foudroyé, ée

FOUDROYÉ, ÉE

(fou-dro-lé, iée ; d'autres disent fou-droi-ié, iée) part. passé.
Frappé de la foudre. Le clocher foudroyé durant l'orage. Par extension, frappé par l'artillerie.
Besançon fume encor sur son roc foudroyé [BOILEAU, Art p. IV]
Les Russes n'eurent pas le temps de se reconnaître au milieu de ce nuage de neige qui leur donnait au visage, foudroyés par les canons qu'ils ne voyaient pas, et n'imaginant point quel petit nombre ils avaient à combattre [VOLT., Hist. Russ. I, 11]
Fig. Détruit comme par la foudre.
Après avoir vu mon fils assassiné, Mes plaisirs foudroyés, mon espoir ruiné [CORN., Illus. com. V, 5]
Fig. Frappé par des sentences, par des reproches.
Une usure affreuse sans cesse foudroyée et toujours renaissante [MONTESQ., Esp. XXII, 21]