fonder

(Mot repris de fondas)

fonder

v.t. [ lat. fundare ]
1. Prendre l'initiative de créer, d'établir : Il a fondé sa propre entreprise constituer inventer ils se sont mariés
2. Donner de l'argent pour l'établissement de qqch : Ils ont fondé un hôpital créer instaurer
3. (sur)Fig. Établir solidement ; asseoir, appuyer : Il fonde son pouvoir sur la force. Elle fonde de grands espoirs sur sa fille placer en

se fonder

v.pr. (sur)
1. En parlant de qqch, l'avoir pour fondement, pour base : Son espoir se fondait sur un mensonge reposer sur
2. S'appuyer sur qqch pour légitimer une opinion, un sentiment, etc. : Sur quoi te fondes-tu pour juger ainsi cet homme ? se baser sur

fonder


Participe passé: fondé
Gérondif: fondant

Indicatif présent
je fonde
tu fondes
il/elle fonde
nous fondons
vous fondez
ils/elles fondent
Passé simple
je fondai
tu fondas
il/elle fonda
nous fondâmes
vous fondâtes
ils/elles fondèrent
Imparfait
je fondais
tu fondais
il/elle fondait
nous fondions
vous fondiez
ils/elles fondaient
Futur
je fonderai
tu fonderas
il/elle fondera
nous fonderons
vous fonderez
ils/elles fonderont
Conditionnel présent
je fonderais
tu fonderais
il/elle fonderait
nous fonderions
vous fonderiez
ils/elles fonderaient
Subjonctif imparfait
je fondasse
tu fondasses
il/elle fondât
nous fondassions
vous fondassiez
ils/elles fondassent
Subjonctif présent
je fonde
tu fondes
il/elle fonde
nous fondions
vous fondiez
ils/elles fondent
Impératif
fonde (tu)
fondons (nous)
fondez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais fondé
tu avais fondé
il/elle avait fondé
nous avions fondé
vous aviez fondé
ils/elles avaient fondé
Futur antérieur
j'aurai fondé
tu auras fondé
il/elle aura fondé
nous aurons fondé
vous aurez fondé
ils/elles auront fondé
Passé composé
j'ai fondé
tu as fondé
il/elle a fondé
nous avons fondé
vous avez fondé
ils/elles ont fondé
Conditionnel passé
j'aurais fondé
tu aurais fondé
il/elle aurait fondé
nous aurions fondé
vous auriez fondé
ils/elles auraient fondé
Passé antérieur
j'eus fondé
tu eus fondé
il/elle eut fondé
nous eûmes fondé
vous eûtes fondé
ils/elles eurent fondé
Subjonctif passé
j'aie fondé
tu aies fondé
il/elle ait fondé
nous ayons fondé
vous ayez fondé
ils/elles aient fondé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse fondé
tu eusses fondé
il/elle eût fondé
nous eussions fondé
vous eussiez fondé
ils/elles eussent fondé

FONDER

(fon-dé) v. a.
Établir les fondements d'une construction. Fonder un quai sur pilotis. Ceux qui fondèrent l'abbaye du mont Saint-Michel sur un roc. Fonder une ville, être le premier à la bâtir.
Elle [Didon] a fondé une superbe ville [FÉN., Tél. III]
Crotone fut fondée par Myscellus, chef des Achéens, la troisième année de la XVIIe olympiade [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 474, dans LACURNE]
Familièrement et par plaisanterie. Fonder sa cuisine, pourvoir à ce qui regarde la subsistance.
La religion chrétienne est partout incorporée à l'État ; et, depuis le pape jusqu'au dernier capucin, chacun fonde son trône ou sa cuisine sur elle [VOLT., Dial. XXVI, 3]
Fig. Faire le premier établissement d'une chose. Fonder une académie, une colonie, un ordre religieux.
Vos aïeux dont Bélus a fondé la noblesse [VOLT., Sénir. II, 2]
Chasser les possesseurs et fonder des États [VOLT., Tancr. I, 1]
Du fond des Indes jusqu'aux extrémités de l'Europe, quiconque se trouve ou se met en droit de parler avec autorité à la populace peut fonder une secte, et c'est ce qu'on a vu dans tous les temps [ID., Russie, I, 5]
Fig. Avec un nom de chose pour sujet, servir comme de fondement. Cet ouvrage fonda la réputation de tel écrivain.
Ces hautes vertus qui fondent ta puissance Réparent ce qui manque à l'heur de ta naissance [CORN., Perthar. II, 5]
Plus que vous je désire Qu'ici la vérité fonde un nouvel empire [VOLT., Alz. I, 1]
Ta religion que fonda l'imposture [ID., Fanat. V, 2]
Léguer, donner un fonds pour l'établissement d'une œuvre religieuse, charitable, littéraire. Fonder une église, un couvent, une chapelle.
Il y a bien de la différence d'être fondé par un saint ou par un roi [MAINTENON, Lett. à Mme de la Viefville, 18 juin 1707]
Je suis comme des gens qui fondent des hôpitaux, mais qui ne s'y font point recevoir [VOLT., Lett. Richelieu, 16 janv. 1771]
Homme éloquent et le premier [Balzac] qui fonda un prix d'éloquence [ID., Louis XIV, Écriv. Balzac.]
Les rois ne laissèrent pas de bâtir de magnifiques églises, de fonder de riches évêchés, de repousser des ennemis puissants, de faire des conquêtes importantes [RAYNAL, Hist. phil. IV, 17]
Fig. Établir d'une façon permanente.
Fondez votre repos en me faisant heureux [ROTR., Vencesl. III, 3]
Voilà ce qui doit fonder votre tranquillité [SÉV., 422]
Sforce jugea qu'une telle conjoncture valait mieux que des droits ; quand on n'en a point à faire valoir, c'est par l'épée qu'on les fonde [DUCLOS, Hist. Louis XI, Œuv. t. II, p. 300, dans POUGENS]
Les Romains n'oublièrent rien pour faire regarder ces concessions comme des grâces passagères qui ne fondaient point de droit [VERTOT, Révol. rom. X, p. 23]
Vous avez fondé notre bonheur pour la vie en me laissant faire [MARIV., Jeux de l'am. et du has. III, 4]
Fonder sur, asseoir, faire reposer sur.
Sur votre perte il fonde ses projets [CORN., Cinna, III, 1]
Sur un présomptueux vous fondez quelque appui [ID., Nicom. III, 1]
N'y ayant rien ni de plus libre ni de plus indépendant qu'un homme qui sait vivre de peu, et qui, sans rien attendre de la protection ou de la libéralité d'autrui, ne fonde sa subsistance que sur son industrie et sur son travail [BOSSUET, Hist. III, 6]
Puis-je sur ton récit fonder quelque assurance ? [RAC., Brit. III, 6]
Je fondais mon bonheur sur le débris des lois [ID., Bérén. II, 2]
[Un roi qui] Fondait sur trente États son trône florissant [ID., Mithr. III, 1]
Et sur mes faibles mains fondant leur délivrance [ID., Esth. I, 1]
Malheureux l'homme qui fonde Sur les hommes son appui [ID., Cantiques.]
Il fondait ses espérances sur beaucoup d'esprit [HAMILT., Gramm. 9]
Absolument.
Tant de méchants placets, monsieur, sont présentés, Qu'ils étouffent les bons ; et l'espoir où je fonde Est qu'on donne le mien quand le prince est sans monde [MOL., Fâcheux, III, 2]
Je fondais sur le sable et je semais sur l'onde [LAMART., Harm. IV, 4]
Justifier, donner la raison de. Voilà sur quoi il fonde son opinion. Cela est fondé en raison.
Je pourrais fonder ce prologue Sur gens de tous états.... [LA FONT., Fabl. VII, 14]
Terme de droit. Fonder quelqu'un de procuration, lui donner sa procuration.
Se fonder, v. réfl. Être fondé, être assis sur des fondements. La digue de Cherbourg se fonda avec de très grandes difficultés. Fig. Tant cet empire eut de peine à se fonder !
Fig. Être appuyé sur.
Comme le seul espoir où mon bonheur se fonde [CORN., le Ment. IV, 4]
Mais j'ai vu dans votre âme ensuite une autre idée Sur qui mon espérance aussitôt s'est fondée [ID., Sertor. IV, 2]
Vous avez vu ce fils où mon espoir se fonde ? [MOL., l'Ét. IV, 3]
Sa liberté [du monde] qui sur vous seul se fonde [RAC., Mithr. v, 5]
Jéhu, sur qui je vois que votre espoir se fonde.... [ID., Athal. III, 6]
10° Prendre ses motifs, ses raisons.
Il se fonde ordinairement sur nos pères [PASC., Prov. 6]
Je suis obligé d'avertir que nos mystiques se fondent principalement sur une opinion de l'école, qui met l'essence de la charité à aimer Dieu, comme on parle, sans retour sur soi, sans attention à son éternelle béatitude [BOSSUET, Ét. d'orais. III, 8]
Le peuple, dans tous les temps et dans toutes les difficultés, ne se fonde que sur Moïse [ID., Hist. II, 3]
Il se fonda sur les anciennes prophéties [ID., ib. 9]
Voilà ce qui rend la conception de Marie non-seulement si glorieuse, mais si sainte, et sur quoi saint Augustin s'est fondé [BOURDAL., Myst. Concept. de la Vierge, t. II, p. 2]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Sainte iglise funda Deus, e il l'establi, E par sun propre sanc delivra e franchi [, Th. le mart. 79]
    Enracineit et fondeit en lei [dans la loi] par fermes racines [ST BERNARD, ms. p. 317, dans LACURNE]
  • XIIIe s.
    La terre est Dieu [est de Dieu], et sa largesse ; Car desor la meir [la mer] [il] la fundait [fonda], Et desor flus l'apareillait [l'appareilla] [, Psaumes en vers, dans Liber psalm. p. 276]
    Fondé des ars [très instruit dans les sciences] [, Flore et Blanchefl. v. 208]
    Li cuers de fame est fondez Sus foible complexion [, Bibl. des chartes, 4e série, t. v, p. 33]
    En saint mont funda Dieux Jherusalem [, Psautier, f° 105]
    Une bele abaïe [ils] ont au païs fondée [, Berte, CXLII]
    Sachiez que de tous biens [qualités] [elle] est tant pleine et fondée [, ib. CXV]
    Poi s'en faut, toutes cozes qui vienent en plet sunt por le meffet de l'une des parties, si que toz nostre livres est fondés sur la venjance des meffès [BEAUMANOIR, XXX, 106]
  • XIVe s.
    Et la tierce opinion est fondée sur ce que delettacion n'est pas fin [ORESME, Eth. 219]
  • XVe s.
    Il est mendiant et non fondé [renté], sinon sur ses aumones [LOUIS XI, Nouv. II]
  • XVIe s.
    Qui voudra donc qu'à aimer je me fonde, Il faut premier que l'amour on refonde [MAROT, II, 421]
    Qu'ils pensent bien à ce qu'ils disent : et il ne se fonderont point en raison tant frivole, et de fait la raison sur laquelle se fonde saint Augustin est très ferme [CALV., Instit. 246]
    Prendre le party le moins fondé en apparence [MONT., I, 132]
    Toute la masse [de chaume et de terre] commencea à prendre pied ferme [dans le Tibre] et à se fonder dedans l'eau [AMYOT, Public. 13]
    Vous autres qui estes bien fondez [riches en biens-fonds], donnez vos pensées au paroistre, et nous à l'estre seulement [D'AUB., Faen. I, 13]
    Elle proposa de faire un hospital fondé de bonnes rentes et revenus pour les soldats estropiez [CASTELNAU, 162]
    Des murailles profondement fondées dans terre, pour oster aux connins l'esperance d'en sortir par dessous les fondemens [O. DE SERRES, 403]
    Quand un manant meurt chargé de tant de debtes que personne ne se veut fonder son heritier, les eschevins commettent curateurs aus dits biens comme vacans [, Coust. génér. t. II, p. 939]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. fondar, fonzar ; espagn. fundar ; ital. fondare ; du latin fundare, de fundus, fond.

fonder

FONDER. v. tr. Asseoir un bâtiment, un édifice sur des fondements. Fonder une maison sur le roc, la fonder sur pilotis, la fonder sur le sable. On dit plus ordinairement BÂTIR.

Fig., Un édifice fondé sur le sable, se dit d'une Entreprise, d'une organisation, d'un pouvoir, d'une fortune qui semble ne pas avoir de bases solides et devoir rapidement s'effondrer. L'empire d'Alexandre fut un édifice fondé sur le sable. On dit inversement Fondé sur le roc.

Par extension, Fonder une ville, Être le premier à bâtir une ville et à la peupler. Didon fonda Carthage. Cette ville a été fondée à telle époque. Par analogie, Fonder un empire, un royaume, un État, une république, une colonie, etc. Fonder un ordre religieux. Fonder une académie, une société. Il fonda des jeux annuels. Fonder une religion, une doctrine philosophique, un système. On le dit quelquefois des Choses, mais seulement au figuré. Cet ouvrage fonda la réputation de tel écrivain.

Il signifie par analogie Créer un établissement, une oeuvre louable, utile en les dotant des fonds nécessaires pour leur entretien. Fonder un hôpital, un collège. Fonder une messe, un service. Fonder un lit dans un hôpital. Fonder des prix dans une académie. Fonder une bourse dans un collège.

Il signifie encore figurément Prendre quelque chose comme preuve ou quelqu'un comme appui ou garant de ce que l'on dit, de ce que l'on pense, de ce que l'on croit. Voilà sur quoi il fonde son opinion, ses prétentions, sa réclamation. Cela est fondé en raison. Sur quoi fondez-vous une semblable conjecture, une telle supposition, de telles craintes? Les espérances que j'avais fondées sur lui. Il a fondé sa doctrine sur des faits. Cela est fondé sur l'analogie. Absolument, Sa demande est mal fondée. Vos reproches sont bien fondés. Ce sont des craintes mal fondées. L'espoir le mieux fondé.

Être fondé à croire, à dire, à faire quelque chose, Avoir de justes raisons, de justes motifs de croire, de dire quelque chose. N'étais-je pas fondé à croire que vous vouliez nous quitter?

SE FONDER SUR signifie S'appuyer sur quelque chose à propos de ce qu'on dit, de ce qu'on croit, de ce qu'on pense. Je me fonde sur ce que... Tout cela se fonde sur de faux bruits. Se fonder sur l'analogie. Se fonder sur un article de loi, sur un principe de droit. Une morale fondée sur l'intérêt personnel. Un attachement fondé sur l'estime.

fonder

Fonder, Fundare.

Fonder un college, Collegium instituere.

Fonder et instruire une Republique, Rempublicam aedificare.

¶ Je ne scay où ceux ci se fondent, Illi rationem opinionis suae viderint. B. ex Quintil.

Quand on fonde sur une lettre, ou une syllabe, pour cuider par là reprendre sa partie, Tendiculae literarum.

Fondé par dessous, Suffundatus.

Le jour que la ville fut fondée, Natalis vrbis.

¶ Qui est le mieux fondé, et a le plus apparent droict, Superior. B. ex Cic.

Je suis fondé en equité, AEquo et bono nitor. B.

Bons procez et bien fondez, Causae quae firmo iure solidoque nituntur. Bud.

La cause est fondée en plusieurs bons tiltres et enseignemens, Causa multis ac magnis authoritatibus nititur. Bud.

La cause est si mal fondée qu'il n'y a si petit advocat qui ne la gaigne, Causa tam infirma est vt gladio plumbeo confici possit.

Nostre partie adverse est fondée sur l'equité, AEquitas cum aduersario stat.

Divination est fondée en conjecture, Nititur in coniectura diuinatio.

fonder


FONDER, v. act. [Fondé, 1re lon. 2e é fer.] 1°. Au propre, poser les fondemens. "Fonder une maison sur le roc, sur le sâble, sur pilotis. — Fonder une ville, être le premier à la bâtir. Au figuré, fonder un Empire, un Royaume, un État; fonder un Ordre Religieux. = 2°. Doner un fonds sufisant pour un établissement. = Fonder, Établir, Instituer, Ériger, (Synon.) Fonder, c'est doner le nécessaire pour la subsistance: il exprime proprement des libéralités temporelles. "St. Louis a fondé les Quinze-vingt. Établir, c'est acorder une place et un lieu de résidence. Il a un raport particulier à l'autorité et au gouvernement civil. "Louis XIV a établi les filles de St. Cyr. Instituer, c'est créer et former les chôses. Il en désigne l'Auteur, ou celui, qui les a le premier imaginées. "St. Ignace de Loyola a institué les Jésuites. Ériger, c'est changer en mieux l'état des chôses: il ne s'emploie bien que pour les fiefs et les dignités. "Paris a été érigé en Archevêché sous Louis XIII. GIR. Synon. = 3°. Se fonder, régit sur ou en. "Il se fonde sur de bons ou de mauvais titres. "Toute son espérance se fonde en vous. "Se fonder en autorité, en exemple. = 4°. Être fondé régit à et l'infinitif. "Je suis fondé à demander des dédomagemens.
   On dit, proverbialement, et en plaisantant. "Avant tout, il faut fonder la cuisine, établir de quoi vivre.

Synonymes et Contraires

fonder

verbe fonder
2.  Donner un fondement à.

fonder (se)

verbe pronominal fonder (se)
S'appuyer sur quelque chose.
Traductions

fonder

begründen, fundieren, gründen, auf Grund setzenfound, establish, erect, ground, institute, form, buildstichten, vestigen, baseren, funderen, grondvesten, oprichten, baseren (op), baseren op, onderbouwenביסס (פ' פעיל), הקים (הפעיל), השתית (הפעיל), ייסד (פיעל), יסד (פ'), מיסד (פיעל), הִשְׁתִּית, יִסֵּד, יָסַד, מִסֵּד, בִּסֵּסfundaroprette, basere påfondifundar, instituir, motivar, poner en tierraperustaa, määrätä lentokieltoonmendasari, mendirikanbasare, fondere, fondaregrunnlegge, opprette, stifte, sette på bakkenustanowić, założyć, oprzećestabelecer, fundar, instalar, aterrissar, baseadofonda, întemeiagrunda, instifta, förbjuda att flygaθεμελιώνω, ιδρύω, προσγειώνωيَعْتَمِد عَلىzakládat se, Základnatemeljiti地面に置く(…에) 근거를 두다, 기본обосновыватьมีหลักฐานเพียงพอ, ฐานöğütmekdựa trên基于База基地 (fɔ̃de)
verbe transitif
1. créer fonder une entreprise
se marier et avoir des enfants
2. baser sur fonder ses espoirs sur qqn

fonder

[fɔ̃de] vt [+ institution] → to found
fonder un foyer (= se marier) → to set up home
fonder qch sur [+ argumentation, logique] → to base sth on [fɔ̃de] vpr/vi
se fonder sur [personne] → to base o.s. on, to take as one's authority