frais, fraîche

FRAIS, FRAÎCHE1

(frê, frê-ch') adj.
Qui est d'une température intermédiaire entre le chaud et le froid. Un vent frais. Une cave fraîche. Un frais ruisseau. Avoir les mains fraîches.
Il me faut du repos, des prés et des forêts ; Laisse-moi donc ici sous leurs ombrages frais Attendre que septembre ait ramené l'automne [BOILEAU, Épît. VI]
Ces feuilles où tremblent des larmes, Ces fraîches haleines des bois, ô nature, avaient trop de charmes Pour n'avoir pas aussi leur voix [LAMART., Harm. IV, 6]
Terme d'agriculture. Terre fraîche, terre qui, à 33 centimètres de profondeur, retient habituellement 0,15 ou 0,20 d'eau. Ce cheval a la bouche fraîche, il l'a humide et écumeuse. Il se prend aussi pour très rapproché du froid. Des matinées fraîches. Une robe, un habit frais, robe, habit qui ne tient pas chaud. Les vêtements de coutil sont frais.
Terme de marine. Vent frais, vent assez fort, qui est favorable à la navigation. Une brise fraîche. Substantivement, on dit joli frais, bon frais, grand frais. Les marins désignent les degrés de force du vent en faisant précéder frais des épithètes suivantes : très petit, petit, joli, bon et grand. Il vente petit frais, joli frais, grand frais.
Nouvellement fait, produit. Les traces en sont encore toutes fraîches. Une plaie encore fraîche. Fig. La plaie est encore fraîche, toute fraîche, se dit d'une vive affliction que le temps n'a pas encore adoucie. Qui n'est pas encore séché. Cela vient d'être écrit, l'encre est encore fraîche.
Écriture fraîche [ROTR., Bél. II, 9]
Qui a les qualités de ce qui est récent. Des figues fraîches. De la marée fraîche. Donner de l'herbe fraîche aux vaches. Du poisson frais.
Et s'en allait avec tous ses attraits Vendre au marché du beurre et des œufs frais [VOLT., Ce qui plaît, etc.]
Pain frais, se dit, par opposition à pain rassis, du pain conservant encore la mollesse qu'il a en sortant du four dans la mie, et, dans la croûte, la dureté cassante. Noix fraîches, des noix qui ne sont pas séchées.
Se dit aussi de ce qui n'est ni salé ni fumé. Du porc frais. Des harengs frais. Du beurre frais. Autant de frais que de salé, se dit à quelqu'un pour lui signifier qu'il n'aura ni de l'un ni de l'autre.
Qui est de date récente. Lettres, nouvelles fraîches.
Il faudra donc attendre, et le mieux pour cette heure Est d'aller au village où son père demeure, Afin de l'avertir qu'il la suive de près, Cependant que le mal est encore tout frais [RACAN, Berg. Licidas, II, 4]
L'on voit parmi nous tant de gens parer une roture encore toute fraîche d'un nom illustre [MASS., Panégyr. St François de Paule.]
Avoir le souvenir frais, la mémoire fraîche, l'idée fraîche de quelque chose, en avoir un souvenir très présent.
Ayant l'idée encor fraîche des deux [LA FONT., Psaut.]
Il en avait encore la mémoire toute fraîche [HAMILT., Gramm. 8]
Je vais vous citer un exemple qui est encore tout frais à ma mémoire.... [BERN. DE ST-P., Café de Sur.]
On dit de même : La mémoire en est fraîche.
La mémoire du déluge étant encore si fraîche parmi les hommes, lorsque Noé vivait encore [PASC., Pensées, t. I, p. 309, éd. LAHURE.]
De fraîche mémoire, tout récemment.
Que de fraîche mémoire un furtif hyménée à la fille d'Albert a joint sa destinée [MOL., le Dép. III, 6]
Être frais de quelque chose, en avoir la mémoire récente. Je suis tout frais de cette lecture. Il est encore tout frais du collége, il ne fait que d'en sortir.
De l'argent frais, de l'argent nouvellement reçu.
J'aurais pour le succès assez bonne espérance, Si de quelque argent frais nous avions le secours [REGNARD, Fol. amour, I, 7]
Les mêmes amis qui l'avaient abandonné dans sa misère, ne surent pas plus tôt qu'il avait de l'argent frais qu'ils revinrent à la charge [LE SAGE, Diable boît. 30]
Qui n'a souffert aucune altération par l'effet du temps. Cette sole est encore très fraîche.
Qui a conservé l'éclat que donne l'état frais, récent, qui ne s'est point flétri. Des plantes fraîches. Mettre des fleurs dans de l'eau pour les tenir fraîches. Ces roses sont encore très fraîches. Fig.
Ce sont ces âmes que Dieu chérit, ces âmes toujours fraîches et toujours nouvelles, qui gardent inviolablement leur première fidélité.... [BOSSUET, 2e panég. St-Fr. de Paule, 2]
Fig. Il se dit dans le même sens de ce que l'on compare au lustre des fleurs, des plantes. Cette jeune personne est fraîche comme une rose. Des étoffes fraîches. Elle avait un costume très frais.
Le front assez ouvert, l'œil perçant, le teint frais [CORN., Œdipe, IV, 4]
Vous êtes fraîche, et moi je ne suis pas très vieux [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. II, 6]
Quand le premier amour et la fraîche espérance Nous entr'ouvrent l'espace où notre âme s'élance.... [LAMART., Harm. IV, 11]
En peinture. Coloris frais.
10° Qui a un certain air de jeunesse et de vigueur. Ce vieillard est encore très frais.
Y a-t-il homme de trente ans qui paraisse plus frais et plus vigoureux que vous me voyez ? [MOL., Mar. forcé, 2]
11° Qui n'est pas fatigué ou qui n'est plus fatigué.
Il aura le temps de se reposer à Philippe-ville, et son équipage ; et il sera tout frais quand il s'agira de marcher [SÉV., 523]
Dès qu'il eut gagné Bapaume, il prit des chevaux frais [HAMILT., Gramm. 5]
Laissez reposer quelque temps votre ouvrage ; vous le reverrez ensuite avec des yeux frais, et vous en serez meilleur juge que personne [VOLT., Lett. Chabanon, 13 janv. 1766]
Vous n'en pouvez plus, lui dit-il [Charles XII], mon cher Reichel ; j'ai dormi une heure, je suis frais, je vais monter la garde pour vous [ID., Russie, II, 6]
Troupes fraîches, troupes qui ne sont point encore fatiguées, qui n'ont point encore donné.
C'est en vain qu'à travers des bois, avec sa cavalerie toute fraîche, Bek précipite sa marche pour tomber sur nos soldats épuisés [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Il lui oppose des troupes fraîches à la place des troupes fatiguées [ID., ib.]
12° Ironiquement et familièrement. Qui est dans un grand embarras, dans une situation fâcheuse. Vous avez perdu tout votre argent au jeu, vous voilà frais ! Qui est gâté, abîmé, en parlant des choses. Où vous êtes-vous fourré ? votre habit est frais !
13° S. m. Le frais, air frais, température fraîche. Le frais pénétrant du soir.
Souvent votre Médée y vient prendre le frais, Et pour y mieux rêver s'échappe du palais [CORN., Tois. d'or, II, 1]
Séjour du frais, véritable patrie Des zéphyrs... [LA FONT., Fabl. IV, 12]
Solitude, où je trouve une douceur secrète, Lieux que j'aimai toujours, ne pourrai-je jamais, Loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais ! [ID., ib. XI, 4]
Dans le bois où il fait un frais admirable [SÉV., 66]
Il faisait un frais délicieux [FONTEN., les Mondes, 1er soir.]
Pour respirer le frais, on retourne au même lieu [J. J. ROUSS., Ém. III]
Sous cette grotte humide et sombre Nous ne chercherons plus le frais [LAMART., Méd. I, 25]
Par plaisanterie. Mettre quelqu'un au frais, le mettre en prison.
[Il] Pensa dans un cachot te faire mettre au frais [BOURSAULT, Merc. gal. v, 7]
14° Frais, adv. Il fait frais. Boire frais, boire d'un vin frais.
Du reste, déjeunons, messieurs, et buvons frais [BOILEAU, Lutr. IV]
À verser frais m'invitant, Un vieil ami de la table Me tend son verre en chantant [BÉRANG., Bouteille volée.]
15° Frais, construit avec un participe, signifie tout nouvellement ; et, bien qu'il soit adverbe, l'oreille a exigé, contre la grammaire, qu'il s'accordât avec son substantif en genre et en nombre ; tout pris adverbialement offre un cas semblable : toute belle qu'elle est. Ils sont frais débarqués de leur village. Une maison toute fraîche bâtie. Une rose fraîche cueillie. Des roses fraîches cueillies.
Si frais battu, messieurs, est-il juste qu'on meure ? [SCARR., D. Japhet, IV, 5]
Monsieur est frais émoulu du collége [MOL., Mal. imag. II, 7]
Sa bouche est fraîche épanouie, Ses cheveux sont blonds et flottants [BÉRANG., ]
Qu'elle est jolie ! Mes yeux cherchent en vain les fleurs fraîches écloses [C. DELAVIGNE, Morceaux choisis, par FEUGÈRE, p. 337]
16° De frais, tout récemment. Un homme rasé de frais, homme qui vient de faire sa barbe.
17° Dans le langage populaire. À la fraîche, au moment de la journée où il fait frais. Cette locution est faite comme : à la brune. À la fraîche, qui veut boire ? cri des marchands de rafraîchissements en plein air (à la fraîche, c'est-à-dire à la boisson fraîche).

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [Ils] Livrent lur [aux chevaux] prés, assez i a fresche herbe [, Ch. de Rol. CLXXVII]
  • XIIe s.
    [Le cheval] Reprend s'alaine, tost est revigorez ; Li cuens Guillaumes senti frès son cheval [, la Bataille d'Aleschans, v. 562]
    Mais son clair vis et sa fresche bouchete [, Couci, VI]
    Quant je regart vostre fresche color, Et vo douz front.... [, ib. X]
    Et vis [visage] riant, fresche beauté veraie [vraie] [, ib. XVI]
    Touz jours m'est plus s'amours fresche et nouvele [, ib. XVIII]
  • XIIIe s.
    Les poissons frès à blanche aillie, Fabliaux [BARBAZAN, t. IV, p. 8]
    Seigneur, vos veés bien coment il nos est, et vos et vostre cheval estes tuit frais et tuit reposé [VILLEH., CLXVI]
    Et l'autre lui retrempe de fresche eaue en son vin [lui verse de l'eau fraîche en son vin] [, Berte, LV]
    Enfans qui cueillez les floretes, Et les freses fresches et netes, Ci gist li frais serpens en l'erbe [, la Rose, 16752]
    Largece ot robe toute fresche D'une porpre sarrazinesche [, ib. 1169]
    Les roses overtes et lées [larges] Sunt en ung jor toutes alées [flétries] ; Mès li bouton durent tuit frois à tout le moins deux jours ou trois [, ib. 1656]
    Fines colors, fresches et vives [, ib. 20163]
    Et trouve l'en [dans les silos] le fourment et l'orge aussi frez comme l'en l'eust maintenant batu [JOINV., 210]
  • XIVe s.
    Eulx qui avoient les corps et les courages touz fres et touz entiers [BERCHEURE, f° 34, verso.]
    La mort de Curius estoit trop frais enseignement du peril de chascun [ID., f° 24, verso.]
  • XVe s.
    Il entra en sa chambre et la trouva jonchée de verdure, et les parois d'environ couvertes de verds rameaux pour y faire plus frais [FROISS., III, IV, 23]
    Avec ce qu'il est hiver et qu'il fait frais et mauvais chevaucher [ID., II, II, 174]
  • XVIe s.
    Use donc hardiment de l'adjectif substantivé, comme le liquide des eaux, le vuyde de l'air, le frais des ombres [DU BELLAY, I, 32, verso.]
    Et de plus fresche memoire, à Yvoy, le.... [MONT., I, 28]
    Il avoit eu soif, et avoit demandé de l'eau fresche à boire [AMYOT, Marius, 5]
    Comme un champion de lucte frais et reposé qui s'attache à un jà las et travaillé d'avoir plusieurs fois combatu [ID., Sylla, 61]
    Les leurs estoient toutes vertes et cueillies de frais [ID., Lucull. 72]
    Ilz se meirent à la voile pour s'enfuir, à quoi leur servit le vent qui se leva frais aussi tost qu'ilz eurent gaigné la haulte mer [ID., Pomp. 110]
    Et dormez seurement sous le frais des ormeaux [RONS., 721]
    Prins en flagrant delict, qu'on dit en la freiche coulpe [, Nouv. cout. génér. t. II, p. 859]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. frai, frais, froche, fraîche ; wallon, frèhe, humide ; nam. frèche ; Hainaut, fraiche ; provenç. fresc ; espagn. portug. et ital. fresco ; de l'anc. h. allem. frisc ; allem. mod. frisch ; anglo-sax. fresc ; angl. fresh, qu'on rattache au radical sanscrit prish, mouiller, pleuvoir. L's constante dans frais, et sch au féminin écartent tout rapprochement avec le latin frigus, froid.