flagrant, ante

FLAGRANT, ANTE

(fla-gran, gran-t') adj.
Qui se commet au moment même.
Pris en flagrant délit, affaire criminelle [RAC., Plaid. II, 5]
La première preuve est le flagrant délit ; elle atteste le fait, mais elle n'atteste pas toujours que cette flagrante action soit un crime [VOLT., Polit. et législ. Prix de la just. et de l'hum. art. XXII, 1]
Par extension.
Enfin, la panse pleine et toute rebondie, Elle [la belette] a peur d'être prise en ce flagrant délit [BOURSAULT, Fables d'Ésope, I, 2]
Fig.
Je crois toujours, messieurs, qu'il est très fâcheux d'être pris en flagrant délit de toutes ses paroles [de n'avoir jamais la permission de les expliquer] [VILLEM., Littér. franç. 18e siècle, 2e part. 3e leç.]
Prendre en flagrant délit, expression dont s'est servi Napoléon pour exprimer la situation d'une armée qui, saisie dans un faux mouvement ou dans une fausse position, est exposée à un échec inévitable.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    D'huyle tu as mestier moult grant, Sans luy ne feras faict flagrant [LA FONT., (1413).]
  • XVIe s.
    Prendre au fait flagrant [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. flagrans, brûlant, de flagrare, de même radical que le verbe grec se traduisant par brûler, et le latin flamma, flamme, tenant au radical sanscrit bhraj, brûler, briller.