frappart

FRAPPART

(fra-par) adj.
Frère frappart, s'est dit d'un moine libertin et débauché.
Il se dit en Lorraine au sens propre. Le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas, on voit des gens déguisés deux à deux qui vont dans les maisons porter des bonbons aux enfants en s'informant s'ils sont sages ; l'un est costumé en façon d'évêque (saint Nicolas) ; l'autre est en moine et porte une verge à la main ; c'est le frère frappart.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Lierres [voleur], par la vierge honourée, Vo gueule sera estranglée, Ja vous livrerai au frapart [bourreau] [EUST. DESCH., Poésies mss. f° 236]
    Princes qui boit chascun jour de fort vin, Par son boire devient frere frappart [ID., ib. f° 206]

ÉTYMOLOGIE

  • Frapper : celui qui frappe vigoureusement, qui est fort et hardi.