flot

flot

n.m. [ du frq. ]
1. Masse liquide agitée de mouvements en sens divers : Un flot de boue a submergé le camping vague
2. Masse d'une matière évoquant le mouvement des flots ; grande quantité : Sa chevelure tombait en flots sur ses épaules. Un flot de sang torrent ; filet essaim, foule, nuée
3. Marée montante : Des pêcheurs ont été pris par le flot flux ; jusant, reflux
4. (Au pl.) Litt. La mer : La violence des flots.
À flots,
abondamment : L'argent coule à flots.
Être à flot,
flotter ; fig., cesser d'être aux prises avec des difficultés financières.
Remettre qqn, une entreprise à flot,
les aider à sortir d'une situation critique, les renflouer.

FLOT1

(flo ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : les flo-z orageux) s. m.
Lame d'eau soulevée dans la mer par l'action du vent. Les flots écumeux. Chaque flot qui vient se briser contre le rivage.
Le flot qui l'apporta recule épouvanté [RAC., Phèdre, V, 6]
Celui qui met un frein à la fureur des flots [ID., Athal. I, 1]
Fig.
Essayez, je vous prie, De calmer doucement les flots de sa furie [MAIR., Sophon. IV, 6]
Nous l'avons vu retiré dans sa maison, où il conserva la tranquillité parmi les incertitudes des émotions populaires et d'une cour agitée ; et, résigné à la Providence, il vit sans inquiétude frémir à l'entour les flots irrités [BOSSUET, le Tellier.]
Il [l'homme] a, comme la mer, ses flots et ses caprices [BOILEAU, Sat. VIII]
Un bruit.... Sur Joad, accusé de dangereux complots, Allait de sa colère [d'Athalie] attirer tous les flots [RAC., Ath. III, 4]
Au plur. La mer.
Il aperçut de loin au milieu des flots un vaisseau arrêté qui n'osait approcher de l'île, parce que tous les pilotes connaissaient que l'île de Calypso était inaccessible à tous les mortels [FÉN., Tél. VII]
Seriez-vous insensible au malheur d'un fils qui, cherchant son père à la merci des vents et des flots, a vu briser son navire contre vos rochers ? [ID., ib. I]
Le vent impétueux qui soufflait dans ses voiles L'enveloppe ; étonnée et loin des matelots, Elle tombe, elle crie, elle est au sein des flots [A. CHÉN., Élég. XX]
Reine des flots, sur ta barque rapide Vogue en chantant, au bruit des longs échos ; Les vents sont doux, l'onde est calme et limpide ; Le ciel sourit : vogue, reine des flots [BÉRANG., le Prisonnier.]
Il se dit aussi des lames d'eau soulevées dans un lac, dans un fleuve par le vent ou par toute autre cause. Les flots du lac de Genève. Le fleuve roulait ses flots avec rapidité. Les flots ou le flot d'un fleuve, se dit quelquefois simplement pour les eaux de ce fleuve.
La Seine, au pied des monts que son flot vient laver [BOILEAU, Ép. VI]
La marée montante, par opposition au jusant, qui est la marée descendante. Le flot entre bien avant dans la Garonne.
Sera réputé bord et rivage de la mer, tout ce qu'elle couvre et découvre pendant les nouvelles et pleines lunes, etc. jusques où le grand flot de mars se peut étendre sur les grèves, [, Ordonn août 1681]
Quart de flot, demi-flot, et trois quarts de flot, le quart, le demi et les trois quarts du montant de la mer. Dans la Seine maritime, le mascaret se nomme flot ou barre.
Il se dit de ce qui ondule comme font les flots. Des cheveux qui tombent à longs flots. Les flots d'une noire chevelure.
Fig. Il se dit de ce qui abonde comme un flot. Vomir des flots de sang.
Tu verras des flots d'or rouler dans ta maison [TRISTAN, M. de Chrispe, IV, 2]
Et nous épargnerons ces flots de sang romain Que versent tous les ans votre bras et ma main [CORN., Sertor. III, 2]
Quels flots de sang pour elle avez-vous répandus ? [RAC., Iphig. IV, 4]
L'onde approche, se brise et vomit à nos yeux Parmi des flots d'écume un monstre furieux [ID., Phèdre, V, 6]
Pareil à cet aiglon qui de son nid tranquille, Voyant près du soleil son père transporté Nager avec orgueil dans des flots de clarté, S'élève, bat les airs de son aile indocile, Retombe.... [GILB., le Poëte malheureux.]
Versant des flots de larmes, je me séparai de la fille de Lopez [CHATEAUB., Atala.]
....Imprégné des flots de musc et d'ambre Qu'un fat exhale en se mirant [BÉRANG., Mon habit.]
À longs flots puisez l'allégresse Dans ces flacons d'un vin mousseux [ID., Mes cheveux.]
Par exagération. Des flots d'encre ont coulé dans ce débat, on a beaucoup écrit pour et contre. Des flots de bile, de violentes invectives dictées par la colère, l'indignation, le mépris.
Ou bien quand Juvénal, de sa mordante plume Faisant couler des flots de fiel et d'amertume, Gourmandait en courroux tout le peuple latin [BOILEAU, Sat. VII]
Poétiquement. Des flots d'harmonie, une musique ou une poésie qui charme et emplit l'oreille.
Les mouvements d'une grande foule ; la multitude elle-même.
Et pour calmer enfin tous ces flots d'ennemis [BOILEAU, Sat. IX]
Cotin, à ses sermons traînant toute la terre, Fend des flots d'auditeurs pour aller à sa chaire [ID., ib.]
Je doute que le flot des vulgaires humains.... [ID., ib. X]
Je n'ai percé qu'à peine Les flots toujours nouveaux d'un peuple adorateur [RAC., Bérén. I, 3]
Madame, suivez-moi ; Ne craignez ni les cris, ni la foule impuissante D'un peuple qui se presse autour de cette tente.... Ces flots tumultueux s'ouvriront devant vous [ID., Iph. V, 2]
Par les flots de ce peuple entraînée en ces lieux [VOLT., Mér. V, 6]

SYNONYME

  • FLOT, VAGUE, HOULE. Le flot est l'eau de la mer soulevée, qu'il y ait ou non tempête. La vague est le flot d'une mer agitée. La houle est la vague qui continue à se soulever quand la tempête est calmée.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et cil qui deust faire, par semblant, paor es floz de la mer, e les mons faire percier.... [, Machab. II, 8]
    Li tien fluct sur mei trespasserent [, Liber psalm. p. 56]
    Al premier flot irad ariere, s'il a vent [, Th. le mart. 124]
  • XIIIe s.
    Atant esvos torné le vent ; Li vespres ert [était] bien avesprés, Et li flos tost au port montés [, Fl. et Bl. 1352]
    Nous leur devons repondre de kemun feu [incendie], de kemun fluet [inondation], de kemun tempiest [DU CANGE, fluentare.]
  • XIVe s.
    Nous faisons savoir que nous tenons en fief de M. Jehan duc de Brabant l'avoerie et le [la] seignorie de Malines, le flot d'aiwe [ce qui est apporté par le flot], les chemins et le marchiet du seil, du poisson et des bestes [ID., fluctus.]
    Tel flot y out de gens qu'on non pout apruichier [, Girart de Ross. V. 1479]
  • XVe s.
    Malgré les flots de la discordable fortune [CHRIST. DE PISAN, Hist. de Charles V, I, 5]
  • XVIe s.
    Le vent, s'il luy commande, Souffle tempestueux ; Et s'enfle en la mer grande Le flot impetueux [MAROT, IV, 318]
    Durant ce gros alarme, l'ennemy ne pouvoit ouyr le flot de l'eaue, par où ils cheminoient [M. DU BELLAY, 421]
    On connoist de quel costé est l'enfleure au mouvement du flot [fluctuation chirurgicale], et y a un son comme d'une bouteille à demy remplie [PARÉ, VI, 10]
    ....Qu'il s'entend quand la mer monte et baisse, de plaine mer ou basse mer, à demy ou quart de flocq ou d'esbe [ANT. DE CONFLANS, les Faits de la marine, dans JAL]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. fluctz ; ital. flutto ; du latin fluctus, qui tient à fluere, couler

FLOT2

(flo) s. m.
État de ce qui flotte ; usité seulement dans cette locution : être à flot, avoir assez d'eau pour flotter, pour ne pas toucher le fond. On dit dans un sens analogue : mettre, remettre à flot. Fig. et familièrement. Mettre quelqu'un à flot, lui fournir des moyens, des fonds, des ressources pour qu'il fasse ses affaires. On dit de même : sa barque est à flot, il fait bien ses affaires. Mettre du bois à flot, jeter des arbres, des bûches dans un cours d'eau pour qu'ils descendent en flottant. On dit dans un sens analogue : il y a tant de bûches à flot. Ce bois vient à flot par telle rivière. À flot perdu, sans que les bûches soient attachées les unes aux autres. Dans l'art du flottage, flot, train de bois qui flotte. Aujourd'hui on dit train. Quantité de bois jeté dans un courant qui l'emmène. L'action d'y jeter des bûches. Le flot va bientôt commencer.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Toniaus vuit [vides] qui vienent à flote doivent chascun obole de rivage [, Livre des mét. 305]
  • XIVe s.
    Toutes ventes de bois et de flotes d'iceus [, Ordonn. 16 nov. 1318]

ÉTYMOLOGIE

  • Substantif verbal de flotter.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. FLOT. Ajoutez :
    Quantité de bois d'une expédition de flottage.
    Sur l'Armançon et les ports de l'Yonne inférieure, le faix se compose de sept bûches, pendant le tirage et la mise en état des flots [, Arrêté du ministre de l'intérieur, 28 mai 1816]
  • Flot particulier, quantité de bois expédiée par un particulier ; flot de communauté, le bois expédié par la communauté des marchands.
    Les marchands ou propriétaires peuvent faire couler leurs bois en flot particulier.... mais ces flots particuliers ne peuvent avoir lieu qu'autant qu'ils ne nuisent pas aux flots de communauté [, Mém. de la Soc. centr. d'Agric. 1873, p. 262]

FLOT3

(flo) s. m.
Houppe de laine qu'on met à la têtière des mulets.
Espèce de papillon de nuit.

ÉTYMOLOGIE

  • En Lorraine, on nomme flot un nœud de ruban. Il est probable que flot est une altération de floc (voy. ce mot) ; d'autant plus qu'on a dit floton (voy. FLOCON à l'historique).

flot

FLOT. n. m. Masse liquide en mouvement. Il est principalement d'usage au pluriel et il s'emploie quelquefois absolument pour désigner la Mer, un fleuve, etc. Les flots de la mer, d'un fleuve, d'un lac. Chaque flot qui vient se briser contre le rivage. Le vent soulève les flots. Fendre les flots. Le bruit des flots. Les rives que la Seine baigne de ses flots.

Être à flot se dit d'un Navire, d'un bateau, etc., qui ne touche point le fond, qui est porté par l'eau. Il n'y a pas assez d'eau pour que cette barque puisse être à flot. On dit dans un sens analogue Mettre, remettre à flot. Figurément, Être à flot, signifie Être sorti d'une situation difficile, surtout d'embarras financiers; Mettre ou remettre quelqu'un à flot, Lui fournir de quoi se tirer d'affaire.

Bassin à flot. Voyez BASSIN.

Par extension, Le sang coulait à flots de sa blessure, Il coulait avec abondance. On dit dans un sens analogue À flots pressés. À longs flots. Des flots de sang. Des flots de lumière. Des flots de poussière, de fumée, etc.

Par exagération, Des flots d'encre ont coulé dans ce débat, On a beaucoup écrit pour et contre. On dit aussi Des flots de bile, D'amères invectives dictées par la colère, l'indignation, l'envie.

FLOT se dit encore, au figuré, des Mouvements d'une grande foule, d'une multitude, et s'applique souvent aussi à la foule, à la multitude même. Contenir les flots de la multitude irritée. La foule l'entraînait; un premier flot l'emporta vers l'entrée, un second l'en éloigna. Fendre les flots d'un nombreux auditoire. Suivre le flot.

Il désigne aussi le Flux et le reflux de la mer, la marée; et, plus ordinairement, le Flux, la marée montante seulement, par opposition à Jusant, qui signifie la Marée descendante. Le flot vient, monte jusque-là. Le flot entre avec beaucoup d'impétuosité dans la Seine. Le flot remonte très loin dans ce fleuve.

flot

Flot, a une signification generale, à tout flux undoyant, soit en mer, soit en rivieres. Fluctus, Vnda. Et une particuliere pour le flux qui esleve la mer, six heures en montant, et six en baissant, lequel sert aussi pour mettre les navires dedans les havres, où demeurent à sec quand la mer reflotte: on appelle ce flot par adjonction, Flot de mer, parce que les rivieres n'en tiennent aucunement, et flux et reflux, comme si vous disiez, Flot, et Reflot, tout ainsi que Floter et Refloter, Accessus et recessus maris, AEstus maris.

Flot de Mars, c'est la grande advenuë que le flux de la mer fait entour l'equinocce de Mars, dont le pareil est entour l'equinocce de Septembre, Fluctus maximus. Qui semble estre celuy dont les Jurisconsultes parlent en la definition de ce mot, Litus.

flot


FLOT, s. m. [le t ne se prononce point.] 1°. Onde, vague. Voy. VAGUE. "Les flots de la mer; fendre les flots. = Ce vaisseau est à flot; on l'a mis à flot; il est soutenu sur l'eau, il a assez d'eau pour floter. = 2°. Le flux et reflux, la marée. "Le flot vient jusque là. = 3°. Fig. Foule:
   Cotin à ses sermons traînant toute la terre,
   Fend les flots d'Auditeurs, pour aller à sa chaire.
"Il passa à travers les flots d'un peuple immense assemblé pour le voir. = Grande quantité; des flots de sang: Le sang coule à grands flots.
   Et les chiens tremperont leurs langues altérées,
   Dans les flots de leur sang.
       Le Franc.
À~ FLOTS, adv. Il se dit au propre et au figuré. "Les pluies tombent à flots sur la Zone-Torride. Pluche. = On dit plus ordinairement à grands flots. = M. de St. Ange aplique assez mal cette expression adverbiale.
   Et d'un miel savoureux la liqueur précieuse.
   Distilloit à flots d'or des branches de l'yeuse.
Distiller, c'est tomber goutte à goutte; et comment donc le miel pouvoit-il distiller à grands flots? ANN. LITT. = M. Linguet dit par flots. "On verse le sang par flots. — C'est un néologisme. = À~ flots, au figuré; en foule. "On les a vus acourir à flots tumultueux. Thomas.

Synonymes et Contraires

flot

nom masculin flot
1.  Masse de liquide qui s'écoule.
3.  Littéraire. Ce qui rappelle les flots.
mouvement, vague -littéraire: ondulation.
Traductions

flot

Stromtorrent, fluid, liquid, volley, current, flow, influx, streamstroom, vloed, bergstroom, golf, vloeistof, massaזרימה (נ), פרץ (ז), קלח (ז), קליחה (נ), שטף (ז), שפיעה (נ), שֶׁטֶף, קָלַחtorrenttorentotorrentecaudal, enxurrada, torrenteeffluvio, fiotto, fiumana, flutto, onda, profluvio (flo)
nom masculin
1. liquide en mouvement les flots de la mer
2. figuré quantité importante de qqch un flot de larmes un flot de personnes
en grande quantité L'argent coule à flots.

flot

[flo]
nm
(= masse d'eau) → tide
(= marée) → flood tide
(NAVIGATION) être à flot → to be afloat (fig) [finances] → to be on an even keel
(fig) [larmes] → flood; [sang] → stream; [lumière, voyageurs, voitures] → stream; [souvenirs, paroles] → flood
un flot d'injures → a torrent of abuse flots
nmpl
(= eaux en mouvement) [mer, lac] → waves
(lit) (= mer) → ocean waves
(locution) à flots [couler] → in torrents
entrer à flots → to stream in, to pour in