fourmi-lion

FOURMI-LION

(four-mi-li-on) s. m.
Petit insecte névroptère, fort vorace, qui, à l'état de larve, se nourrit de fourmis et autres insectes ; il appartient à un genre dont le nom scientifique est myrmécoléon.
Les historiens du fourmi-lion nous ont vanté sa patience et sa sobriété ; il peut en effet soutenir de très longs jeûnes ; caché au fond de son entonnoir, il attend en chasseur rusé et patient que quelque insecte rôdeur tombe dans le piége [BONNET, Observ. 39e, Insect.]
La fourmi est de tous les insectes rôdeurs celui à qui il arrive le plus souvent de tomber dans le piége ; c'est ce qui a fait donner à notre chasseur le nom assez impropre de fourmi-lion [ID., Observ. 40e.]
Les bords [du trou] sont escarpés, et s'éboulent facilement ; ils entraînent avec eux l'imprudente fourmi ; le fourmi-lion la saisit prestement avec ses cornes, la secoue pour l'étourdir, la tire sous le sable, et la suce à son aise [ID., Contempl. nat. XII, 42]
Parvenu à son parfait accroissement, le fourmi-lion quitte le métier de chasseur qui lui est devenu inutile ; il ne tend plus de piége, et, après s'être promené quelque temps près de la surface de la terre, il s'y construit une petite coque de forme sphérique, qu'il revêt intérieurement d'une tapisserie de satin du plus beau gris de perle où il se transforme dans une de ces mouches qu'on a nommées demoiselles [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Fourmi, et lion ; provenç. formicaleon.

fourmi-lion

FOURMI-LION. n. m. T. de Zoologie. Insecte qui, à l'état de larve, se nourrit de fourmis et d'autres insectes qui tombent dans un trou en forme d'entonnoir qu'il a creusé. On dit quelquefois FORMICA-LEO.
Traductions

fourmi-lion

Ameisenlöwe