fourbe


Recherches associées à fourbe: fourberie, perfide, sournois

fourbe

adj. et n. [ de fourbir ]
Qui trompe avec une adresse perfide : Un esprit fourbe hypocrite, sournois ; 1. droit, honnête

fourbe

(fuʀb)
adjectif
qui cherche à tromper un individu rusé et fourbe avoir un air fourbe

fourbe


nom masculin-féminin
se méfier des fourbes

FOURBE1

(four-b') adj.
Qui a recours, pour tromper, à des moyens odieux.
Et vous m'avez cru fourbe ou de peu de pouvoir [CORN., Poly. V, 6]
Fig.
Imagination, c'est cette partie décevante dans l'homme, cette maîtresse d'erreur et de fausseté, et d'autant plus fourbe qu'elle ne l'est pas toujours [PASC., Pensées, t. I, p. 254, édit. LAHURE]
S. m. et. f. Un maître fourbe.
Quoi ! je suis donc un fourbe, un bizarre, un jaloux ! [CORN., le Ment. II, 3]
Mais à fourbe fourbe et demi [SCARR., Virg. IV]
Il court parmi le monde un livre abominable, Un livre à mériter la dernière rigueur, Dont le fourbe a le front de me faire l'auteur [MOL., Mis. V, 1]
La fourbe a de l'esprit, la sotte est toute bonne [ID., ib. II, 5]
Sors d'ici, fourbe insigne [BOILEAU, Sat. XI]
Ah ! fourbe, fourbe, tu m'as trompée, tu te livres bien heureusement à la vengeance que j'en veux prendre [DANCOURT, Été des coquettes, sc. 20]
Ces oracles menteurs d'un temple méprisable Que les fourbes d'Égypte ont rendu vénérable [VOLT., Sémiram. II, 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. forbe ; de l'ital. furbo, fourbe. Diez regarde furbo comme ayant le même radical que fourbir, nettoyer, et par suite dépouiller. C'est d'une façon analogue que polir a donné polisson.

FOURBE2

(four-b') s. f.
Caractère du fourbe ; disposition à fourber, habitude de fourber.
La fourbe n'est le jeu que des petites âmes, Et c'est là proprement le partage des femmes [CORN., Nicom. IV, 2]
En matière de fourbe il est maître, il y pipe [ID., Menteur, III, 3]
Des malheurs qui sont sortis De la boîte de Pandore, Celui qu'à meilleur droit tout l'univers abhorre, C'est la fourbe, à mon avis [LA FONT, Fabl. III, 6]
Du nom de fierté noble on orna l'impudence, Et la fourbe passa pour exquise prudence [BOILEAU, Sat. XI]
Vous, nourri dans la fourbe et dans la trahison [RAC., Athal. III, 4]
Acte de fourbe.
Ce héros voit la fourbe et s'en moque dans l'âme [CORN., Pomp. II, 2]
Nous triomphons, Attale, et ce grand Nicomède Voit quelle digne issue à ses fourbes succède [ID., Nicom. III, 8]
Il répondit que, si l'attachement avec la dame de Séville était une fourbe, il était aisé de la détruire [SCARR., Rom. com. I, 22]
Sa fourbe fut bientôt découverte [BOSSUET, Hist. I, 8]
Oh ! qu'il va me payer sa fourbe abominable ! [VOLT., Zaïre, IV, 5]
M. Furia en veut sa part [de la découverte du passage de Longus].... Vous, monsieur, vous voyez la fourbe, et, bien loin de la découvrir, vous tâchez d'en profiter pour vous glisser entre nous deux [P. L. COURIER, Lettres à M. Renouard]
Supercherie.
Si je savais faire des vers, vous pourriez vous douter d'une fourbe [BALZAC, liv. VII, lett. 33]

SYNONYME

  • FOURBE, FOURBERIE. La fourbe est le caractère du fourbe ; la fourberie est l'action de fourber ; mais quand, par extension, fourbe prend le sens d'acte de fourbe, alors fourbe et fourberie sont exactement synonymes.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Dame, je ne say de leurs forbes, Ne aussi leurs intentions [, Myst. du siége d'Orléans, p. 548]
    Le moyne qui disoit ses heures avec luy [le duc de Guienne, frère de Louis XI] estoit soupçonné qu'il avoit joué la fourbe à monsieur de Guyenne, et baillé la corme verte, et qu'iceluy moyne fut cause de le mettre hors de la terre des vivans [L'HERMITE DE SOLIERS, Cabinet du roi Louis XI, à la suite de Comines, t. IV, p. 218, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Pour estre advocat ou financier, il ne fault pas mescognoistre la fourbe qu'il y a en telles vacations [MONT., IV, 158]
    Il obtint ce qu'il demanda par ceste fourbe, dont il abusa le peuple [AMYOT, Alc. 31]

ÉTYMOLOGIE

  • Fourbe 1.

fourbe

FOURBE. n. f. Tromperie basse et odieuse. Ta fourbe sera démasquée. Dans cette acception, on dit plutôt aujourd'hui FOURBERIE.

Il se dit, par extension, de l'Habitude de tromper, de la disposition à tromper. Cet homme est la fourbe personnifiée.

fourbe

FOURBE. adj. des deux genres. Qui emploie, pour tromper, une adresse perfide. C'est le plus fourbe de tous les hommes. Par extension, Un esprit, un caractère, une âme fourbe. Substantivement, Un grand fourbe. Un maître fourbe. Un fourbe insigne.

fourbe

Fourbe, Usez des formules de Finesse, ou Tromperie.

fourbe


FOURBE, adj. et subst. FOURBER, v. act. FOURBERIE, s. f. [2e e muet au 1er et au 3e, é fer. au 2d.] Fourbe, adj. Trompeur, qui trompe avec finesse. Fourber, tromper par de mauvaises finesses. Fourbe, subst. et Fourberie; tromperie. "Il ou elle est bien fourbe. = Subst. masc. "C'est un fourbe, un grand fourbe. — On ne dit pas une fourbe. "Il fourbe tout le monde; il m'a fourbé vilainement. "Inventer une fourbe. Faire une fourberie. = Le verbe fourber n'est que du style familier.
   Il s'agit de fourber un ingrat très-insigne,
   Qui du premier coup-d'oeuil devine au moindre signe.
       Destouches.
Fourbe, adj. et Fourberie, sont de tous les styles. = Suivant l'Auteur des Réflex. etc. Fourbe (subst.) et fourberie, se disent avec quelque diversité de signification. La Touc. n'est pas de cette opinion: ces deux mots lui paraissent signifier la même chôse; et il assûre qu'il pourrait en alléguer plusieurs exemples. Ce qui est plus sûr encôre, c'est que l'emploi de fourbe est moins comun que celui de Fourberie. "Appius inventa une fourbe détestable, dont le succès devoit faire tomber Virginie entre ses mains. Il semble qu'avec inventer et découvrir, on dit mieux fourbe que fourberie.

Synonymes et Contraires

fourbe


fourbe

nom fourbe
Personne sournoise.
Traductions

fourbe

דו-פרצופי (ת), זוממני (ת), נכלולי (ת), נפתל (ת), דּוּ-פַּרְצוּפִי

fourbe

deceitful

fourbe

[fuʀb] adjdeceitful