foncé, ée

FONCÉ, ÉE1

(fon-sé, sée) part. passé de foncer 1
Garni d'un fond. Tonneau foncé.
Creusé. Puits foncé. Trou foncé, trou pratiqué dans une pièce de bois, mais sans en percer toute l'épaisseur.
Fig. Qui est de la nuance la plus sombre d'une couleur. Bleu, vert foncé.
Si le feuille-morte n'était pas trop foncé [DANCOURT, Vert galant, sc. 26]
La teinte de la partie supérieure du corps était plus foncée que la teinte de la partie inférieure [BUFF., Ois. t. VI, p. 36, dans POUGENS]
Fig. Ses opinions sont d'un rouge foncé, il appartient au parti des démocrates les plus ardents, les plus radicaux. Au XVIIe siècle on disait enfoncé (voy. ce mot à la remarque).

FONCÉ, ÉE2

(fon-sé, sée) part. passé de foncer 2
Qui a un certain fonds d'argent. Cet homme-là est foncé, il est bien foncé. Peu usité. Fig. Habile en certaines choses. Vous ne l'embarrasseriez pas facilement sur ces matières, car il y est foncé, bien foncé. Peu usité.