flammé

(Mot repris de flammées)

flamme

FLAMME. (On prononce Flâme.) n. f. Lumière ascendante et mobile qui se dégage d'une matière qui brûle. Ce feu ne fait point de flamme. Un corps qui brûle sans donner de flamme. Passer quelque chose par la flamme. La flamme tend toujours à s'élever. Il fut dévoré par les flammes. Il fut livré aux flammes. Tout a été la proie des flammes. La maison était toute en flammes. Un volcan qui jette des flammes.

Les flammes éternelles, les flammes de l'enfer, Les tourments des damnés. Les flammes du purgatoire, Les souffrances des âmes qui sont dans le purgatoire.

Jeter feu et flamme. Être tout feu, tout flamme. Voyez FEU.

Il se dit figurément d'un Sentiment, d'une nature, d'un talent où il y a de la chaleur et de la générosité. Ce jeune homme a de la flamme. Cet orateur a de la flamme. Discours plein de flamme.

Quelquefois, en Poésie, il est synonyme d'Amour. Une amoureuse flamme. Brûler d'une flamme secrète.

En termes de Marine, il se dit, par analogie d'une Banderole longue et étroite qui va en diminuant en pointe jusqu'à son extrémité, et qu'on attache aux mâts et aux vergues des navires. La flamme aux couleurs nationales ne peut être arborée que sur les vaisseaux de l'État : elle est le signe du commandement. Il y a des flammes de diverses couleurs, qui servent à faire des signaux.

Il se dit aussi, en termes militaires, d'une Bande d'étoffe longue et taillée en pointe qui flotte au sommet de la lance.

En termes d'Architecture, il se dit d'un Ornement en forme de flamme qui termine des vases, des candélabres.

flamme


FLAMME, (ou mieux flâme, puisque l'a est long.) s. f. La partie la plus subtile du feu, qui s'élève en haut. "Éteindre, amortir, étoufer la flâme. = Poétiquement, la passion de l'amour. — En termes de Marine, banderole fourchue, qu'on arbore pour ornement, ou pour faire signal.