franc, franche

FRANC, FRANCHE3

(fran, fran-ch' ; le c se lie : un fran-k original ; il lui dit fran-k et net ; au pluriel, l's se lie : de fran-z originaux) adj.
Qui jouit de sa liberté. Un esclave en entrant en France devient franc et libre.
Je ne me résoudrai jamais à l'hyménée Que d'une volonté franche et déterminée [CORN., la Pl. Roy. IV, 1]
Une terre franche et sacrée ne couvrira pas ma cendre [RAYNAL, Hist. phil. XVIII, 45]
Corps francs, voy. CORPS, n° 16. Avoir ses coudées franches, voy. COUDÉE. Terme de philosophie. Franc arbitre, pouvoir de se déterminer sans autre cause que la volonté elle-même, voy. ARBITRE (LIBRE).
La volonté seule ou la liberté du franc arbitre que j'expérimente en moi être si grande que je ne conçois point l'idée d'aucune autre plus ample [DESC., Médit. IV, 7]
Qui n'a point souffert de dommage.
Échappé Non pas franc, car pour gage il y laissa sa queue [LA FONT., Fabl. v, 5]
S'il en peut sortir franc, c'est à lui beaucoup faire [ID., Cand.]
Exempt d'impôts, de dettes, de charges. Les denrées nécessaires à la vie devraient être absolument franches. Terre franche et quitte de toute dette.
Le comte son beau-père [de Frédéric Barberousse], nommé Renaud, ayant obtenu de grandes immunités en faveur de ce mariage, s'intitula le comte franc, et c'est de là qu'est venu le nom de Franche-Comté [VOLT., Ann. Frédéric 1er, 1156]
Fig. Être franc de, exempt de. Franc d'ambition.
Voilà le vrai chemin, franc de crainte et d'envie [RÉGNIER, Sat. XVI]
Je crois votre maison franche de tout ombrage [MOL., l'Ét. v, 4]
Franc-bord, voy. FRANC-BORD. Port franc, port où les marchandises jouissent de la franchise des droits d'entrée et de sortie. Villes franches, celles qui ne payaient pas la taille. Provinces franches, se disait des parties de la France qui n'avaient jamais été soumises à l'impôt des gabelles. Franc tenancier, celui qui tenait des terres en roture, mais qui en avait racheté les droits. Francs-archers, ancienne milice établie par Charles VII, et formée d'un homme équipé que fournissait chaque paroisse et qui y demeurait franc de charges. Francs devoirs, se disaient d'un fief dont l'hommage avait été changé en simple rente, et des charges dues par des personnes libres pour l'usage des bois, des pacages, etc. Familièrement. Franche lippée, repas qui ne coûte rien. Un chercheur de franches lippées.
Car quoi ! rien d'assuré ! point de franche lippée ! Tout à la pointe de l'épée [LA FONT., Fabl. I, 5]
Jouer part franche, se dit lorsque plusieurs personnes, jouant à qui aura quelque objet qui est l'enjeu, comme un bijou, un livre, etc. conviennent que celui qui gagnera ne payera rien pour sa part. Fig. Part franche, celle à laquelle on a droit sans payer. Avoir part franche dans une affaire.
Se dit des choses dont on a payé d'avance le transport. Une lettre franche de port. Recevoir franc de port un panier de gibier. Franc de port se dit adverbialement. Je vous envoie une bourriche franc de port. Avoir ses ports francs. Être dispensé de payer le port des lettres qu'on reçoit par la poste.
Ne sachant pas si vous avez vos ports francs pour les gros paquets qui ne viennent point de votre gouvernement [VOLT., Lett. Richelieu, 7 août 1773]
Fig. Qui dit ouvertement ce qu'il pense, qui agit conformément à ce qu'il dit. Je n'ai jamais vu d'homme plus franc.
Le cœur de Pulchérie est trop franc.... [CORN., Héracl. I, 2]
Être franc et sincère est mon plus grand talent ; Je ne sais point jouer les hommes en parlant [MOL., Mis. III, 7]
Lui qui d'un honnête homme à la cour tient le rang, à qui je n'ai rien fait qu'être sincère et franc [ID., ib. V, 1]
Être franc comme osier, parler et agir sincèrement (sans doute par un jeu de mot entre franc, sincère, et osier franc, osier de bonne espèce). On dit dans le même sens : être franc comme l'or (sans doute par allusion à la pureté de l'or). Un franc Gaulois, un homme de bonne foi, et aussi un homme simple et d'une franchise un peu rude. Il se dit des choses. Une conduite franche. Des manières nobles et franches.
Ce franc aveu sied bien aux grands courages.... [CORN., Sertor. III, 2]
Un discours libre et franc n'aura rien qui vous blesse [M. J. CHÉN., Charles IX, III, 1]
Avoir son franc parler, dire tout haut ce qu'on pense.
Ce sont des fous sublimes qui ont leur franc parler [DIDER., Lett. à Galiani]
Qu'on ait craint son franc parler [de la presse] Dans la chambre et l'antichambre ; Riez-en avec moi [BÉRANG., Censure]
Qui a les qualités requises, sans mélange. Drogue franche. Vin franc.
Le foyer de ces lentilles à l'eau [faites avec deux verres comprenant de l'eau entre eux] n'est jamais franc, ni bien terminé, ni réduit à sa plus petite étendue [BUFF., Hist. min. Introd. Part. exp. t. VII, p. 279, dans POUGENS.]
Terres franches, celle qui ne sont ni calcaires, ni argileuses, ni décidément siliceuses, mais formées d'une quantité de calcaire qui ne dépasse pas quarante pour cent et qui peut être moindre.
Mon projet était de reconnaître, au bout de trente ans, la différence que produirait sur mon bois semé l'épaisseur plus ou moins grande de cette terre, qui partout était franche et de bonne qualité [BUFF., Min. t. II, p. 135]
Pierre franche, pierre parfaite dans son espèce, qui n'a ni la mollesse du moellon, ni la dureté du caillou.
Terme de peinture et de sculpture. Dessin, pinceau, ciseau franc, dessin, pinceau, ciseau net et hardi.
Terme de marine. Vent franc, vent dont la direction et la force ne varient pas. Pompe franche, pompe qui ne jette plus d'eau, parce que l'eau est épuisée. Gouverner à barre franche, gouverner avec la main seulement, sans roue, ni palans. Franc-tillac, Voy. TILLAC.
Il se dit, précédant son substantif, dans le sens de vrai, véritable (mais avec une nuance ironique qui n'en fait pas un éloge). Ce qu'il vous dit est une franche sottise.
Lorsqu'un franc campagnard avec longue rapière [MOL., Fâcheux, II, 7]
Pour ces francs pécheurs, pécheurs endurcis [PASC., Prov. 4]
Avouez que vous êtes un homme bien faible. - Oui, madame ; une franche dupe, j'en conviens [LESAGE, Turc. II, 3]
Je suis un franc provincial qui croit qu'on peut s'occuper à Paris de ce qui se passe dans son village [VOLT., Lett. d'Argental, 27 janv. 1766]
Vrai, naturel, sans nuance d'ironie.
Nous leur conserverons les noms de friquet et de soulcie, qui sont leurs anciens et vrais noms, parce qu'en effet, ce ne sont pas de francs moineaux [BUFF., Ois. t. VI, p. 210]
Un franc Breton, un franc Picard, un homme qui a pleinement les qualités et les défauts des gens de ces provinces. Il se joint, en les précédant, à des termes injurieux pour les renforcer.
Les valets de Saldagne, francs ivrognes, laissèrent tout faire au valet de Verville [SCARR., Rom. com. II, 12]
Un franc animal, un brutal, un stupide, un sot.... [MOL., Le Méd. malgré lui, III, 3]
On dit de même : une franche sottise ; une franche bévue.
Oui sa pudeur n'est que franche grimace [MOL., L'Ét. III, 2]
Courir à franc étrier, voy. ÉTRIER. La locution signifie sans doute : avec l'étrier franc, vrai, c'est-à-dire sans le quitter durant toute la chevauchée.
10° Entier, complet, en parlant de choses. Un jour franc. Huit jours francs. Sauter vingt-quatre semelles franches. Dormir la franche matinée.
11° Terme d'escrime. Botte franche, coup de fleuret porté net et qui n'a pu être paré.
12° Avoir un jeu (manière de jouer) franc, avoir un jeu bien dessiné, bien correct et sans timidité. Fig. Y aller de franc jeu, y aller pour tout de bon, sans arrière-pensée. On dit au jeu qu'une carte est affranchie ou franche lorsqu'elle n'est plus exposée à être prise. Pourquoi jouer ainsi ? vous aviez la dame franche.
13° Terme d'horticulture. Dans le sens le plus étendu, se dit de tout arbre qui n'a pas été greffé. Dans un sens plus étroit. Un arbre franc de pied, ou, simplement, arbre franc, arbre qui, sans avoir besoin d'être greffé, produit une bonne espèce de fruit. Un prunier franc. On le dit quelquefois des fruits mêmes. Noisettes franches. Pêche franche. Enter franc sur sauvageon, enter un scion d'un arbre franc sur un sauvageon. Enter franc sur franc, greffer un arbre franc sur un arbre franc. Fig. et par plaisanterie. Enter franc sur franc, se dit d'un bâtard qui a un autre bâtard.
14° Cheval franc du collier, voy. COLLIER. Franc d'amble, se dit d'un cheval qui va l'amble naturellement.
15° Franc carreau, nom d'un jeu, qui consiste à jeter une pièce de monnaie dans un carré qu'on a tracé sur la terre. Le vainqueur est celui qui approche le plus du centre.
16° Terme de coutume. Franche vérité, acte de justice d'un seigneur qui fait informer par ses juges des délits commis sur ses terres.
17° Terme de blason. Franc canton, pièce à dextre dans un carré.
18° Terme d'argot. Franc bourgeois, nom donné à des filous qui quêtent pour des infortunes imaginaires.
19° Franc, adv. Ouvertement, résolument, sans rien déguiser ; il ne se dit qu'avec tout, un peu.
Elle est assez jolie, mais, tout franc, vous l'êtes encore plus qu'elle [HAUTEROCHE, Coch. supposé, 15]
Je vous dirai tout franc que cette maladie, Partout où vous allez, donne la comédie [MOL., Mis. I, 1]
Je vous parle un peu franc, mais c'est là mon humeur, Et je ne mâche point ce que j'ai sur le cœur [ID., Tart. I, 1]
Je lui disais parfois : Monsieur Perrin Dandin, Tout franc, vous vous levez tous les jours trop matin ; Qui veut voyager loin ménage sa monture [RAC., Plaid. I, 1]
J'ai une grâce à demander à votre Altesse Royale, c'est, tout franc, qu'elle me loue un peu moins [VOLT., Lett. prince de Prusse, 114]
Franc et net, même sens. Je lui ai dit franc et net ce que je pensais de sa conduite. Franc-pensant, s'est dit pour libre penseur.
Cet acte, qui paraît si ridicule à milord Bolingbroke, à Woolston, et à tous les franc-pensants [VOLT., Déf. de Bolingbroke, ch. 32]
Entièrement, sans qu'il y manque rien. Il sauta le fossé franc, tout franc. Avec exemption de toutes charges, peines, dettes, etc.
Il ne reste pas trois ans [de bonheur] franc et quitte pour les plus heureux [VOLT., Dial. XXIV, 16]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    E cil frans hoem qui aveit.... [, Lois de Guill. 3]
    Franc chevalier, dit l'emperere Charles [, Ch. de Rol. X]
  • XIIe s.
    Morz est Rolant, li francs coms, li prisez [, Ronc. p. 107]
    Hé ! franche riens pour qui je muir amanz [, Couci, X]
    Mais onc [il] n'ot fil ne fille de sa franche moillier [, Sax. IV]
    Ne remest à semondre chevaliers ne frans hom [, ib. XX]
    Pur ço est France franche, par les sains où je fui, Que cil ki mestier unt i viengent [viennent] à refui ; Mult seit il bien venu.... [, Th. le mart. 54]
    De nule rien purquant ne s'en ad esmaié, Mais de sun païs out et tendrur e pitié, E des francs qui li ourent en sun eissil aidié [, ib. 123]
  • XIIIe s.
    Mais douce et debonnaire et de franche matiere [, Berte, IV]
    Frans rois, où est ma fille, la blonde, l'eschevie ? [, ib. X]
    Quant tu du cors departiras, Tous francs ou saint ciel t'en iras, Et lesseras humanité, Vivans en pure deité [, la Rose, 5046]
    Car frans voloirs [libre arbitre] est si poissans.... [, ib. 17777]
    La sorquanie qui fu blanche, Senefioit que douce et franche Estoit cele qui la vestoit [, ib. 1228]
    Tout li enfant que cele porte qui est serve, sont serf, tout soit ce que li peres soit frans hons.... [BEAUMANOIR, XLV, 15]
    Es viles campestres, nul ne pot mesonner si près de moi que li degous de me [ma] meson ne me demeurt tos franz [ID., XXIV, 22]
    Bien doivent estre tel jor franc et delivre de ples [ID., XLV, 62]
    Chetivoisons [captivité] et servage sont contrere au droit naturel, qar au commencement neissoient tuit li home franc par le droit naturel [PIERRE DE FONT., 475]
  • XIVe s.
    Vin franc [non aigri] [, Ménagier, II, 5]
  • XVe s.
    Et demeura la bonne cité de Tournay franche et entiere, qui avoit esté en tres grand peril [le siége était levé] [FROISS., I, I, 145]
    Quand ceux du franc [le franc, canton de Bruges qui avait des franchises] entendirent que le comte de Flandres estoit paisiblement à Bruges.... [ID., liv. II, p. 117, dans LACURNE]
    Huyt cens hommes de guerre.... lesquelz furent tous delivrez francz et quittes, excepté luy qui fut mené à Basle [COMM., IV, 2]
    Le roy Charles VII ordonna, en chacune paroisse de son royaume, estre entretenu un archer, aux despens des villages, et furent nommez francz archers, pour ce que le roy les fit tenir quittes de toutes aides et subsides [, Hist. chron. depuis 14001467, p. 347, dans LACURNE]
    Plusieurs compaignons commencerent à jouer un jeu, que on dit au plus franc [c'est le jeu nommé franc du carreau] [DU CANGE, francum.]
    ....Mais en pou de langage Me respont franc : povreté te depose ; Riche amoureux a toujours l'avantage [VILLON, Ballade.]
    Mil quatre cens cinquante six, Je François Villon, escolier, Considerant de sens rassis, Le frein aux dents, franc au collier [ID., ib.]
  • XVIe s.
    [La terre était blanche] Par force espics plains de grain bel et franc, Prests à cueillir [MAROT, IV, 17]
    ....Ce qui est franc, s'y doit tenir Sans point vouloir serf devenir [ID., IV, 190]
    Nous parlerons du franc et du serf arbitre de l'homme [CALV., Instit. 162]
    Au regard de la volonté nous sommes inexcusables, veu qu'estant franche, elle s'est faite serve du peché [ID., ib. 212]
    Rendre les traficques et negociations libres et franches [MONT., I, 118]
    On nous a tant assubjectis aux chordes, que nous n'avons plus de franches allures [ID., I, 161]
    Que cherche elle tant que ses coudées franches ? [ID., II, 173]
    Le bon Froissard a marché d'une si franche naïfveté, que.... [ID., II, 110]
    Les arbres qui croissent naturellement es bois sont appellez sauvages : et estans transplantez on les appelle francs [PALISSY, 172]
    Chacun, estant de retour chez soy, auroit pour le moins la moitié de sa paye franche [LANOUE, 279]
    Les sauvageaux qui seroient entez sur cest arbre franc et bien cultivé, en prenant nourriture d'iceluy, viendroient avecques le temps à porter fruits semblables [ID., 281]
    Le pueple des Païs bas est d'une nature franche ; par douceur et humanité non feinte on remue les affections de son cœur [ID., 397]
    Ne plus ne moins qu'un fruict franc, qui seroit altéré par adjonction de matiere et nourriture sauvage [AMYOT, La vertu se peut apprendre, 1]
    Ny l'œil enflammé ne reçoit une claire lumiere, ny l'ame passionnée un parler franc, ny une reprehension toute crue [ID., Com. discern. le flat. de l'ami, 58]
    Il lui repondit brutallement en franc estourdi.... [D'AUB., Vie, XVIII]
    De francs scelerats [ID., ib. XXXIII]
    D'Aubigné en franc Gaulois fit des remontrances à la dame de Carnavalet [ID., ib.]
    Tous sergens bien francs.... à renommée et sans reproche [, Nouv. coust. gén. t. II, p. 601]
    Un franc à tripe [un glouton, un parasite] [OUDIN, Dict.]
    Lorsqu'un bien est donné franc des eaux et des vents [en bon état, bien clos].... [, Nouv. coust. gén. t. I, p. 1034]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. franc ; espagn. portug. et ital. franco ; du lat. francus, nom du peuple (voy. FRANC 1) ayant conquis la Gaule, qui devint une qualification indiquant la bonne origine et la liberté. Dans ce mot, ainsi que dans quelques autres fort rares, il est vrai, l'usage avait conservé le génitif pluriel latin :
    Qui tant bien me pria et par si grant douçour De vostre cors garder contre la gent francour [, Ch. d'Ant. VIII, 1063]
    Gent francour, gens Francorum.
    Uns altres li promist altre si grant honur, Que jà ne li faudreit pur nul humme à nul jur, N'il ne cremi les reis l'Engleis ne le Francur [, Th. le mart. 100]
    Le Francur (sous-entendu roi), rex Francorum.