flagellant

FLAGELLANT

(fla-jèl-lan) s. m.
Nom d'une espèce d'hérétiques du treizième siècle, sectateurs d'un moine nommé Rainier, qui s'assemblaient chaque nuit, nus jusqu'à la ceinture, avec un capuchon sur la tête et une croix à la main, pour se donner la discipline ; ils se fouettaient ainsi deux fois le jour. Leur hérésie consistait à croire que cette flagellation leur rendait les sacrements inutiles, et valait mieux que le martyre.
Ces flagellants inondèrent l'Europe : on en voit encore beaucoup en Italie, en Espagne, et en France même [VOLT., Dict. phil. Austérités.]
Nom de corporations religieuses, mais composées de laïques, qui subsistent encore dans le midi de la France et qui prennent part à certaines cérémonies.
Henri III jouait alors une autre comédie, il s'était enrôlé dans la confrérie des flagellants [VOLT., Hist. parlem. ch. 29]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • FLAGELLANT. Ajoutez : - HIST. XIVe s.
    Celles gens, lesquelles s'appelloient flagelleurs et confreres par maniere d'aliance.... [J. LEBEL, Vrayes chroniques, t. I, p. 204]

flagellant

FLAGELLANT. n. m. Nom de certains fanatiques qui se flagellaient en public. La secte des flagellants.