flambeau

(Mot repris de flambeaux)
Recherches associées à flambeaux: azure

flambeau

n.m. [ du lat. flammula, petite flamme ]
Torche qu'on porte à la main : La retraite aux flambeaux. Le flambeau olympique.
Transmettre ou passer le flambeau,
confier la continuation d'une œuvre, d'une tradition à qqn.

FLAMBEAU

(flan-bô) s. m.
Plusieurs mèches longues d'environ trois pieds, jointes ensemble et plongées un certain nombre de fois dans de la cire chaude et fondue, qu'on laisse après égoutter et refroidir, et qu'on allume quand on en a besoin pour éclairer dans les rues et dans les cours.
Les ombres, les flambeaux, les cris et le silence.... [RAC., Brit. II, 2]
Ne pourrions-nous pas avec un peu de flambeaux mettre le feu dans la ville, si parmi nous il était permis de faire le mal pour le mal ? [FÉN., t. XXII, p. 462]
Ses troupes étaient dans le faubourg, le flambeau à la main ; une faible porte de bois et un fossé déjà comblé étaient les seules défenses d'Altona [VOLT., Charles XII, 7]
Cent mille flambeaux enfermés dans des cylindres de cristal de roche éclairaient les dehors et l'intérieur de la salle à manger [ID., Princ. de Babyl. 3]
Irai-je.... Joindre un sceptre étranger au sceptre de mes pères Et les flambeaux d'hymen aux flambeaux funéraires ? [ID., Mér. II, 7]
Flambeau de poing, flambeau de cire qu'on porte à la main.
On entendit une petite barque ; on demande : " Qui va là ? " J'avais ma réponse toute prête, et en même temps je vois sortir par la petite porte M. de Lavardin avec cinq ou six flambeaux de poing devant lui [SÉV., Lett. 20 sept. 1675]
Aux flambeaux, à la lumière des flambeaux.
Ceux qui font des visites aux flambeaux [SÉV., 171]
Nous revînmes le soir aux flambeaux [ID., 521]
Les plaisirs de notre jeunesse, reproduits par notre mémoire, ressemblent à des ruines vues aux flambeaux [CHATEAUBR., Pensées et max.]
Fig.
Marche au flambeau de l'espérance Jusque dans l'ombre du trépas [LAMART., Méd. I, 8]
Il se dit des chandelles de cire ou de suif qu'on allume pour éclairer l'intérieur des maisons. Allumez les flambeaux. Apportez des flambeaux.
L'autel étincelait des flambeaux d'hyménée [VOLT., Mérope, V, 6]
Bien des dates manquaient à ce journal sans suite, Soit qu'il eût déchiré la page à peine écrite, Ou soit que Marthe en eût allumé ses flambeaux [LAMART., Jocel. Prol.]
Tandis que le flambeau, par les heures rongé, S'use pour éclairer l'entretien prolongé [ID., Harm. III, 6]
Par métonymie du contenant pour le contenu, chandelier. Flambeau d'or, d'argent, de bronze.
Les torches de cire qu'on portait à la main, et qu'on appelait flambeaux, ayant été diminuées de grosseur, entrèrent dans les grands chandeliers qu'on nomma dès lors chandeliers à flambeaux et, pour faire plus court, flambeaux [DE LABORDE, Émaux, p. 318]
Terme de blason. Flambeau allumé, flambeau dont la flamme est d'un émail différent.
Poétiquement. Les flambeaux de la nuit, les célestes flambeaux, les étoiles. Le pâle flambeau de la nuit, des nuits, la lune. Le flambeau du monde, le soleil.
Et le flambeau du monde achève sa carrière [TRISTAN, Mariane, V, 2]
Fig Il se prend pour ce qu'on représente avec un flambeau soit pour éclairer soit pour brûler. Le flambeau de l'hymen, le mariage. Allumer le flambeau de l'hymen, se marier.
Il faut bien que je pleure ; Mon insensible amant ordonne que je meure ; Et quand l'hymen pour nous allume son flambeau, Il l'éteint de sa main, pour m'ouvrir le tombeau [CORN., Hor II, 5]
[Ils n'ont point] Allumé le flambeau d'un hymen odieux [RAC., Bérén. II, 2]
Achille.... Recherche votre fille et d'un hymen si beau Veut dans Troie embrasée allumer le flambeau [ID., Iphig. I, 1]
L'hymen n'est point toujours entouré de flambeaux [ID., Phèdre, V, 1]
Le flambeau de la guerre, de la discorde.
Les voisins dont les pratiques De nos rages domestiques Ont allumé le flambeau [MALH., II, 2]
Ils porteraient chez nous le flambeau de la guerre [MAIR., Mort d'Astrub. I, 1]
Cette adoption [de René d'Anjou par Jeanne 1re] fut un double flambeau de discorde entre la France et l'Espagne [VOLT., Mœurs, 74]
Le flambeau de l'amour.
Si Psyché n'est à moi, je ne suis plus l'Amour ; Oui, je romprai mon arc, je briserai mes flèches, J'éteindrai jusqu'à mon flambeau ; Je laisserai languir la nature au tombeau [MOL., Psyché, V, 6]
C'est moi qui ai mis le flambeau fatal dans le sein du chaste Télémaque [FÉN., Tél. VII]
Le flambeau de la vie, la vie même.
Meurs, mais quitte du moins la vie avec éclat, Éteins-en le flambeau dans le sang de l'ingrat [CORN., Cinna IV, 3]
....De vos jours prêts à se consumer Le flambeau dure encore et peut se rallumer [RAC., Phèdre, I, 3]
Et de David éteint rallumé le flambeau [la race] [ID., Athal. I, 2]
Les lumières qui éclairent la raison, l'esprit, l'intelligence.
Est-ce que le monde n'a plus besoin du flambeau de la doctrine ? [PATRU, Plaidoyer 4, dans RICHELET]
L'homme, venez au fait, n'a-t-il pas la raison ? N'est-ce pas son flambeau, son pilote fidèle ? [BOILEAU, Sat. VIII]
Il est étrange qu'un homme [Newton] ait pu faire de telles découvertes ; mais cet homme s'est servi du flambeau des mathématiques, le seul flambeau qui éclaire [VOLT., Lett. à M. L. C. 23 déc. 1768]
Lorsque ta raison, par l'âge confirmée, Pour éclairer ta foi te prêtait son flambeau [ID., Zaïre, I, 1]
Dans le style élevé ou poétique, se dit des personnes éminentes par leurs lumières.
Flambeaux de nos conseils, prêtres qui m'entendez [C. DELAV., Paria, IV, 3]
Terme de mer. Flambeau de la mer, titre d'un ancien livre servant de guide aux marins caboteurs, Flambeau de signaux, artifice nommé aussi feu ou artifice de conserve.
Terme de botanique. Flambeau du Pérou, cierge épineux, cactus peruvianus, L.
10° Chaudière dans laquelle on fait l'épreuve du sucre pour le raffiner ; ainsi dite parce que, sur la fin de l'opération, on fait un feu si violent que la masse du fluide semble étinceler.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Flambeaux de une livre la piece [, Ménagier, II, 4]
  • XVIe s.
    Cuides-tu par ta plainte Soulever un tombeau, Et d'une vie esteinte Rallumer le flambeau ? [DU BELLAY, II, 47, recto.]
    [Le lion] Allume de ses yeux les deux flambeaux ardents [ID., III, 66, recto]
    Prenez ces chandeliers, vous autres : allons, monsieur. - Foeneste : Vous me faittes grand despit, que ne dites-vous ces flambeaux ? Ils sont de bon argent [D'AUB., Faen. II, 19]
    Il ne laissa pas neantmoins de rester et de se placer le soir entre les flambeaux qui attendoient le roy [ID., Vie, XCVIII]
    Trois chandelliers à flambaulx, [DE LABORDE, Émaux, p. 318]
    Ung chandellier d'argent, faict en lyon, portant ung flambeau en la gueulle [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Flambe ; saintong. chllambâ.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    FLAMBEAU. Ajoutez :
    11° Artifice d'éclairage composé d'un faisceau de brins de fil mal tordu, enduits d'une composition éclairante.

    REMARQUE

    • L'exemple suivant montre la différence entre lumière au sens de bougie, chandelle, lampe et le flambeau proprement dit.
      Les lumières mesmes ne peuvent pas résister à l'humide fraischeur qui y domine ; on ne peut y aller qu'avec des flambeaux [, Mém. de G. MARINIER, dans Lettres, etc. de Colbert, t. V, p. 577]

flambeau

FLAMBEAU. n. m. Chandelier à plusieurs branches. Flambeau d'argent.

Il signifait aussi Torche de résine ou de cire qu'on portait à la main. Certaines divinités de la Fable, telles que l'Amour, l'Hymen, la Discorde, Bellone, etc., sont ordinairement représentées avec un flambeau à la main. Il n'est plus guère employé dans cette acception que dans l'expression Retraite aux flambeaux (Voyez RETRAITE) et dans quelques locutions figurées. Le flambeau du jour, Le soleil. Le flambeau de la nuit, des nuits, La lune. Les célestes flambeaux, Les étoiles. Le flambeau, les flambeaux de l'hymen.

flambeau

Flambeau, m. acut. Est en general ce qu'on porte de nuit faisant flambe pour esclairer. Mais en particulier et par difference d'avec torche, falot et lanterne, c'est le cierge qui est tout fait de cire sans baston ne meslange de poix resine, qu'on dit autrement Torche de fonte, dont les grands seigneurs usent, les faisans porter de nuit par pages ou laquais devant eux. On dit aussi Flambeau la grosse chandelle de cire faitte à trois ou quatre canons, ainsi que le sont lesdits gros flambeaux, de laquelle les Roys, Princes et grands seigneurs usent de nuict en leurs tables et chambres par grandeur, au lieu de chandelles de suif. Pour le luminaire des Eglises on fait les grandes et les petites toutes rondes, et appelle-on les grands, cierges, et les moindres, poinctes, et les plus petites bougies. De laquelle le prophane use aussi ores en forme de menuë chandelle, ores en forme de cordelle et tortillon. Lampas, Fax, Funale.

Flambeaux apparens en l'air, Bolides.

flambeau


FLAMBEAU, s. m. [Flanbo: 2e dout. au sing. lon. au plur. Flambeaux.] 1°. Espèce de torche de cire, dont on se sert la nuit dans les rûes. "Alumer, porter, éteindre un flambeau. = Fig. le flambeau de la guerre, de la révolte. = 2°. Chandelle de suif ou de cire, qu'on allume la nuit dans les maisons. "Aportez des flambeaux; et les chandeliers, dans lesquels on les met: flambeau d'argent, de vermeil doré, etc. — Fig. (style poétique et élevé) le flambeau du jour, le soleil, de la nuit, la lune. Les flambeaux de la nuit, les étoiles. — Le flambeau de la raison, etc.
   * Le peuple dit tuer la chandelle: Malherbe a dit au figuré, tuer le flambeau. Cette façon de parler figurée, est devenue si commune, dit Ménage (il pouvoit ajouter et si basse) qu'elle est devenue moins noble, et par conséquent moins poétique que la propre, qui est éteindre un flambeau.

Synonymes et Contraires

flambeau

nom masculin flambeau
2.  Littéraire. Ce qui guide.
guide -littéraire: lumière, phare.
Traductions

flambeau

torch, chandelier, linkאבוקה (נ), לפיד (ז), משואה (נ), לַפִּיד, מַשּׂוּאָה, אֲבוּקָהtoorts, fakkel, kandelaarFackeldoppiere, face, fiaccola火炬 (flɑ̃bo)
nom masculin pluriel flambeaux
bâton en feu qui éclaire

flambeau

[flambeaux] (pl) [flɑ̃bo] nmtorch, flaming torch
se passer le flambeau (fig) → to hand on the torch