fluxion

(Mot repris de fluxions)

fluxion

n.f. [ lat. fluxio, de fluere, couler ]
Gonflement douloureux d'une partie du corps ; congestion.
Fluxion dentaire,
inflammation des gencives et de la joue, due à une infection dentaire.

fluxion

(flyksjɔ̃)
nom féminin
médecine gonflement anormal fluxion de la joue

FLUXION

(flu-ksion ; en vers, de trois syllabes) s. f.
Terme de médecine. Abord d'un liquide vers le point où l'appelle une cause excitante. Là où il y a irritation, il y a fluxion. Afflux de sang ou d'autres liquides en certains tissus qui se tuméfient.
J'ai des fluxions sur les yeux qui m'ont ôté l'usage de la vue, des mois entiers ; elles se promènent quelquefois dans les oreilles et alors je vois, mais je suis sourd ; elles tombent sur la gorge et je deviens muet [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 1er juill. 1764]
Vulgairement, nom donné à des engorgements phlegmoneux du tissu cellulaire des joues et des gencives.
La Mousse a une petite fluxion sur les dents [SÉV., 68]
Fluxion de poitrine, terme vulgaire qui désigne ou une pneumonie ou une pleurésie. On a dit aussi fluxion sur la poitrine.
Une telle personne est morte d'une fièvre et d'une fluxion sur la poitrine [MOL., l'Amour méd. II, 1]
Mme de Marbeuf a eu le courage de se tirer d'une fluxion sur la poitrine et d'une fièvre continue, n'ayant voulu voir aucun médecin ni être saignée [SÉV., 30 janv. 1685]
Terme de vétérinaire. Fluxion périodique, sorte d'ophthalmie qui attaque le cheval.
Terme de mathématique. Méthode des fluxions, celle où l'on considère les quantités finies comme engendrées par un flux continuel, et, par exemple, la ligne comme la fluxion du point, la surface comme la fluxion de la ligne, et le solide comme la fluxion de la surface.
Ce même manuscrit [de Newton] contient et l'invention et le calcul des fluxions qui ont causé une si grande contestation entre M. Leibnitz et lui, ou plutôt entre l'Allemagne et l'Angleterre [FONTEN., Newton.]
Ce que M. Newton appelait fluxions, M. Leibnitz l'appepelait différences ; et le caractère par lequel M. Leibnitz marquait l'infiniment petit était beaucoup plus commode et d'un plus grand usage que celui de M. Newton [ID., Leibnitz.]
La géométrie et la physique, qui est appuyée sur elle, font voir que, dans les directions des mouvements, il faut toujours passer par une infinité de degrés ; et c'est même le fondement du calcul des fluxions inventé par Newton [VOLT., Physique, Expos. du livre des inst. phys. Loi de continuité.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Toutes choses sont en fluxion, muance et variation perpetuelle [MONT., II, 376]
    Fluxion est un soudain desbordement d'humeurs, avec plus grande quantité qu'il n'est besoin à la partie pour sa nourriture [PARÉ, V, 2]
    Ne plus ne moins qu'un lieu bas qui reçoit toutes fluxions [AMYOT, De la mauvaise honte, 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. fluxionem, de fluere, fluer, couler.

fluxion

FLUXION. n. f. T. de l'ancienne Médecine. Afflux de sang ou d'un autre liquide dans quelque partie du corps. Fluxion de poitrine. Voyez PLEURÉSIE, PNEUMONIE.

Dans un sens plus restreint, il se dit encore d'un Gonflement inflammatoire des gencives, des joues.

En termes de Mathématiques, Méthode des fluxions, Méthode de calcul où Newton regardait les grandeurs géométriques comme engendrées par des mouvements continus. Il les appelait des fluentes et nommait fluxions les vitesses des mouvements. Le calcul des fluxions est devenu le calcul infinitésimal.

fluxion


FLUXION, s. f. FLUXIONAIRE, adj. [fluk-cion, cio-nère; 3e è moy. et long. 4e e muet.] Fluxion, écoulement d'humeurs malignes. "Fluxion sur le visage, sur la poitrine, ou de poitrine, etc. Fluxionaire, qui est sujet à des fluxions.

Traductions

fluxion

[flyksjɔ̃] nf (vieilli) fluxion de poitrine → phthisis