franc

1. franc

n.m.
1. Unité monétaire principale de la Suisse (franc suisse, qui a également cours au Liechtenstein), de plusieurs pays d'Afrique francophone ou de certains pays d'Afrique liés à la France par des accords de coopération (franc C.F.A., franc C.F.P.).
2. Unité monétaire principale de la France (franc français qui avait également cours en principauté d'Andorre et à Monaco), de la Belgique (franc belge) et du Luxembourg (franc luxembourgeois) jusqu'à l'introduction de l'euro.
Franc C.F.A.,
unité monétaire principale de plusieurs États de l'Afrique de l'Ouest (sigle de Communauté financière africaine) et de l'Afrique centrale (sigle de Coopération financière en Afrique).
Franc C.F.P. ou franc Pacifique,
unité monétaire principale des TOM de la région Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie.
Franc comorien ou franc des Comores,
unité monétaire principale des Comores.

2. franc, franche

adj. [ lat. médiév. francus, libre, du frq. ]
1. Qui ne dissimule aucune arrière-pensée : C'est une personne franche 1. droit, honnête ; hypocrite, fourbe sincère ; menteur clair, loyal ; ambigu, équivoque
2. Pur, sans mélange : Bleu franc.
3. Net, précis, sans détour : Il montre une franche hostilité une hostilité déclarée
4. (Placé avant le nom, dans un contexte péjoratif) Sout. Qui est parfait, accompli dans son genre : Un franc scélérat achevé, fieffé
5. Se dit d'un délai où l'on ne compte ni le jour du départ ni celui du terme : Il a passé dix jours francs à l'étranger entier, plein
Boutique franche,
magasin qui, dans certains emplacements (aéroports, etc.), est dispensé de taxes sur les produits qui y sont commercialisés.
Franc de port,
franco.
Jouer franc jeu avec qqn,
agir loyalement avec lui, sans chercher à le tromper.
Port franc, zone franche,
port ou région frontière où les marchandises étrangères pénètrent librement, sans paiement de droits.
Ville franche,
avant la Révolution, ville qui ne payait pas la taille.

franc

adv.
Parler franc,
parler franchement, ouvertement.

3. franc, franque

adj.
Qui concerne les Francs, peuple germanique qui conquit la Gaule au ve siècle : La langue franque le francique

FRANC1

(fran) s. m.
Nom d'un peuple germain qui habitait les bords du Rhin, qui envahit les Gaules et y fonda une monarchie.
Les Francs commençaient alors à se faire craindre ; c'était une ligue de peuples germains qui habitaient le long du Rhin ; leur nom montre qu'ils étaient unis par l'amour de la liberté [BOSSUET, Hist. I, 10]
Adj. Franc, franque, qui appartient aux Francs. Période franque. La monarchie franque.
Au milieu du VIe siècle, la race franque s'était répandue et dominait dans toute la Gaule [GUIZOT, Hist. de la civil. en France, 8e leçon.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. Francus, nom de cette peuplade germanique, qui devint aussi l'appellation de l'homme libre ; dans l'anc. h. allem. il est sous la forme franco. Ce mot de francus est d'origine obscure. Diefenbach, le trouvant aussi dans le celtique, croit qu'il vient de là ; J. Grimm y voit un dérivé de la racine gothique freis, allem. mod. frei, libre ; d'autres le rattachent à l'anglo-saxon. franca, javelot.

FRANC2

(fran ; le c ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : les fran-z et les livres) s. m.
Anciennement, synonyme de la livre tournois valant 20 sous.
Ce sont vingt mille francs qu'il m'en pourra coûter ; Mais pour vingt mille francs j'aurai droit de pester [MOL., Mis. V, 1]
Cent francs au denier cinq, combien font-ils ? - Vingt livres [BOILEAU, Sat. VIII]
Mme de Maintenon évalue le tout [l'entretien d'une maison agréable et bien tenue] à neuf mille francs par an, et met trois mille livres pour le jeu, les spectacles, les fantaisies et les magnificences de monsieur et de madame [VOLT., l'Homme aux 40 écus, Introduction]
De là un franc en argent et en or, pour exprimer la monnaie du roi des Francs, ce qui n'arriva que longtemps après, mais qui rappelait l'origine de la monarchie [ID., Dict. phil. Franc ou franq, France, etc.]
Aujourd'hui, pièce d'argent alliée d'un dixième de cuivre, et pesant en tout cinq grammes ; c'est l'unité monétaire du système décimal. Le franc se divise en dix décimes ou cent centimes (vingt sous). La livre est restée synonyme de franc, mais elle n'est plus qu'une monnaie de compte évaluée à cent centimes.
Au marc le franc, ou, suivant le langage décimal, au centime le franc, proportionnellement à ce que chacun doit ou à ce qui est dû à chacun. Les créanciers ont été payés au marc le franc.

REMARQUE

  • Dans l'ancien emploi, franc était l'objet de quelques observations qui n'ont plus de raison d'être. On disait bien plutôt : Il a vingt mille livres de rente que vingt mille francs ; et réciproquement on disait : Cette maison m'a coûté vingt mille francs et non vingt mille livres. Vaugelas observe qu'on dit indifféremment cinquante livres et cinquante francs, cent livres et cent francs, à cause que c'est un compte rond ; mais, dans un compte rompu, on dit quatre livres dix sous, cent cinquante livres, mille quatre cents livres, et non pas quatre francs dix sous, cent cinquante francs, mille quatre cents francs, Rem. Not. Th. Corn. t. II, p. 662, dans POUGENS.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Les tresoriers appareillerent tout l'argent [10000 francs demandés par le duc de Berry] en couronnes d'or et en francs de France, et fut mise la finance en quatre petits sommiers [FROISS., liv. IV, p. 34, dans LACURNE]
    Maison des champs l'ont pluseurs appellé ; Mais, Dieu merci, toute plaine de blé, Ont les Anglès le feu bouté dedens ; Deux mille francs m'a leur guerre cousté [E. DESCHAMPS, Domaine brûlé par les Anglais.]
    Par saint Fiacre, ce sont bons frans à cheval, armés pour la guerre [ID., Poésies mss. f° 374, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Franc ou livre c'est tout un, d'autant qu'en l'an 1400 et auparavant une livre, à cause de la forte monnoye, valoit un franc d'or, qui vaudroit à present autant qu'un escu sol et plus, comme en l'an 1575 le roy Henry III a fait frapper des francs d'argent de la valeur de vingt sols tournois, parisis, viennois, mançois, blancs, angevins, bourdelois [LAURIÈRE, Gloss. du droit fr.]
    En prisée de terre ou revenue le franc de rente ou cense perpetuelle est estimé valloir pour une fois vingt livres tournois, et en rente constituée le franc n'est estimé que dix livres tournois [, Coust. génér. t. I, p. 416]

ÉTYMOLOGIE

  • Franc 1. En 1360 le roi Jean fit frapper une monnaie représentant le roi à cheval et armé de toutes pièces ; elle fut nommée franc à cheval, à cause de la devise Francorum rex, qui y était ; il y avait aussi des francs à pied représentant le roi armé de toutes pièces, mais à pied.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. FRANC. Ajoutez : - REM. Le franc, unité fondamentale du système monétaire décimal, correspond à un alliage de 4 grammes 5 décigrammes d'argent et 5 décigrammes de cuivre, ou de 290 milligrammes d'or et 32 milligrammes de cuivre. Le franc, pièce d'argent n'est, comme les pièces divisionnaires de la pièce de 5 francs, composé que de 4 grammes 175 milligrammes d'argent alliés à 825 milligrammes de cuivre ; titre de 835 millièmes.

franc

FRANC. n. m. Unité monétaire du système métrique, laquelle se divise en dix parties appelées décimes et en cent appelées centimes. La pièce d'un franc est faite d'un alliage d'argent et de cuivre. La pièce d'un franc pèse cinq grammes. Une pièce d'un franc, de deux francs, de cinq francs. Un franc trente centimes. Payer le décime pour franc. La hausse, la baisse du franc.

Au marc le franc. Voyez MARC.

Centime le franc. Voyez CENTIME.

franc

FRANC, ANCHE. adj. Qui est libre. Il a fait cette action de sa pure et franche volonté. Franc arbitre.

Fam., Avoir ses coudées franches, les coudées franches. Voyez COUDÉE.

Fig., Franc de toute passion, franc d'ambition, etc., Libre et exempt de toute passion, d'ambition, etc.

Franc-bord, Espace de terrain laissé libre sur le bord d'une rivière, d'un canal. On le dit aussi, en termes de Marine, de Tout le bordage extérieur d'un bâtiment, depuis la quille jusqu'à la première préceinte.

Corps francs, Petits corps de troupes, composés ordinairement de volontaires commissionnés pour la durée de la guerre et qui ne faisaient pas partie de l'armée. On disait, dans un sens très rapproché, Francs-tireurs.

Il signifie aussi Qui est exempt d'impositions, de charges, de dettes. Demeurer franc et quitte. Être franc de toutes charges. On appelait autrefois Villes franches celles qui ne payaient pas la taille. Il rendit sa terre franche et quitte de toutes dettes.

Port franc, Port où les marchandises jouissent de la franchise des droits d'entrée et de sortie.

Franc de port, se dit d'une Lettre, d'un paquet, etc., dont le port est payé par celui qui en fait l'envoi. Paquet franc de port. Dans cette expression, Franc est invariable quand il précède le nom. Recevoir franc de port une lettre et un paquet. Recevoir une caisse franche de port.

Fam., Franche lippée, Repas qui ne coûte rien ou Repas où l'on mange tout son soûl.

Il signifie aussi Qui est sincère, loyal, qui dit ce qu'il pense. Un homme franc. Un coeur franc. Un caractère franc. Une âme franche.

Un cheval franc du collier. Voyez COLLIER.

En termes de Marine, Le vent est franc, Sa direction est telle que le bâtiment peut, avec ses voiles orientées obliquement à la quille, suivre la route déterminée.

Il se dit également des Choses où il y a de la sincérité, de la loyauté, de la candeur, etc. L'aveu est franc. Sa conduite dans cette affaire a été franche et droite. Des manières franches. Parler d'un ton franc et résolu.

Fam., Avoir son franc parler avec quelqu'un, Avoir l'habitude, être en situation de dire tout ce qu'on pense.

Fig., Y aller de franc jeu. Y aller pour tout de bon, sans arrière-pensée.

En termes de Peinture, de Sculpture, etc., il se dit en parlant d'un Faire aisé, hardi, où il n'y a ni timidité ni tâtonnement. Manière franche. Touche franche. Dessin, coloris franc.

Il se dit aussi dans le sens de Vrai, et alors il précède ordinairement le nom. En ce sens il sert surtout à accompagner des termes désobligeants ou injurieux pour leur donner plus de force. Une franche coquette. Un franc imbécile. Un franc animal. Un franc scélérat. Une franche canaille. On dit de même Une franche sottise. Une franche bévue, etc. Un franc Breton, un franc Picard, un franc Gascon, etc. Un Breton, un Picard, un Gascon, etc., qui a les qualités et les défauts communs à la plupart des gens de son pays.

Terre franche, Bonne terre, terre végétale qui n'est point mêlée de cailloux ni de sable.

Il se dit également dans le sens d'Entier, de complet. Ils y arrivèrent le lundi et en partirent le jeudi : ils n'y ont donc été que deux jours francs. Dans les assignations à huitaine, il faut huit jours francs, sans compter celui de l'assignation, ni celui de l'échéance.

Courir à franc étrier. Voyez ÉTRIER.

Il se dit encore des Arbres qui portent du fruit doux sans avoir été greffés; par opposition à Sauvageon, qui se dit des Arbres qui ne portent que des fruits âpres, à moins qu'ils n'aient été greffés. Noisetier franc. Franc pêcher. On le dit quelquefois des Fruits mêmes. Noisettes franches, Pêche franche.

Substantivement, Enter franc sur franc, Enter un scion d'arbre franc sur un autre arbre franc. Enter franc sur sauvageon, Enter un scion d'arbre franc sur un sauvageon.

FRANC s'emploie aussi comme adverbe et signifie Largement, ouvertement, résolument, sans déguiser, sans biaiser. Parler franc et net. Il me l'a dit tout franc.

franc

Franc, m. Celuy qui ne doibt point de tribut, Immunis, Liber. Ce mot Franc importe toute exemption et acquict de toute charge, debte, servitude. Selon laquelle signification on dit en matiere de baulx, eschanges, et venditions d'heritages, franc et quitte de tous arrerages, Reliquis aut reliquorum nexu, praedia libera. Et un fief estre vendu francs deniers au vendeur, quand il doibt estre acquitté par l'acheteur du quint denier qui en appartient au Seigneur feodal, Illibato ac immuni pretio fundi beneficiarij venditori obueniente. Et franc Aleu, qui est de telle nature qui ne doibt vest ne devest, service, censive, relief, foy, hommage ne autre redebvance que ce soit. Il emporte aussi immunité de nature sauvage et bastarde. Selon laquelle energie on dit les fruits et arbres francs. Il importe aussi exemption de vice, Selon laquelle energie on dit un cheval franc, qui n'est point vicieux, et franc au collier, le cheval qui tire sans ruer, se desbatre, ne restiver. Villon, Le frain aux dents, franc au collier. Il se prend aussi pour vaillant et courtois, Comme franc chevalier je me rends à toy, és anciens Romans, et pour preud'homme loyal et debonnaire: selon laquelle signification on trouve aussi és anciens Romans, Franc Roy, Franc Duc, Franc gentil-homme, vengez moy d'une injure que j'ay receuë, et je suis plus franc que vous. Toutes lesquelles significations sont procedées des bonnes et loüables qualitez en moeurs et vaillances qui estoient aux primaeves François, comme aussi en ces manieres de parler, Franche volonté, franchement, c'est à dire, Libre volonté et sans contrainte, et librement, comme aussi ce mot Franqueza Espagnol, pour Immunité, Toledo la realeza, Alcaçar de los Emperadores, Donde chicos y menores, Todos biven en Franqueza. Et si bien ce proverbe estoit entre les Grecs phragkon philon ékhês géitona ouk ékhês, Toutesfois ce n'estoit mis en avant par eux, que pour la doubte de la proüesse d'iceux François. Les peuples Orientaux appellent aujourd'huy Franques, toutes gens d'Ouest, à cause des grands efforts, faits d'armes, et victoires des François és entreprinses et voyages d'outre mer, dont la reputation comme la conqueste est demeurée au nom François. Franc aussi est une espece de monnoye d'or françoise, qui valoit anciennement vingt sols, de l'institution de sa fabricature, pour laquelle somme (qu'on appelle aussi livre) le nom demeure encores, mais l'espece est desusitée. Ainsi dit-on, Il a vaillant cent mille francs, sans autre addition, c. cent mille fois vingt sols, qu'on dit plus communément cent mille livres. Anciennement on adjoustoit, d'or. Nic. Gilles en la vie de Charles v. Et furent ceux d'Espernay si pressez, qu'ils furent contraints bailler la ville, et rançonnerent leurs corps, et la ville de brusler, de deux mille francs d'or. Et peu apres parlant de la sentence que le Duc d'Anjou donna contre ceux de Montpellier; et les condanna envers le Roy et luy en six vingts mille francs d'or. Au temps jadis, et encore l'an 1400. le franc estoit aussi appelé Florin d'or, par ce peut estre que la croix Florencée y estoit empreinte. Or y avoit-il franc à pied et franc à cheval, à cause de la difference de la pile des deux.

¶ Un franc à pied, Un franc à cheval. Bud. in Asse, fol. 179. Francici aurei equites peditesque, olim viginti solidis valentes (vnde Francicos hodie quoque appellamus) nunc solidis quadraginta aestimantur.

Franc et quitte ce sont mots solennels és contracts de venditions, eschanges, baulx d'heritage, constitutions, et autres tels d'heritages, par lesquels le vendeur, bailleur, ou compermutant asseure l'heritage estre franc et quitte de tous arrerages, qui est ce que les Jurisconsultes disent, Praedium rusticum vrbanumve reliquis solutum. l. cum in venditione. ff. de euiction. Iuncta rubr. sine censu vel reliq. fund. comp. Cod.

Franc et quitte de tout larrecin, et autres crimes, Noxis vel noxiis solutus.

Vendre un heritage franc et quitte de toutes charges quelconques, Fundum liberum omnique noxa solutum vendere. B.

Franc et liberal, Munificus.

Franc et liberal à bailler ces choses, Liber harum rerum.

Franc aleu, ou aloy, ou alo, voyez Franc et Aleu.

Un fond tenu en franc aleu, et qui n'est chargé d'aucune servitude, Optimus maximusque fundus.

Terres tenuës en franc aleu, Optima conditione praedia.

Maintenir un heritage estre tenu en franc aleu, Liberali causa manu praedium asserere. B.

Francarcher, m. acut. Est un mot composé de cet adjectif Franc, et ce substantif Archer, si que le mot ainsi fait est pur substantif regy d'un seul accent. De telle composition sont aussi ces mots, franc aleu, et franc à pied, franc à cheval, especes de monnoyes anciennes. L'introduction de tel homme de guerre fut mise en avant par le Roy Charles septiéme, en l'an mil quatre cens quarante huict. Nicole Gilles en la Chronique dudit Roy. Le Roy ordonna et mit sus les francarchers, qu'il voulut estre armez et habillez par les habitans des Parroisses de son Royaume, en maniere qu'ils fussent tousjours prests pour le servir quand il auroit besoing, et il les manderoit au fait de ses guerres. Et afin que les francarchers fussent à ce subjects, Il les affranchit de toutes tailles et imposts quelconques, qui seroient mis sus pour le fait des guerres, et aussi du guet et garde des portes, quelque part qu'ils fissent leur demeurance. Et envoya commissions aux Baillifs et Seneschaux pour eslire tels qu'ils verroient estre idoines pour servir au fait de la guerre. Le Roy Loys unziéme son fils les cassa depuis, voyez Nicole Gilles.

Francarcher de Bagnolet, c'estoit en la maniere que dit est, le Francarcher que la Parroisse de Bagnolet lez Paris estoit tenuë armer et equipper de tout ce qui appartenoit à un Archer allant combatre.

Champs qui sont francs, et ne doivent aucune servitude ne cens, ne rente, et ne sont aucunement hypotequez, Optima conditione praedia, Optimo iure praedia.

Qui est de franche condition, et qui ne fut jamais Serf selon les loix de son païs, Ingenuus.

Arbres franches, Arbores generosae.

Villes franches, Immunes et liberae ciuitates.

franc


FRANC, s. m. [On ne pron. jamais le c final.] 1°. C'est le nom qu'on done aux anciens Français du temps de Clovis. = 2°. C'est aussi le nom d'une anciène pièce de monaie valant vingt sous. Aujourd'hui ce n'est plus qu'une monaie de compte, de même valeur. On ne dit, ni un franc, ni deux, trois ou cinq francs: on dit vingt sous, quarante sous, trois livres, cent sous. Voy. LIVRE.

franc


FRANC, FRANCHE, adj. [Le c ne se prononce au masc. que devant une voyelle. Voy. C.] 2°. Libre. "Franc arbitre. Acad. On dit plutôt libre-arbitre. "Il a fait cela de sa pure et franche volonté. (st. fam.) = 2°. Exempt d'impositions, de charges, de dettes. "Être franc de toutes charges. "Je vous vends ce domaine franc de toute redevance et servitude. Paquet franc de port, et non pas, port franc. Lettres franches de port. = 3°. Sincère, qui dit ce qu'il pense. "Homme franc, coeur franc.
   Il est inutile de feindre,
   Écoutez, je suis franche, et vous l'allez bien voir.
       La Chaussée.
= 4°. Devant le substant. il a le sens de vrai. "Un franc animal, une franche coquette. = 5°. Entier, complet. "Ils n' y ont été que deux jours francs. = 6°. En parlant des arbres: qui porte du fruit doux, sans avoir été enté. "Noisetier franc, noisettes franches. "Franc pêcher; pêche franche. "Enter franc sur franc: enter franc sur sauvageon. = 7°. Cheval franc de collier, qui tire bien, sur-tout en montant. — Fig. (st. famil.) Homme franc de collier, toujours prêt à servir ses amis, ou à tirer l'épée, et à aller au combat toutes les fois que l'ocasion s'en présente.
   FRANC, adv. Sans déguiser, sans biaiser. "Il m'a parlé franc. "Il le démentit tout franc, ou franc et net.
   Rem. Aûtrefois on employait plus souvent franc dans le sens de libre. Les Poètes sont encôre en possession de le prendre dans cette acception, et ils feront bien de la conserver.
   Cette vertu franche de tout sophisme.
       Rousseau.
  Et les siècles futurs francs de haine et d' envie.
      Colardeau.
L'Acad. dit encore, franc de toute passion, franc d'ambition; franc d'envie, etc. Libre est plus noble et plus usité; et franc, en ce sens, ne me paraît bon, en prôse, que dans le st. fam.

Synonymes et Contraires
Traductions

franc

(fʀɑ̃)

franche

Frank, aufrichtig, Franken, portofrei, freimütigfranc, frank, Frankish, straight, outspoken, above-board, direct, open, plain, truthful, free, tax-free, true, candid, forthrightFrank, Frankisch, vrijmoedigגלוי לב (ת), ישר (ת), כן (ת), פרנק (ז), גְּלוּי לֵב, כֵּן, יָשָׁר, פרנקфранкfrancfrank, přímočarýfranc, frimodigfrancofrankfrangi, suorapuheinenfranak, iskrenfranco, schietto, direttoフラン, 遠慮のない프랑, 솔직한franc, åpenhjertig, frimodigfrancoФранк, прямодушноfrankfranakfranc, frispråkigfrank, açık sözlü法郎, 坦率直言的ειλικρινής, ντόμπροςصَرِيحٌszczeryพูดจาเปิดเผยthẳng thắn (fʀɑ̃ʃ)
adjectif
qui exprime librement sonopinion une réponse franche être franc avec qqn

franc

[fʀɑ̃, fʀɑ̃ʃ]
adj
[personne] → frank, straightforward; [visage] → open
(= net) [refus] → total
un oui franc et massif → an overwhelming yes
[coupure, rupture] → clean
[couleur] → strong
(intensif: placé avant le nom)unconcealed
Ils manifestaient à son égard une franche hostilité → They showed unconcealed hostility to him.
un franc mépris pour ... → unconcealed scorn for ...
[zone, port] → free; [boutique] → duty-free
franc de port → post free, postage paid
adv
parler franc → to speak frankly
nmfranc
le franc suisse → the Swiss franc