forcé


Recherches associées à forcé: forcer

forcé, e

adj.
1. Qui est imposé, que l'on fait contre sa volonté : Un atterrissage forcé.
2. Qui manque de naturel : Un sourire forcé artificiel, contraint ; naturel
3. Fam. Inévitable : Tu partiras, c'est forcé immanquable, logique
Avoir la main forcée,
agir malgré soi sous la pression d'autrui.
Marche forcée,
marche dont la durée et la rapidité dépassent celles des marches ordinaires.

forcé


forcée

(fɔʀse)
adjectif
1. qui est fait contre la volonté de qqn un sourire forcé
2. qui fait qqch contre sa volonté Il s'est senti forcé de répondre à ses attaques.
3. que qqn a abîmé, cassé par la force une serrure forcée

force

FORCE. n. f. Faculté naturelle d'agir vigoureusement. Il se dit proprement en parlant de l'Homme et des animaux. Force physique. Force musculaire. Une force d'Hercule. Frapper de toute sa force. Manquer de force. Lancer une chose avec force. Crier de toute la force de ses poumons. Perdre de sa force. Reprendre quelque force. Être sans force. On dit aussi Forces au pluriel quand il s'agit de l'Ensemble ou du concours de plusieurs énergies spéciales. Les forces du corps. Réparer ses forces. Recouvrer ses forces. Reprendre ses forces. Perdre ses forces. Prendre de nouvelles forces. Ses forces diminuent, reviennent. Vouloir faire plus que les forces ne permettent.

À forces égales, à force égale, à égalité de force, de forces, Les forces étant supposées égales de part et d'autre.

La force de l'âge, L'âge où un être organisé est dans toute sa force. Il se dit surtout en parlant de l'Homme. Être dans la force de l'âge.

La force du tempérament, La résistance à la fatigue et à la maladie. C'est à la force de son tempérament qu'il doit de n'avoir pas succombé à cette maladie.

Tour de force. Voyez TOUR.

Fig., À la force du poignet, En y employant beaucoup de vigueur, de ténacité.

Il se dit figurément en parlant de la Volonté, du caractère, de la sensibilité et désigne la Fermeté d'âme, le courage qui font braver les obstacles ou supporter le malheur, les maux, les tourments. Il a montré dans cette épreuve une grande force de volonté. Il lui a fallu beaucoup de force pour dompter cette émotion. Quelle force morale il faut pour accepter une telle existence, pour accomplir une telle mission! Elle a une force de caractère, une force d'âme digne d'admiration. N'avoir pas la force de faire une chose, Ne pouvoir pas se déterminer à la faire. Je n'eus pas, je ne me sentis pas la force de lui en dire davantage. Il n'eut pas la force de refuser.

Il se dit aussi figurément de l'Esprit, de l'imagination, du génie, etc., et signifie Aptitude à réfléchir, à concevoir, à produire. La force, les forces de l'intelligence. Par la force de son génie. L'esprit humain n'a pas assez de force pour pénétrer tous les secrets de la nature.

Il se dit également de l'Habileté, du talent, de l'expérience qu'on a dans un art, dans un exercice, etc.; et, en général, des Ressources dont on peut disposer, des facultés, du bien, du crédit, du pouvoir, etc., dont on jouit. Ces deux joueurs, ces deux écoliers, sont d'égale force. Ses adversaires ne sont pas de sa force. Cet écrivain n'est pas de force à traiter un pareil sujet. Il est de première force au pistolet, aux échecs. S'opposer de toutes ses forces à l'adoption d'une mesure dangereuse. Les forces d'un parti. Ce serait ôter au gouvernement ce qui fait sa force. On l'emploie quelquefois ironiquement. Tous écrivains de même force.

Être de force à, Être assez fort pour. Il est de force à lutter contre deux hommes. Par extension, il signifie Être assez habile pour. Il est de force à persuader les plus incrédules. Ironiquement, Il est de force à faire cette sottise, Il est capable de la faire.

Il se dit aussi de la Puissance d'un peuple, d'un État, de tout ce qui contribue à le rendre ou à le maintenir puissant. Le pays réparait lentement ses forces. Les forces comparées de la France et de l'Angleterre. La force militaire d'un empire.

La force d'une armée, Ce qui la rend redoutable. La discipline est ce qui fait la principale force des armées.

Être en force. Être en nombre pour défendre et attaquer. On dit de même Venir en force, se présenter en force.

La force d'une place, Ses moyens de défense, ses fortifications, sa garnison, etc.

Au pluriel, il se dit particulièrement des Troupes d'un État. Concentrer ses forces. Combattre à forces égales. Joindre ses forces. Les forces de terre et de mer. Les forces navales.

Il signifie encore Contrainte ou Pouvoir de contraindre. User de force. Employer la force. Régner par la force. Céder à la force. Opposer la force à la force. Avoir la force en main. La force publique. Les agents de la force publique.

Force armée, Tout corps de troupes, en tant qu'il peut être requis pour faire exécuter la loi ou les mesures des agents de l'autorité, lorsqu'il y a résistance de la part des citoyens. La foule ayant refusé de se disperser, on dut recourir à la force armée.

Force majeure. Voyez MAJEUR.

Force est demeurée à la loi, Les magistrats chargés de l'exécution de la loi l'ont emporté sur toutes les résistances.

Fam., Force est, force m'est, etc., s'emploient pour marquer la Nécessité absolue de faire quelque chose. Je voudrais bien demeurer, mais force m'est de partir. Force lui fut de se taire.

Maison de force, s'est dit d'une Maison de correction.

Camisole de force, Camisole qui sert à maîtriser les aliénés dangereux.

DE FORCE, loc. adv. qui sert à marquer Diverses sortes d'efforts ou de violences. Faire entrer de force une chose dans une autre, L'y faire entrer en frappant ou en poussant fortement. Prendre une fille de force, La violer. Prendre une ville de force. L'emporter d'assaut. Il lui fit signer cet acte de force, Il le lui fit signer par contrainte.

DE GRÉ OU DE FORCE, loc. adv. Volontairement ou par contrainte. Il faudra bien, de gré ou de force, qu'il paie le dommage.

PAR FORCE, À FORCE OUVERTE, DE VIVE FORCE, loc. adv. En employant la force, la violence. On le fit entrer par force dans la prison. Ils résolurent de prendre cette place de vive force.

FORCE, en parlant des Choses, signifie Solidité, pouvoir de résister. La force d'une poutre. La force d'un mur, d'une digue. La force d'une toile.

En termes de Charpenterie, Jambes de force. Voyez JAMBE.

Il se dit également de la Propriété qu'ont certaines choses d'imprimer à d'autres une impulsion plus ou moins grande, de les mettre en mouvement. La force d'un levier, d'un ressort, d'un moteur.

Il se dit, quelquefois, de l'Impulsion qu'a reçue le corps poussé, lancé, jeté. La force d'une balle, d'un obus.

Il signifie particulièrement Impétuosité. La force de l'eau, du courant. Le sang, l'eau jaillissait avec force. La force du vent.

La force du pouls, Le plus ou le moins de vitesse et d'élévation du pouls. On dit de même que Le coeur bat avec force quand les pulsations en sont rapides et violentes.

En termes de Marine, Faire force de rames, Ramer de toute sa force, ou Faire ramer les gens d'une barque, d'un bateau, etc., de toute leur force. Faire force de voiles, Se servir de toutes les voiles, afin de prendre plus de vent et d'aller plus vite; ou, figurément, Faire tous ses efforts pour réussir en quelque affaire.

Il signifie aussi Énergie, activité, intensité d'action. La force d'un poison, d'un remède. La force d'un acide. Ce vinaigre a beaucoup de force. La force de la chaleur. La force d'un coup. La force de la sève, L'abondance et la vigueur de la sève. Par extension, La force d'une passion, d'un sentiment. Son amour sembla renaître avec plus de force. S'élever avec force contre les abus. Cet homme semblait entraîné à sa perte par une force irrésistible.

Dans le sens qui précède, il s'applique particulièrement à l'Énergie du style, des expressions, etc. La force du style. Des vers pleins de force et d'éclat. Sentez-vous toute la force de ce mot, de cette expression? C'est un honnête homme, c'est un criminel dans toute la force du terme.

FORCE se dit encore particulièrement de la Valeur d'un raisonnement, d'une preuve, d'une raison, etc. La force d'un argument, d'une preuve, d'une objection. L'accusation tirait de ce fait une nouvelle force. Il fallut céder à la force de ces raisons.

Il se dit en outre, figurément, de l'Autorité, de l'influence d'une chose. Les lois étaient sans force. Cette coutume avait force de loi. Décision passée en force de chose jugée. La force des événements. La force de l'évidence. La force de l'exemple, de l'habitude, du préjugé.

La force des choses, La nécessité qui résulte logiquement d'une situation. On ne peut lutter contre la force des choses. Cela se fera par la force des choses.

La force de la vérité, Le pouvoir que la vérité a sur l'esprit des hommes.

La force du sang se dit des Mouvements secrets de la nature entre les personnes les plus proches.

Il se dit en général, surtout dans le langage didactique, de Toute cause ou puissance à laquelle on attribue la propriété de produire ou de déterminer certains effets, certains phénomènes. Les diverses forces répandues dans la nature. La force centripète. La force centrifuge. La force d'attraction. Force vitale.

En termes de Mécanique, Force motrice, Force qui produit un mouvement actuel; Force morte, Celle qui, étant développée ou employée, peut produire un tel mouvement, mais dont l'effet est actuellement neutralisé. Le parallélogramme des forces. Une force qui s'applique en un point. On disait aussi autrefois Force vive, par opposition à Force morte, pour exprimer l'Action de forces combinées avec leur vitesse comme dans le choc. Aujourd'hui cette locution n'est plus employée que pour désigner le Produit de la force motrice par le carré de la vitesse du point matériel auquel elle est appliquée.

Fig., Les forces vives de la nation, La partie la plus vigoureuse et la plus saine de la nation.

Force d'inertie, La résistance qu'oppose un mobile à ce qui doit le mettre en mouvement quand il est au repos. Il signifie figurément Résistance passive, qui consiste principalement à ne pas obéir. Ils opposèrent la force d'inertie aux mesures de l'autorité.

FORCE est aussi un Nom de quantité indéfinie s'ajoutant à la façon d'un adjectif invariable et qui signifie Grand nombre de, beaucoup de. Il a reçu force compliments. Il m'a fait force politesses.

À FORCE, loc. adv. et fam. Beaucoup, extrêmement. Travailler à force.

À FORCE DE, loc. prép. Par beaucoup de. À force de soins, de peines, de sollicitations. Au lieu d'être suivi d'un nom, il peut l'être d'un infinitif. À force de prier, d'agir; à force de pleurer, de crier, etc., En priant, en agissant beaucoup; en pleurant, en criant beaucoup, etc.

À force de bras, se dit en parlant de Travaux, de transports pour lesquels on n'emploie que la seule force des bras. Tirer, traîner à force de bras.

À force de rames, En ramant très vigoureusement.

À TOUTE FORCE, loc. adv. Par toutes sortes de moyens. Il veut, à toute force, venir à bout de son entreprise. Il signifie aussi À tout prendre, absolument parlant. On pourrait, à toute force, lui accorder ce qu'il demande.

force

Force, Vis, Neruositas, Fortitudo, Virtus. Il se prend quelquesfois pour le dessus d'une entreprinse ou affaire, comme, Il combatit si vaillamment que la force fut sienne, c'est à dire, que le dessus du combat et la victoire fut à luy. Item, faire de sorte que la force en demeure au Roy et à la justice, c'est à dire que le Roy et la justice soient les plus forts et ayent le dessus en ce qui est executé de leur part, il est ainsi prins, d'autant que le plus fort surmonte le plus foible.

Force et puissance, Firmamentum.

Force et vertu, Efficacitas, Neruus, Viriditas.

La force et vertu des arbres et herbes, Arborum atque erbarum natura, vis, facultas.

La force du procez, Causae robur. B.

Force et vigueur, Vigor.

Force de corps, ou force de courage par laquelle on endure toutes adversitez, Robur.

Force et longue haleine, Latus.

Force et vertu d'une personne malade, Facultas.

¶ Force et poincte comme d'oignon, moustarde, vinaigre, et semblables, Acrimonia.

Ceste herbe à force de refroidir, Vim refrigeratoriam habet haec herba.

Une force de retenir quelque chose, Tenacitas.

Force leur a esté de ce faire, Expressit hoc necessitas patribus.

C'est contraindre par force, Vis est haec quidem.

Faire faire à aucun quelque chose par force, Inuito alicui aliquid extundere, B.

Accroistre et augmenter la force d'aucun, Vires adiicere.

La force luy est accruë selon l'aage, Robur aetati accessit.

Avoir force et vertu, Vim habere.

Avoir assez de force et de vertu pour faire quelque labeur, Parem esse alicui rei faciendae.

Avoir grande force pour luicter, Viribus valere ad luctandum.

Ceste herbe a grande force et vertu contre le venim, Contra venenum efficacissime pollet haec herba.

Avoir plus de force et de puissance à faire croire, Plus pollere ad fidem faciendam.

Tant que j'auray force, Dum vires suppetant.

Qui a force et vertu de faire quelque chose, Efficax.

Suc qui n'a pas grande force ne vertu, Succus ignauus.

Qui n'a ne force ne vertu à faire quelque chose, Inefficax.

Il a force de glu, Vim glutini praebet.

Elle a la force de safran quand on la mange, Commanducata, croci vim reddit.

Qui n'a pas la force de faire l'office du corps à cause de sa vieillesse, Ad munera corporis senecta inualidus.

Cela a la force, et sert de medicament, Obtinet vim medicamenti ea res.

Bailler force aux vents, Vim ventis incutere.

Afin que par viandes nous leur baillons force, Vt cibo suffundamus vires.

Conquerir à force, Vrbes et agros manu capere.

Donner force et confermer, Vegetare.

Defaillir de force, Languere.

Je craindroy que la force ne me defaillist, Vererer ne mihi vox viresque deficerent.

La force defaut, ou diminue, Vires decedunt, Vires deficiunt, Concidunt venae.

La force defaillant pour faire l'office de Consul, Non sufficientibus iam viribus ad Consularia munera obeunda.

Grande defaillance de force, Languor.

Emmener par force, Vi, vel per vim abducere.

Estendre et employer toute sa force à faire quelque chose, Contendere, vel intendere omnes neruos in re aliqua.

Employer toute sa force, Omnibus neruis contendere.

Entrer par force dedans maison ou ville, Expugnare.

Entrer par force et violence en une troupe de gens, Prorumpere, Perrumpere per mediam hostium aciem.

Faire force, Adhibere vim.

Jetter hors par force, Proturbare, Exturbare, Expellere.

Mener à force, Redigere, Trahere.

Mettre hors par force, Depellere.

Oster la force, Eneruare, Exhaurire vires, Exarmare.

Qui oste par force, Praedator.

Quoy? qu'il me l'oste par force et violence? Per oppressionem vt hanc mihi eripere postulet?

Le vin perd sa force par la froideur, Stupet ad frigus natura vini.

Qui ont perdu force et entendement de force de dormir et de boire, Somno vinoque soluti.

Qui a perdu sa force naturelle, Vietus.

Prendre force, Accipere vires, Inualere, Irroborare, Sumere robur corporibus, Vires concipere.

Prendre une vierge par force, Vim virgini afferre.

Prendre quelque argent par force, Argentum inuadere.

Reprendre force, Colligere vires.

Reprendre force et roideur, comme celuy qui recule pour mieux saillir, Sumere impetum.

Reprendre force comme devant, Vires redintegrare.

Reprendre force apres la maladie, Confirmare se.

Resister par force à force, Vim vi repellere.

Rompre la force d'aucun et son courage, Aliquem infringere.

User de force, Adhibere vim.

¶ De toute ma force, Pro virili, Pro virili parte, Totis viribus, Obnixe.

De grande force et puissance, Valide.

De plus grande force et vigueur, Valentius.

De toute leur force et puissance, Toto corpore, atque omnibus vngulis.

Homme de petite force, Tenuis viribus.

Qui est sans force, Virium vacuus.

¶ Par force, Per vim.

C'estoit force de le faire, Faciundum fuit, Necesse fuit hoc facere.

A toute force, Equis et velis, Manibus et pedibus, toto conatu vel nisu.

¶ Vallée où il y a force arbres, Condensa arboribus vallis.

Force, id est, copia.

Il luy est allé force gens au devant, Frequentes ei obuiam ierunt, Liuius. lib. 23.

Lieux où il y a force arbres, Condensa arborum.

Qu'on ne sçauroit forcer ne prendre par force, Inexpugnabilis.

Ville prinse de force, Oppidum vi expugnatum, Liu. lib. 23.

forcé

Une opinion ou jugement forcé ou contraint, Iudicium obnoxium, Budaeus.

force


FORCE, s. f. 1°. Vigueur, faculté naturelle d'agir vigoureûsement, (Acad.) de porter de grands fardeaux, d'abatre et renverser ce qui résiste. (Trév.) Cette dernière explication vaut mieux. "Force de corps, de brâs. "Y aler ou fraper de toute sa force. "Être sans force: manquer de force. "Il est dans sa force.
   Le courage, la peur, la force, la foiblesse,
   Et l'esprit de vertige et l'auguste sagesse,
   Sont les présens de Dieu propice ou couroucé.
       Le Franc.
= 2°. Au pluriel, il se dit proprement du corps, de la santé et par extention de l'esprit, du pouvoir, du crédit, etc. "Perdre, réparer, recouvrer ses forces. "Les forces lui manquent: ses forces s'épuisent, etc. = 3°. Les troupes d'un État. "Mettre des forces sur pied. Assembler ses forces. Les forces de terre; les forces navales, etc. 4°. Puissance, la force d'un état, d'un peuple, etc. Impétuosité: "La force de l'eau, du courant, du vent. — Solidité. "La force d'une poûtre, d'un bâtiment, d' une toile, d'une étofe. = 5°. Violence. "User de force; employer la force, etc. = 6°. Énergie. "Ce mot a beaucoup de force; la force de l'éloquence, du raisonement. = 7°. Grandeur et fermeté de courage. "Il faut une grande force d'esprit pour soutenir les adversités: il faut encôre plus de force pour soutenir la bonne fortune. = 8°. Ce mot entre dans plusieurs locutions. Faire force de rames; faire force de voiles. On comprend aisément ce qu' ils signifient au propre: au figuré (st. famil.) faire tous ses éforts. — Force majeure: Puissance à laquelle on est forcé de céder. — La force de la vérité, le pouvoir qu'elle a sur l'esprit des hommes. La force du sang, moûvement secret de la natûre entre les persones les plus proches. = Maison de force, où l'on enferme les gens de mauvaises moeurs, qu'on veut corriger. = 9°. Il fournit à plusieurs adverbes. — À~ force, il régit de devant les noms et les verbes. "À~ force de brâs; à force de pleurer. * Brebeuf dit à la force.
   On gagne le rivage à la force des brâs.
Peut-être le besoin d'une syllabe de plus a produit cette locution irrégulière. * Un Auteur moderne emploie singulièrement cet adverbe. "Nous avons, à force de siècles, perfectioné la science et la pratique de l'Economie rurale. * M. Linguet l' emploie sans régime. "On révoque à force les actes passés contre les Américains. — L'Acad. ne le dit point de la sorte; mais il ne déplait pas ainsi employé. = De force. "Prendre une ville de force, d'assaut. — De vive force, par une violence manifeste. = À~ toute force, absolument et sans en démordre, à quelque prix que ce soit. "Il veut, à toute force venir avec nous. Sév.
   Voulut, à toute force, atraper la lârron.
       La Font.
= À~ force ouverte. Il se dit toujours au singulier. Rollin le dit au pluriel. "Ataquer le Tyran à forces ouvertes. — Au contraire, on dit toujours au pluriel, à forces inégales. "Je me suis exposé dans un combat avec Hippias à forces inégales. TÉLÉM. = De ma force, de sa force. "Je me disois, en regardant mes convives; ce sont là de bonnes gens, qui ne sont pas de ma force. MARIV. = En force. "Alors les Rois ne marchoient qu'en force. MOREAU. Ailleurs cet illustre Écrivain met le pluriel, qui vaut mieux, et qui peut-être est le seul bon; car forces, signifie là troupes. "Il y vint en effet; mais il y vint en forces. "On s'y troûvera en forces.
   REM. 1°. Quand force est tout seul, et surtout au pluriel, il ne se dit que de la force du corps. Quand on veut exprimer celle de l'âme, il faut ajouter quelque terme qui le désigne. "C'est ainsi que meurent les Politiques par le secours de la Philosophie. C'est ainsi que meurent les Héros par l'excès de leurs forces. MASCARON. — Leurs forces, se dirait plutôt des Porte-faix que des Hérôs. = M. Moreau dit aussi. "Qui le croiroit? Il faut quelquefois plus de forces à un Roi pour régler sa Maison, qu'il ne lui en faudroit pour gouverner ses États.
   2°. Racine a dit, doner force sans article.
   Seconde mes soupirs, done force à mes pleurs.
Cela est bien dit en vers, dit M. Racine le Fils, (tout le monde n'en convient pas) et seroit mal dit en prôse. On doit dire, donne de la force à mes pleurs. — Bossuet a dit aussi, sans article; perdre force, pour, perdre ses forces, on dit: perdre haleine: on ne dit pas perdre force.
   3°. On dit faire violence à son inclination, à ses desirs, les surmonter. * Corneille dit, dans le même sens, faire force.
   Faites un peu de force à votre impatience.
       Pompée.
* Ce grand Poète dit âilleurs, à force pour à peine.
  On ne conçoit qu'à force une telle fureur.
      Cinna.
4°. Il y a bien de la diférence entre régner par force et régner par la force, et ainsi de plusieurs aûtres verbes. Le 1er signifie qu'on le fait malgré soi, l'autre qu'on le fait, qu'on en vient à bout par la violence volontairement employée. Corneille (dans Horace) dit de l' Amour.
   Il entre avec douceur, mais il règne par force.
Il s'est mal exprimé. Il devait dire.
   S'il entre avec douceur, il règne par la force.
   5°. L'infinitif régi par à force, doit se raporter au sujet de la phrâse (au nominatif) "À~ force de l'importuner, j'obtiendrai de lui ce que je souhaite, est bien. À~ force de l'importuner, il fera ce que je souhaite, est mal.
   6°. Il m'est force, régit aussi de et l'infinitif. "Ce m'eût été une extrême peine de ne pas aimer une persone qu'il m'est force d'estimer. Voit. C. à. d. que je suis forcé, obligé d'estimer. "Si on m'en empêche, il me sera bien force de la laisser là. Mariv. = Dans cette façon de parler, qui n'est que du style simple, force se place quelquefois à la tête du membre de la phrâse, et l'on retranche le pronom il. "Il ne restait plus que l'étain, (pour Jupiter) force lui fut de s'en contenter. Pluche.
   7°. On dit, par force, c. à. d. par violence. * Bossuet, par analogie, dit, une force, pour une violence. "Elle a souscrit par force à sa condamnation. Est-ce une force, de la souscrire dans un Monastère? L'usage n'admet point cette analogie. Il faudrait dire: est-ce la souscrire par force, que de la souscrire dans un Monastère? = Il dit âilleurs: "Les Romains afectoient de paroître impitoyables à qui attendoit la force; c. à. d. envers ceux qui attendaient qu'on les forçât. Le moins qu'on puisse dire de cette manière de parler, c'est qu'elle n'est pas de l'usage actuel.
   8°. Par force se dit, quand il se raporte au sujet de la phrâse; et de force, quand il se raporte au régime. "Il l'a fait par force: on le lui a fait faire de force. "Il ne paroit devant la Justice que quand on l'y traine de force. Ann. Litt. = On dit aussi, amener de force; mais un peu de force me parait un peu niais. "Dès qu'il a pu amener un peu de force l'éloge de François I. et de Louis XIV, il s'écrie, etc. Journ. de Mons.
   9°. Tours de force, se dit des Bateleurs et Danseurs de corde; et figurément, de certains Écrivains guindés et contraints dans leur style. "Éloges amenés par des tours de force. L'Abé Royou. = La force du bois, c'est, au propre, l'abondance et la vigueur de la sève. On dit, au figuré, quand il échape quelque chose à la vivacité de quelqu'un, c'est la force du bois.

force


FORCE, adv. Beaucoup. "Il a force argent, force amis, etc. Il ne se dit plus que dans le st. fam.

Traductions

forcé

bound to forced, strained

forcé

sumbing

forcé

강제

forcé

[fɔʀse] adj
(= non spontané) → forced
un sourire forcé → a forced smile
[bain] → unintended
c'est forcé! → it HAS to be!
force d'âme nffortitude
force de frappe nfstrike force