frappeur, euse

FRAPPEUR, EUSE

(fra-peur, peû-z') s. m. et f.
Terme familier. Celui, celle qui frappe.
Il n'y avait pas place en un homme pour tant de frappeurs [SCARR., Rom. com. II, 7]
Par ma foi ces frappeurs frappaient si rondement, Que vous en auriez ri vous-même assurément [HAUTEROCHE, Nobles de prov. II, 2]
Au moins que je connaisse le frappeur qui me frappait si distinctement ; si c'est une frappeuse, elle est diablement forte [BARON, Homme à bonnes fortunes, V, 8]
Fig.
Le duc de Beauvillier ne devait pas, par cette sorte de dévotion si mal entendue, enhardir les frappeurs et se laisser porter par terre [SAINT-SIMON, 238, 183]
Ouvrier forgeron.
Adj. Esprits frappeurs, sorte de superstition contemporaine par laquelle on s'imagine que des esprits frappent les murs, les meubles, et font par là connaître leur volonté.

ÉTYMOLOGIE

  • Frapper.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    FRAPPEUR. Ajoutez :
    Frappeur de gaze, celui qui donne l'apprêt à la gaze, et y fait des dessins à jour au moyen d'un emporte-pièce, [, Tarif des patentes, 1858]