y soumettre.
J'aime, je l'avouerai, cet orgueil généreux Qui n'a jamais fléchi sous le joug amoureux [RAC., Phèd. II, 1]
Se relâcher de sa sévérité ou de sa fermeté. C'est un homme doux et qui fléchit aisément.
S'il se voit en prison, il sera contraint de fléchir [PATRU, Plaidoyer 11, dans RICHELET]
Il faut fléchir au temps sans obstination [MOL., Mis. I, 1]
Le concile si ferme fléchit par violence [BOSSUET, Hist. I, 11]
Mais de faire fléchir un courage inflexible [RAC., Phèd. II, 1]
Diminuer, devenir moindre.
Depuis quarante ans qu'elle [une liaison] dure, je puis la citer pour exemple d'une amitié que ni les années ni les événements n'ont fait varier ni fléchir [MARMONTEL, Mém. V]
Ne plus combattre avec la même vigueur, commencer à céder. L'aile droite commençait à fléchir.
10° Se fléchir, v. réfl. Être ployé.
Tout genou se fléchit devant lui [Jésus-Christ] dans le ciel, sur la terre et dans les enfers [BOSSUET, Sermons, Ascens. Préambule.]
Fig.
Comme si c'était à la règle à se fléchir pour convenir au sujet [PASC., Prov. 5]
11° S'accommoder à, se prêter à.
D'autres fois, moins sublime, mais non moins estimable, l'homme s'occupe des arts qui peuvent pourvoir à ses besoins ou augmenter ses commodités ; sa raison se fléchit à tout [BONNET, Contempl. IV, 7]
12° Être touché, apaisé.
Qui l'eût cru que pour moi le ciel dût se fléchir ? [BOILEAU, Ép. V]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cum l'eve [de la Seine] est bloie et arzillose, E pleinteïve et abundose, Cum ele est suvent flechisantz Que la terre en seit plus vaillantz [BENOÎT, II, 3015]
    Li prelat sunt serf Deu, li reis les deit cherir ; E il sunt chief des reis, li reis lur deit flechir, Deus est chiés [chef] des prelaz [, Th. le mart. 70]
    Fait li dunc sainz Thumaz : tuz nus estuet murir, Ne pur mort de justise ne me verrez flechir ; E pur l'amur de Deu voil la mort sustenir [, ib. 143]
  • XIIIe s.
    Dist Renart : dont vos abessiez, Et vos agenoilliez ici : Puis ambedeus ses piez flechi, Et mist sor le piege sa main [, Ren. 4798]
  • XIVe s.
    Afin que par dons ne par prieres il ne se peust flechir de son propos [BERCHEURE, f° 28, recto]
    Ainsi veez vous que le sage homme fleschi son courage pour saulver l'onneur de sa femme [, Ménagier, I, 8]
    Devant le roi Henri le varlet se fleschi, Et puis le salua de Dieu qui mort soufri [, Guesclin. 15719]
  • XVe s.
    Guillaume de Fermiton flechit, et lui glissa un petit le pied [FROISS., II, II, 81]
    Vous sçavez que d'armes et d'amours ne doit on pas flechir de dire verité ; or je vous demande, par la foy que vous devez à amors et à chevalerie, lequel des chevaliers de dedans doit avoir le prix [, Perceforest, t. I, f° 110]
  • XVIe s.
    Ce Genevois parlant au general, Genoux flescis troys fois baisa la terre [J. MAROT, V, 33]
    Je sens mes facultez flechir soubs la charge [MONT., I, 155]
    Il [l'idiome français] succombe ordinairement à une puissante conception ; si vous allez tendu, vous sentez souvent qu'il languit soubs vous et flechit [ID., III, 354]
    Les muscles qui flechissent et estendent le coulde [PARÉ, I, 8]
    On peult flechir une gaulle nouvellement cueillie [PALSGR., p. 448]

ÉTYMOLOGIE

  • Pic. flékir, provenç. flechir ; anc. ital. fiettere ; du latin flectere, d'après Diez, par le changement, rare en français, de ct en ch, et par le changement plus fréquent de la 3e conjugaison en 4e. Mais en même temps il faut admettre pour le français que flechissant (XIIe s.), flechissable et flechissement (XIIIe et XIVe s.) indiquent une dérivation non de la conjugaison latine en ire, car alors on aurait flechant, flechable, flechement, mais une forme allongée par iscere (flexisco, comme florisco, pour je fleuris, fleurissant, etc.). Il faut noter l'analogie de flectere avec falx, la faux.

fléchir

FLÉCHIR. v. tr. Faire ployer, courber. Fléchir la tige d'un arbre. Fléchir quelque partie du corps. Le muscle qui fléchit la première phalange du petit doigt. Fléchir le genou, les genoux. Une baguette de fer fléchie et tordue.

Fig., Fléchir le genou, les genoux devant quelqu'un, S'abaisser, s'humilier devant lui.

Il signifie figurément Amener à compassion, toucher de pitié, attendrir, adoucir. Fléchir ses juges. Se laisser fléchir aux prières, par les prières. Il est inexorable, rien ne peut le fléchir. Son repentir devrait fléchir les coeurs les plus durs, les plus barbares. Fléchir la dureté, la cruauté d'un tyran, le courroux d'un maître.

Il s'emploie aussi intransitivement et signifie Plier, se courber. Cette poutre commence à fléchir. Ce bois rompra plutôt que de fléchir.

Fig., L'aile droite de l'armée fléchissait, Elle ne pouvait plus garder sa ligne, sous la poussée de l'ennemi.

Il signifie figurément Se soumettre, s'abaisser. Tout le monde fléchissait devant lui. Tout doit fléchir sous les lois de la destinée.

Fig., Fléchir sous le joug, S'y soumettre.

Il signifie également Cesser de persister dans des sentiments de dureté ou de fermeté. Quoi qu'on fasse, je ne fléchirai pas. Il ne sait ce que c'est que fléchir. Il commence à fléchir.

flechir

Flechir et ployer quelque chose, Flectere, Deflectere.

Flechir quelqu'un, et le tourner à ce qu'on veut, Aliquem oratione flectere.

Faire flechir aucun et le destourner de son bon propos et bon vouloir, Aliquem labefacere, aut labefactare.

Flechir et se destourner à costé de sa voye, Inflectere vestigia cursus sui.

Qu'on ne sçauroit flechir, Indeflexus.

Facile à flechir, plier, tourner et courber, Flexibilis.

Juger sans flechir, Incorrupte iudicare.

Oraison qui flechit les courages des autres, Flexanima oratio.

Accusateur qui ne flechit point, Firmus accusator.

Flechi et ployé, Flexus, Deflexus.

fléchir


FLÉCHIR, v. act. et neut. FLÉCHISSEMENT, s. m. [Fléchi, chiceman: 1re é fer. 3e e muet.] Fléchir, 1°. ployer, courber; fléchir le genou, ou les genoux. — V. n. "Que tout genou fléchisse au nom de JÉSUS. "Fléchir sous le joug. "Tout le monde fléchissoit devant lui. = 2°. Adoucir, atendrir. "Rien ne peut le fléchir. "Se laisser fléchir aux ou par les prières. "Fléchir le courroux, le dûreté d'un Tyran. = V. neut. 3°. Cesser de persister, céder par complaisance ou par foiblesse. "Il fléchit aisément. "Il ne sait ce que c'est que de fléchir. * Il se dit sans régime: Molière lui done celui de céder. "Il faut fléchir au temps.
   Rem. 1°. Suivant le P. Bouhours, ce verbe ne se dit point dans le propre tout pur. On dit bien, fléchir un homme; fléchir la colère de quelqu'un, mais on ne dit pas fléchir un arbre; fléchir un bâton. Et quand on dit fléchir le genou, cela signifie adorer, et non pas simplement plier le genou devant l'idole. L' Acad. dit pourtant fléchir le genou, ou les genoux. Il est vrai qu'elle avertit que ce verbe ne se dit que dans ces deux phrâses, mais elle ne dit pas si elles sont au propre ou au figuré. L'autorité de l'Acad. est très-grande; mais l'opinion du P. Bouhours me parait fondée... Richelet le dit neutralement au propre: Ce bois ne fléchit point. = M. Pascal a dit. "Ce n'est pas à la règle à se fléchir, pour convenir au sujet. J'aimerais mieux dire, à se plier.
   2°. Le P. d'Orléans emploie faire fléchir avec la prép. à et l'infinitif, dans le sens de faire consentir, déterminer. "L'un et l'aûtre firent fléchir enfin le Roi de France à négocier. Ni l'expression, ni le régime ne sont suivant l'usage.
   FLÉCHISSEMENT, action de fléchir. "Le fléchissement des genoux devant les idoles est un crime d'idolâtrie. — Il ne se dit que dans cette ocasion, et pour l'action de fléchir les genoux.

Synonymes et Contraires

fléchir

verbe intransitif fléchir
1.  Se courber sous un poids.

fléchir

verbe transitif fléchir
1.  Rendre courbe.
2.  Faire céder quelqu'un.
Traductions

fléchir

(fleʃiʀ)
verbe transitif
plier fléchir les genoux

fléchir

beugen, biegen, flektierenbend, flex, bow, curve, flag, sag, weakenbuigen, doorbuigen, ombuigen, knikkenכופף (פיעל), כפף (פ'), כּוֹפֵף, כָּפַףbuigflectirobměkčovat, ohýbatbøjeκάμπτω, κλίνω, σκύβωfleksiarquear, doblar, encorvarخمیدنtaivuttaaflecterecurvar, dobrar, torcerflexa, îndoiгнуть, перегибатьflettere플렉스Flex
verbe intransitif
1. plier une poutre qui fléchit
2. figuré céder, ne plus résister Je ne fléchirai pas.
3. figuré diminuer, baisser Les prix fléchissent.

fléchir

[fleʃiʀ]
vt
[+ corps, genou] → to bend
(fig) [+ personne] → to sway; [+ rigueur] → to weaken
vi
[poutre] → to sag
(fig) [personne] → to relent; [moral] → to weaken; [mobilisation] → to fall off
faire fléchir qn → to sway sb
(= baisser) [prix] → to fall off