fourvoyer

(Mot repris de fourvoieriez)

fourvoyer

[ furvwaje] v.t. [ de fors, hors de, et voie ]
1. Litt. Égarer, détourner du chemin : La personne à qui nous avons demandé notre route nous a fourvoyés.
2. Induire en erreur : Les résultats de ce sondage les ont fourvoyés guider

se fourvoyer

v.pr.
S'égarer, faire fausse route ; se tromper complètement : Elle s'est fourvoyée dans la vieille ville se perdre j'avais commis une erreur de jugement

fourvoyer

(səfuʀvwaje)
verbe pronominal
se tromper totalement Il s'est fourvoyé dans cette affaire.

fourvoyer


Participe passé: fourvoyé
Gérondif: fourvoyant

Indicatif présent
je fourvoie
tu fourvoies
il/elle fourvoie
nous fourvoyons
vous fourvoyez
ils/elles fourvoient
Passé simple
je fourvoyai
tu fourvoyas
il/elle fourvoya
nous fourvoyâmes
vous fourvoyâtes
ils/elles fourvoyèrent
Imparfait
je fourvoyais
tu fourvoyais
il/elle fourvoyait
nous fourvoyions
vous fourvoyiez
ils/elles fourvoyaient
Futur
je fourvoierai
tu fourvoieras
il/elle fourvoiera
nous fourvoierons
vous fourvoierez
ils/elles fourvoieront
Conditionnel présent
je fourvoierais
tu fourvoierais
il/elle fourvoierait
nous fourvoierions
vous fourvoieriez
ils/elles fourvoieraient
Subjonctif imparfait
je fourvoyasse
tu fourvoyasses
il/elle fourvoyât
nous fourvoyassions
vous fourvoyassiez
ils/elles fourvoyassent
Subjonctif présent
je fourvoie
tu fourvoies
il/elle fourvoie
nous fourvoyions
vous fourvoyiez
ils/elles fourvoient
Impératif
fourvoie (tu)
fourvoyons (nous)
fourvoyez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais fourvoyé
tu avais fourvoyé
il/elle avait fourvoyé
nous avions fourvoyé
vous aviez fourvoyé
ils/elles avaient fourvoyé
Futur antérieur
j'aurai fourvoyé
tu auras fourvoyé
il/elle aura fourvoyé
nous aurons fourvoyé
vous aurez fourvoyé
ils/elles auront fourvoyé
Passé composé
j'ai fourvoyé
tu as fourvoyé
il/elle a fourvoyé
nous avons fourvoyé
vous avez fourvoyé
ils/elles ont fourvoyé
Conditionnel passé
j'aurais fourvoyé
tu aurais fourvoyé
il/elle aurait fourvoyé
nous aurions fourvoyé
vous auriez fourvoyé
ils/elles auraient fourvoyé
Passé antérieur
j'eus fourvoyé
tu eus fourvoyé
il/elle eut fourvoyé
nous eûmes fourvoyé
vous eûtes fourvoyé
ils/elles eurent fourvoyé
Subjonctif passé
j'aie fourvoyé
tu aies fourvoyé
il/elle ait fourvoyé
nous ayons fourvoyé
vous ayez fourvoyé
ils/elles aient fourvoyé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse fourvoyé
tu eusses fourvoyé
il/elle eût fourvoyé
nous eussions fourvoyé
vous eussiez fourvoyé
ils/elles eussent fourvoyé

FOURVOYER

(four-vo-ié ; plusieurs disent fourvoi-ié) , je fourvoyais, nous fourvoyions, vous fourvoyiez ; que je fourvoie, que nous fourvoyions, que vous fourvoyiez ; l'y se change en i devant l'e muet : je fourvoie, je fourvoierai v. a.
Faire perdre le vrai chemin. Ce guide nous a fourvoyés. Fig. Les mauvais exemples l'ont fourvoyé. Fig. Mettre en défaut.
Je vais, d'un seul coup de baguette, endormir la vigilance, éveiller l'amour, égarer la jalousie, fourvoyer l'intrigue [BEAUMARCH., Barb. de Sév. I, 6]
Se fourvoyer, v. réfl. Perdre le vrai chemin.
Mais, étant le brouillas [brouillard] si épais, qu'il n'était pas possible ni à ceux qui portaient les enseignes de voir le chemin, ni aux soldats de voir les enseignes, ils ne faisaient que se fourvoyer, et, sans savoir où ils allaient, comme gens égarés de nuit, tournaient indifféremment partout où ils étaient appelés [MALH., le XXXIIIe liv. de T. Live, chap. 7]
Ce loup rencontre un dogue aussi puissant que beau, Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde [LA FONT., Fabl. I, 5]
Ce Dieu remplit ses fourneaux De deux sortes de carreaux : L'un jamais ne se fourvoie ; Et c'est celui que toujours L'Olympe en corps nous envoie [ID., Fabl. VIII, 20]
Terme de vénerie. S'écarter de la voie et courir un autre cerf que celui de la meute. Avec ellipse du pronom personnel. Faire fourvoyer quelqu'un, être cause qu'il se fourvoie. Fig. Plus on suit ses passions, plus on se fourvoie.
[Les dieux] ne se peuvent fourvoyer des choses qui sont parfaitement bonnes [MALH., le Traité des bienf. de Sénèque, VI, 23]
Particulièrement. Il se dit des méprises grossières. Cet auteur s'est grandement fourvoyé.

REMARQUE

  • Régnier l'a employé neutralement : Je ne m'émeus, non plus, quand leur discours fourvoye, Que d'un conte.... Sat. XV. Montaigne en usait ainsi, voy. l'historique.

SYNONYME

  • SE FOURVOYER, S'ÉGARER.
    Se fourvoyer c'est se tromper de chemin, en prendre un autre que celui que l'on avait dessein de suivre. S'égarer c'est ne plus reconnaître son chemin, être dans un chemin que non-seulement on ne voulait pas prendre, mais que l'on ne connaît pas et dont on ne sait se tirer. En se fourvoyant on peut s'égarer ou non ; mais toutes les fois que l'on s'égare, on s'est fourvoyé, [F. GUIZOT., ]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ke la sapience ne nos ellievet, ke li entendemenz ne forvoiet ki subtilment cuert [court] [, Job, p. 443]
    De maltalent fu Geris erraigiés : S'il ne se venge, jà sera forvoiés [, Raoul de C. 184]
  • XIIIe s.
    Par le païs molt [ils] se forvoient, Homes et femes mal menoient [, Lai de Melion]
    Fantosme nous va fauvoyant, Dist li abes, seignor, sans faille, N'avoit ier ci vaillant maaille [RUTEB., 324]
    Mais por ce que l'en voit que maint d'eulx [des frères mineurs] se forvoient, Les ont hui mains à cuer aucuns qu'il ne soloient, Et porroit encore estre que se fames n'estoient, Qu'il aroient soffrete, s'il ne s'umilioient [J. DE MEUNG, Test. 1177]
  • XIVe s.
    Car quant un cuer s'est forvoyés, N'est pas de legier ravoiés [BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 18]
  • XVe s.
    Il ne se fourvoie pas qui à bon hostel va [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 313]
  • XVIe s.
    Ces opinions ont ordinairement autant d'efficace les unes que les autres à faire fourvoyer les hommes de la droitte raison [AMYOT, Solon, 40]
    Par une follie de vaine ambition il s'estoit forvoyé et en avoit failly la droite voye [ID., Démétr. 74]
    Quand l'oesophage est venu à la quatrieme vertebre du metaphrene, il se fourvoye vers le costé droit, pour donner lieu à la grande artere nommée aorta [PARÉ, II, 20]
    Nos conseils fourvoyent, parce qu'ils n'ont pas d'adresse et de but [MONT., II, 9]
    Encores les aveugles demandent un guide ; nous nous fourvoyons de nous mesmes [ID., III, 106]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, forvier ; provenç. forviar, forsviar ; du lat. foris, hors, et via, voie : aller hors de la voie.

fourvoyer

FOURVOYER. ( Il se conjugue comme BROYER.) v. tr. Égarer, détourner du chemin. Ce guide nous a fourvoyés. La nuit est cause qu'ils se sont fourvoyés. Fig., Les mauvais exemples l'ont fourvoyé. L'auteur de cet écrit s'est entièrement fourvoyé. Il s'est laissé fourvoyer dans cette entreprise.

fourvoyer

Fourvoyer, act. acut. Et vient de l'adverbe Latin, Foras, dehors, et du nom Via, chemin. C'est se jetter par mesgarde et ignorance hors du chemin. Faillir son chemin, Aberrare, A via decedere, Via excedere, Liu. lib. 23.

Se fourvoyer, Errare. Deerrare, Declinare de via.

Se fourvoyer moins, Compendium errationis facere.

Ce nous sera fort joyeux, et si ne te fourvoyeras de rien, Nobis erit periucundum et tibi non sane deuium.

Il s'est fourvoyé, Decessit via errabundus.

Synonymes et Contraires

fourvoyer

verbe fourvoyer
Détourner du bon chemin.

fourvoyer (se)

verbe pronominal fourvoyer (se)
2.  Littéraire. Faire une erreur.
Traductions

fourvoyer

mislead