frénésie

(Mot repris de frenesie)
Recherches associées à frenesie: exaltation

frénésie

n.f. [ du gr. phrên, pensée ]
Degré extrême atteint par une action, un sentiment ; violent état d'exaltation : Elle l'aime avec frénésie ivresse, passion ardeur, enthousiasme ; mesure, modération fureur ; calme

frénésie

(fʀenezi)
nom féminin
grande agitation, ardeur travailler avec frénésie

FRÉNÉSIE

(fré-né-zie) s. f.
Ancien terme de médecine. État de délire, de fureur, qui survient dans quelques maladies de l'encéphale.
Il est tombé en frénésie [VAUGEL., Q. C. 1. VII, dans RICHELET]
Il se troubla de tant de pertes jusqu'à tomber en frénésie [BOSSUET, Hist. I, 11]
Le rhume à son aspect se change en pleurésie, Et par lui la migraine est bientôt frénésie [BOILEAU, Art p. IV]
En France, le malheureux Charles VI, tombé en frénésie, avait le nom de roi [VOLT., Mœurs, 72]
Quand un malade est en frénésie, il ne faut point dire qu'il n'a point de force ; il faut dire que sa force est celle d'un frénétique [ID., Dict. phil. Suicide.]
Par extension, fol emportement causé par une cause quelconque et comparé à la frénésie du malade.
D'elle naquit la frénésie De la Grèce contre l'Asie [MALH., III, 2]
Et si je puis tomber en cette frénésie De préférer Attale au vainqueur de l'Asie [CORN., Nicom. I, 1]
Jusqu'au dernier éclat pousser sa frénésie [ID., Sertor. IV, 2]
Étrange frénésie ! Sans aimer Ardaric, j'en conçois jalousie [ID., Attila, IV, 2]
Prends garde de tomber dans cette frénésie [d'entrer dans la maison], Si tu veux demeurer au nombre des vivants [MOL., Amph. III, 7]
Oui, depuis le moment que cette frénésie [faire des vers] De ses noires vapeurs troubla ma fantaisie.... [BOILEAU, Sat. II]
Ce serait une ivresse et une frénésie digne de pitié, d'acheter, par un instant rapide de plaisir, des peines et des horreurs éternelles [MASS., Prof. rel. Serm. 1]
J'en atteste Amurat ; sa noble frénésie De conquête en conquête a traversé l'Asie [MILLEV., Plaisirs du poëte.]
Si vous n'avez jamais senti la frénésie De voir la main qu'on veut par d'autres mains choisie [V. HUGO, F. d'aut. 23]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et aussi s'il fet pramesses el tans qu'il est en frenisie, ou hors du sens, ou enprisonés, ou par force ou par peur [BEAUMANOIR, VI, 24]
  • XVe s.
    Nous veons souvent les hommes en dormant parler, et en leurs parolles n'y a raison ne continuation de propos ; c'est une passion que nous nommons frenaisie selon les medecins, mais le peuple nomme reverie [, Hist. de la tois. d'or, t. II, f° 151, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Phrenesie est la propre passion desdites membranes [dure et pie-mère], comme lethargie du cerveau [PARÉ, III, 5, en note.]
    Le moyen que je prends, pour rabbattre cette frenesie [l'attaque contre la religion], et qui me semble le plus propre, c'est de froisser et fouler aux pieds l'orgueil et l'humaine fierté [MONT., II, 150]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. frenezia ; portug. et ital. frenesia ; du latin phrenesis, le terme grec se traduit par pensée et diaphragme, parce qu'une ancienne physiologie plaçait la pensée dans la région du diaphragme : trouble, maladie de la pensée.

frénésie

FRÉNÉSIE. n. f. Fureur violente. Accès de frénésie. Tomber en frénésie. Entrer en frénésie. Être en frénésie.

Il se dit, figurément, de Toute passion parvenue à un degré d'extrême violence et confinant à la folie. Il se livre au jeu avec frénésie. Amour qui va jusqu'à la frénésie.

frénésie


FRÉNÉSIE, s. f. FRÉNÉTIQUE, adj. [Frénézi-e, tike: 1re et 2eé ferm. dern. e muet.] L'étymologie demanderait que ces deux mots s'écrivissent avec ph: mais l'usage le plus général est de les écrire avec une f, et l'Acad. a préféré cette ortographe. — Richelet met les deux, frénésie ou phrénésie, et Trév. aussi.
   FRÉNÉSIE, aliénation d'esprit, acompagnée de fureur. Frénétique, qui est ateint de frénésie. "Accês de frénésie. "Tomber, entrer, être en frénésie. — "Malade frénétique. Il ou elle est frénétique. — Subst. "c'est un frénétique, une frénétique.
   FRÉNÉTIQUE, ne se dit ordinairement qu'au propre: on peut pourtant l'employer au figuré comme frénésie. "Ce n'est pas un fou, c'est un frénétique. "La passion qu'il a pour le jeu est une frénésie. = Racine le fils lui fait régir la prép. de
   De l'or ni des honeurs l' indigne frénésie.
la frénésie de l'or, pour, l'amour de l'or est peut-être une figure trop hardie en poésie, mais sûrement elle le serait en prôse.

Synonymes et Contraires

frénésie

Traductions

frénésie

frenzy

frénésie

בולמוס (ז)

frénésie

Frenzy

frénésie

šílenství

frénésie

Frenzy

frénésie

[fʀenezi] nffrenzy