fosse

fosse

n.f. [ lat. fossa ]
1. Creux plus ou moins large et profond dans le sol : Il creuse une fosse cavité, excavation
2. Trou creusé pour inhumer un mort tombe
3. Cavité du corps humain : Les fosses nasales.
Fosse commune,
tranchée creusée dans un cimetière pour inhumer les personnes qui n'ont pas de concession personnelle.
Fosse d'aisances,
cavité destinée à la collecte des matières fécales d'une habitation.
Fosse d'orchestre,
emplacement de l'orchestre dans un théâtre lyrique, un music-hall.
Fosse septique,
fosse d'aisances où les matières fécales subissent une fermentation qui les liquéfie.

FOSSE

(fô-s'. Fosse et grosse sont à peu près les seules exceptions aux finales en osse, qui toutes se prononcent avec l'o bref et clair ; pourtant la prononciation fô-s' remonte déjà assez haut ; car H. Estienne, au XVIe siècle, l'indique comme la bonne ; et, quand Molière, Étourdi, II, 3, fait rimer fosse avec bosse, il ne représente pas une ancienne prononciation, mais il commet la faute de faire rimer une voyelle à son grave avec une voyelle à son clair. Il est probable que la prononciation fô-s' est née d'une confusion avec fausse ; en tout cas, elle n'est pas justifiée par l'étymologie, fossa, fossum, fodere, où l'o est clair) s. f.
Creux fait dans la terre par la nature ou par la main de l'homme. Fosse large et profonde. Il y a une dangereuse fosse dans la rivière. Fosse à fumier. Faire une fosse pour un arbre.
Daniel fut emmené par le commandement du roi, et ils le jetèrent dans la fosse aux lions [SACI, Bible, Daniel, VI, 16]
Terme de chasse. Trou creusé à plomb pour prendre les loups.
Trou creusé en terre et dans lequel on met les morts.
Je me sens étouffer, je rends l'âme, et ma fosse N'est pas sous Pélion.... [ROTR., Herc. mour. III, 3]
La mort et la corruption, c'est-à-dire l'âge caduc et la décrépite vieillesse qui, courbée par les ans, semble regarder sa fosse [BOSSUET, 2e sermon, Quinquag. 1]
Va, reviens m'avertir quand cette cendre aimée Sera prête à tomber dans la fosse enflammée [VOLT., Olympie, V, 3]
Votre tombeau sera pompeux, sans doute ; J'aurai sous l'herbe une fosse à l'écart [BERANG., à mes amis devenus ministres.]
Fig. Être sur le bord de sa fosse, avoir un pied dans la fosse, être fort vieux ou dangereusement malade.
Ayant un pied en France et l'autre en Suisse, et les deux sur le bord de la fosse [VOLT., Lett. la Chalotais, 11 juill. 1762]
Fig. Creuser sa fosse, altérer sa santé. Creuser sa fosse avec les dents, mourir d'excès de table. Fig. Mettre les clefs sur la fosse, voy. CLEF n° 1 et l'historique de CLEF.
Creux que font les vignerons autour des vignes. Creux longitudinal que font les jardiniers pour planter des asperges.
Terme d'anatomie. Cavité plus ou moins grande, dont l'ouverture est plus large que le fond. Les fosses nasales.
Basse-fosse, cachot très profond dans une prison.
Ils prirent Jérémie, et ils le jetèrent dans la basse-fosse de Melchias qui était dans le vestibule de la prison [SACI, Bible, Jérémie, XXXVIII, 6]
Cul de basse-fosse, voy. CUL, n° 10.
Fosse d'aisance, excavation voûtée dans laquelle sont reçues les matières des latrines.
Terme de marine. Fosse aux mâts, réservoir fermé qu'on pratique dans les grands ports pour conserver des mâts d'approvisionnement dans l'eau de la mer. Fosse aux câbles, plate-forme volante sur le premier plan de la cale, vers le mât de misaine, où l'on met les câbles. Dans la partie du faux pont la plus en avant, fosse aux liens, et, par corruption, fosse aux lions, l'endroit où l'on enferme les menues manœuvres. C'est aussi dans cet endroit qu'on met les jeunes officiers aux arrêts. Fosses sur le fond, se dit d'un endroit de la mer, non loin du rivage, où le fond est plus profond que dans les endroits qui l'environnent. Les navires cherchent les fosses pour y mouiller.
Fosse aux lions, s'est dit d'une certaine loge d'avant-scène à l'Opéra où se tiennent les lions, les jeunes gens à la mode.
Creux placé au-devant du balancier dans l'atelier des monnaies.
10° Chaudière de grès dans laquelle les plombiers fondent le plomb à mettre en tables. Lavoir dans lequel les fondeurs dépouillent le fond de la couche de sable qui est dans le moule.
11° Fosse à chaux, creux carré où l'on conserve la chaux éteinte.
12° Cuves enterrées dans lesquelles les tanneurs mettent les cuirs pour les couvrir de tan. Coucher en fosses, disposer les cuirs dans les fosses pour les rendre incorruptibles.
13° Poire de fosse, sorte de poire d'un goût sauvage.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Enz en la fosse des lions où [Daniel] fut enz [, Ch. de Rol. CCXXIV]
  • XIIe s.
    Rume [Rome] fu maison Deu : or est fosse à larrun ; Moyses est tut suls el regne Pharaun [, Th. le mart. 29]
    Or s'en issent li Hebreu des fosses où se furent tapi [, Rois, p. 46]
    Teus [tel] fait la fosse e le laz tent, U il meïsmes chet [tombe] e prent [BENOÎT, II, 14898]
  • XIIIe s.
    Et se la male mort l'enosse, Bien le convoit jusqu'à la fosse [, la Rose, 11454]
    Li tenu pour cas de crieme soient mis en fosses et en fers [BEAUMANOIR, 41]
  • XIVe s.
    Aucun ne peut, et n'est licite, de faire chambres aisées, nommées fosses coies ou latrines, ou fosses de cuisine, pour tenir eaux de maison auprès d'un mur mitoien [DU CANGE, fossa.]
  • XVe s.
    Deux vieillards sur leur fosse, assis non duement en siege papal, qui pour un seul fut establi de Dieu.... sont tant embrasez de ceste maudite convoitise.... que ils ont plus cher eux damner.... que renoncer à un petit de brief honneur [, Boucic. III, 19]
    Nostre meunier s'avisa de prendre un beau brochet qu'il avoit en sa fosse [vivier], et vint au chasteau [LOUIS XI, Nouv. III]
  • XVIe s.
    Quelque basse fousse des prisons [RAB., Garg. I, 38]
    En poisson n'y a suite en descendant, mais bien en montant, tant sur terre que jusqu'à la bonde de la fosse du prochain estang [LOYSEL, 216]
    L'un avoit les pieds tous gastez de gouttes, l'autre la teste toute pleine de trous et de fosses [AMYOT, Caton, 17]
    Lorsqu'on presse dessus, la fosse demeure sans se relever, comme aux oedemes [PARÉ, X, 15]
    Nous avons le pied à la fosse, et nos appetits et poursuittes ne font que naistre [MONT., III, 123]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, fousse ; provenç. et ital. fossa ; espagn. fosa ; du lat. fossa, de fossum, supin de fodere, fouir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    FOSSE. Ajoutez :
    14° Dans les chemins de fer, fosse à piquer, fosse au-dessus de laquelle on amène les locomotives, pour piquer dans le foyer avec un ringard, afin de faire tomber les escarbilles.

fosse

FOSSE. n. f. Cavité dans le sol, le plus souvent artificielle. Tomber dans une fosse. Daniel fut jeté dans la fosse aux lions. Creuser, faire une fosse. Fosse à fumier. Fosse à chaux.

Fosse d'aisances, Excavation voûtée, destinée à recevoir les matières qui proviennent de cabinets d'aisances. Fosse inodore. Fosse étanche.

Il signifie particulièrement Endroit que l'on creuse en terre pour y mettre un ou plusieurs corps morts. Creuser une fosse dans un cimetière. Prier sur la fosse de quelqu'un. Jeter de l'eau bénite sur sa fosse. Fosse commune, Fosse où sont déposés ensemble les cercueils des pauvres.

Fig., Être sur le bord de sa fosse, avoir un pied dans la fosse, Être fort vieux ou extrêmement malade, n'avoir que peu de temps à vivre. Creuser sa fosse. Voyez CREUSER.

Basse-fosse, Cachot très profond dans une prison. Jeter un prisonnier dans une basse- fosse.

Cul de basse-fosse, Cachot souterrain, creusé dans la basse-fosse même. On le mit dans un cul de basse-fosse.

En termes d'Anatomie, il se dit de Certaines cavités, plus ou moins profondes, que présentent divers organes, et dont l'entrée est toujours plus évasée que le fond. Fosses nasales. Fosse coronale ou frontale. Fosse iliaque. Fosse lacrymale. Fosse temporale.

fossé

FOSSÉ. n. m. Fosse creusée en long pour clore, pour enfermer quelque espace de terre, ou pour faire écouler les eaux, ou anciennement pour la défense d'une place. Entourer un pré de fossés. Relever les fossés d'une pièce de terre. C'est un pays tout coupé de fossés. Fossé plein d'eau. Fossé sec. Sauter un fossé à pieds joints. Franchir un fossé. Les fossés d'une ville, d'une place de guerre. Combler un fossé.

Prov. et fam., Ce qui tombe dans le fossé est pour le soldat, Ce qu'on laisse tomber est pour celui qui le ramasse.

Fig. et fam., Sauter le fossé, Prendre un parti hasardeux après avoir longtemps balancé.

Prov. et fam., Au bout du fossé la culbute. Voyez CULBUTE.

FOSSÉ signifie figurément Séparation. Le fossé s'est élargi entre ces deux partis.

fosse

Fosse, f. penac. Est une concavité faicte à descouvert en terre, Fossa, Duquel mot il est prins, Car estant faicte à couvert, elle est appelée Caverne, Antrum, Ainsi dit-on, La fosse à enterrer un mort, Fouea sepulcralis, Et combien que telle cavité soit comble d'eauë, elle est neantmoins dicte Fosse, car il suffit qu'elle soit creuse en la terre, Selon ce on dit, Une fosse à poissons, Fossa piscaria, On ne laisse pas pourtant d'appeler la fosse d'un trespassé, apres qu'elle est remplie tant du corps d'iceluy, que de terre, mais par catachrese de ce qu'elle a esté au precedent, Fouea, Fossa, Scrobs scrobis.

Une fosse et creux d'une riviere où s'assemble l'eauë et s'engorge, Gurges.

Une fosse ou l'eauë s'assemble et s'arreste, Lacuna.

Une longue fosse qu'on fait pour planter une jeune vigne, ou des jeunes arbres, Sulcus.

Une petite fosse ronde qu'on fait entour les jeunes arbres, quand on les veut deschausser, Orbis ablaqueationis.

Fosse sous terre, Antrum.

Fosses sombres, et là où on ne voit goutte, Atrae speluncae.

Plein de fosses ou fossettes, Lacunosus.

Faire fosses pour planter oliviers, Scrobes oleis inuertere.

Fosses tout d'un tenant, Perpetuae fossae.

Remplir la fosse, Lacunam explere, Cic.

Combler les fosses, Fossas complere, Tacit.

fossé

Fossé, m. acut. Combien qu'il soit fait par fouïsseure et vuidange ou egestion de terre, ce n'est pas toutesfois le mesmes que Fosse f. penac. Ainsi est espece de ce genre la, car Fossé m. acut. N'est fait en rond ainsi que la fosse l'est plus communéement, ne si court que la fosse quand elle n'est ronde, et est dit estre Fossé m. acut. La fosse allignée, ou tournoiant, qui flanque ou environne un heritage champestre, ou une ville, un camp ou une forteresse, ou une maison, pour les rendre mal accessibles, pour laquelle signification rendre le Latin n'a nul terme special, ains use du general Fossa, car ce mot Fossalium dont Pline use au XXI. chap. du XVII. livre que le Languedoc dit Fossat en ladite generalité, pour, Fosse f. penac. et Fossé, m. acut. N'est ce mesmes que le François appelle Fossé m. acut.

fôsse


FôSSE, s. f. FôSSÉ, s. m. [Fôce, fôcé: 1re lon. 2e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Fôsse, est 1°. un creux large et profond dans la terre, fait par la natûre ou par l'art. "Tomber dans une fôsse. Faire, creuser une fôsse pour un arbre, des fôsses pour des vignes. = 2°. Il se dit plus particulièrement du creux qu'on fait en terre pour y mettre un corps mort. = Fôssé, est une fôsse creusée en long pour enfermer quelque espace de terre, ou pour la défense d'une Place, ou pour faire écouler les eaux. "Remplir, combler, sauter le fôssé. "Pays tout coupé de fôssés.
   On dit, proverbialement, avoir un pied dans la fôsse, étre vieux ou malade. — Mettre les clefs sur la fôsse, renoncer à une succession. = Faire de la terre le fôssé; ce qu'on ôte d'une chôse la faire servir à une aûtre; ne rien laisser perdre.

Synonymes et Contraires

fosse

nom féminin fosse
Trou creusé dans le sol.
Traductions

fosse

pit, burial pit, holeבור (ז), מהמורה (נ), מטמורה (נ), פיר (ז), שוחה (נ), שחת (נ), פִּיר, שַׁחַתkuil, put, grafkuil, groeve, holte, kerker, mijnschacht, werkkuil [auto]Grubefosafossa, bolgiapit구덩이หลุม (fos)
nom féminin
trou creusé dans le sol

fosse

[fos] nf
(= grand trou) → pit
fosse à purin → cesspit
fosse aux lions → lions' den
fosse aux ours → bear pit
(= tombe) → grave