frime


Recherches associées à frime: grime

frime

n.f. [ de l'anc. fr. frume, mauvaise mine ]
Fam. Apparence trompeuse destinée à faire illusion ou à impressionner les autres : C'est de la frime bluff, comédie
Pour la frime,
Fam. pour étonner, pour se rendre intéressant ; en apparence seulement : Il veut acheter cette voiture pour la frime. Ils ne se supportent plus mais ils se parlent encore pour la frime pour donner le change

frime

(fʀim)
nom féminin
vantardise Ses histoires, c'est que de la frime !

FRIME

(fri-m') s. f.
Terme populaire. Semblant, feinte. Ce n'est que pour la frime.
Puisqu'il a fait la frime de mourir, il faut qu'il achève de bonne grâce, [, le Tombeau de M. André, sc. 4, dans le Théâtre italien, t. II, p. 14, Genève, 1696]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Compere, porqoi t'en vas-tu ? Et renart li a respondu : N'en faites jà chiere ne frume ; Bien vos en diré la costume [, Ren. 6897]
    Renart, qui sait de toutes frumes, Lui esracha quatre des plumes [, ib. 13918]
    De bien se doit on esjouir : Li bon, car c'est droit et coustume, Et li mauvais en font la frume [, le Lai d'Aristote]
  • XVe s.
    Hau ! Wattville, pour le frimas [la frime] Faites venir frere Thomas Tantost qui me confessera [, Patelin]
  • XVIe s.
    Il n'en fit point de frime [il en prit son parti sans grimace] [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Le latin frumen avait le sens de gosier, de pomme d'Adam ; un glossaire, dans du Cange, y ajoute le sens de monstre ; y faut-il voir l'origine de frume ou frime, grimace, apparence ?

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • FRIME. - ÉTYM. Ajoutez : M. Bugge, Romania, n° 10, p. 148, propose pour étymologie de frime, anciennement frume, le latin forma au sens de visage ; frume et forme seraient des doublets. Il est certain que l'on trouve dans Du Cange forma avec l'acception de visage, et que frimousse, qui vient de frime, a bien ce sens. Mais, plus tard, des scrupules de phonétique ont changé l'opinion de M. Bugge, et, présentement, il rattache frime au lombard frignare, pleurer, pleurnicher, faire la grimace, se moquer ; Come, frigna, pleurnicheuse. Ces mots sont, selon Diez, d'origine germanique ; ils tiennent à l'allem. flennen (pour flannjan), faire la grimace, et de plus près au suéd. flina, faire la grimace, se tordre la bouche en riant, pleurnicher ; norv. flina ; patois danois, fline ; patois angl. to frine. Frime est donc pour frine, comme venimeux pour venineux, charme de carpinus, étamer de étain, l'anc. latimier pour latinier, etc. Le piémontais flina, colère, rage, est problablement identique au franç. frime ; également, peut-être frenna dans le patois de la Suisse romande, fare la frenna, se démener, s'impatienter. Dans la forme française vieillie frume, u est dû à l'influence de la labiale (Romania, juill.-oct. 1875, p. 356).

frime

FRIME. n. f. Le semblant, la mine que l'on fait de quelque chose. Il n'en a fait que la frime. Ce n'est que pour la frime. C'est une frime. Il est familier.

frime


FRIME, s. f. Mine, semblant. "Il a fait la frime de s'en aller. Faire la frime à quelqu'un, lui faire un mauvais acueuil. = Ces deux expressions sont basses. L'Acad.ne met que la 1re, et se contente de dire qu'elle est familière. Trév. les met toutes deux, et traite ces mots de populaires. "C'était une frime pour faire la généreuse. Th. d'Éduc. C'est une persone du peuple qui parle.

Synonymes et Contraires

frime

nom féminin frime
Familier. Apparence trompeuse.
Traductions

frime

אחיזת עניים (נ), בילוף (ז), דאווין (ז), התפארות (נ), התרברבות (נ), הִתְרַבְרְבוּת

frime

[fʀim] nf
c'est de la frime → it's all put on
pour la frime → just for show