froid, oide

FROID, OIDE1

(froi, froi-d') adj.
Qui n'a pas de chaleur. Climat froid. Les pays froids. Bain froid. Une sueur froide. Vent froid. Il a les mains froides.
Des froids torrents de décembre Les champs sont partout noyés [BOILEAU, Ode sur Namur.]
J'ai senti ce beau corps tout froid entre mes bras [RAC., Théb. V, 5]
Ils s'arrêtent non loin de ces tombeaux antiques Où des rois ses aïeux sont les froides reliques [ID., Phèdre, V, 6]
Et froide, gémissante et presque inanimée Aux pieds de son amant elle tombe pâmée [ID., ib.]
Le pays du monde le plus froid est le Spitzberg ; c'est une terre au 78e degré de latitude [BUFF., Hist. nat. Théor. terr. Œuv. t. II, p. 93, dans POUGENS.]
Froid cercueil [DUCIS, Abufar, III, 2]
Fig.
Quand nous avons perdu le jour qui nous éclaire, Cette sorte de vie [la gloire] est bien imaginaire, Et le moindre moment d'un bonheur souhaité Vaut mieux qu'une si froide et vaine éternité [CORN., Sur. I, 3]
L'hiver, dit-elle, a soufflé sur ta tête ; Cherche un abri pour tes soirs longs et froids [BÉRANG., Adieu chansons.]
Mon âme avec effroi regarde derrière elle, Et voit son peu de jours passés et déjà froids, Comme la feuille sèche autour du tronc des bois [LAMART., Harm. IV, 11]
Fig. et familièrement. Il ne trouve rien de trop chaud ni de trop froid, rien ne lui est ni trop chaud ni trop froid, il n'y a rien de trop chaud ni de trop froid pour lui, c'est-à-dire c'est un écornifleur à qui tout est bon, c'est un homme qui prend de toutes mains. Fig. et familièrement. La cuisine de cette maison est bien froide, il n'y a rien de si froid, de plus froid que l'âtre de cette maison, c'est-à-dire on y fait très maigre chère.
Qui ne garantit pas du froid. Vêtement froid. Habitation froide.
Refroidi. Ce potage est froid. Déjeuner froid, déjeuner où l'on ne sert que des mets froids. Viandes froides, viandes préparées pour être mangées froides. La langue fourrée, le jambon sont des viandes froides.
Qui atténue, corrige la chaleur animale. Les quatre semences froides, les semences de concombre, de melon, de citrouille et de courge, auxquelles on attribuait la propriété de rafraîchir le corps. Qui détruit la chaleur animale. Il y a des poisons froids. Humeurs froides, nom vulgaire des scrofules. Terme de jurisprudence. Homme froid, homme impuissant, mais qui n'est tel ni par la vieillesse, ni par aucune maladie passagère. Par extension. Froid, peu porté aux plaisirs de l'amour. Qui n'a pas beaucoup de chaleur animale. Animaux à sang froid.
Fig. Qui ne s'émeut pas, en raison d'un tempérament flegmatique. C'est un homme froid.
Ho ! ho ! les grands talents que votre esprit possède ! Dirait-on qu'elle y touche avec sa mine froide ? [MOL., Dép. am. II, 4]
Celui-là [Turenne] d'un air plus froid, sans avoir jamais rien de lent [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Il est froid comme un landier, il est très froid. Chez le cheval, épaules froides, épaules qui semblent collées au corps, et retardent la marche de l'animal. On les appelle aussi chevillées, mot qui exprime une immobilité plus complète encore.
Qui ne s'émeut pas, en raison du calme, de la force de l'âme. La froide raison.
Être froid dans le péril [LA BRUY., X.]
Vous savez qu'il faut qu'un général ait la tête froide et le cœur chaud [VOLT., Lett. Morangiès, 30 oct. 1772]
Une tête froide, un homme sage et calme qui ne s'échauffe pas facilement ni sans motif. On dit dans le même sens : un esprit froid. Sang-froid, voy. SANG.
Qui n'a pas ou qui a peu de chaleur morale. Cœur froid. Il resta froid à ce spectacle.
La chute de saint Pierre n'arriva point pour avoir été froid envers Jésus-Christ [PASC., Prov. 3]
Toutes les autres choses nous pressent et nous embarrassent ; il n'y a que pour le salut que nous sommes froids et languissants [BOSSUET, Panég. St Bernard, 1]
Les âmes froides et languissantes comme les nôtres ne comprennent pas les discours qui sont pleins d'une ardeur si divine [ID., 2e panég. St Fr. de Paule, 2]
Ce souvenir peut-il vous laisser froid et insensible ? [MASS., Carême, Prière 1]
Une nation qui avait laissé mourir Frédégonde dans son lit, devait être bien froide sur les crimes de Brunehault [MONTESQ., Esp. XXXI, 1]
Être raisonnable et froid, c'est presque tout un ; cela n'est pas à l'honneur de la raison [VOLT., Lett. d'Argenson, 26 janv. 1740]
Les vertus purement morales sont froides par essence [CHATEAUBR., Génie, II, II, 12]
Orateur froid, orateur dont l'action n'est point animée, qui ne touche point ses auditeurs, et qui ne paraît pas lui-même touché. Imagination froide, imagination dépourvue de chaleur, d'activité, d'énergie. Un auteur froid, un auteur qui n'émeut pas son lecteur. Un acteur froid, un acteur qui n'émeut pas son public. Des raisons froides, des raisons qui ne partent pas d'un esprit touché.
Voilà les froides raisons pour lesquelles ils méprisent les enseignements que nous leur donnons de la part de Dieu [BOSSUET, 1er sermon, dim. de la Passion, préambule.]
Elle méprisait ces froides et dangereuses fictions [les romans] [ID., Duch. d'Orl.]
Qui n'a pas de zèle à servir. Un ami froid.
Sa jeunesse eût trouvé d'assez froids protecteurs [CORN., Pulch. II, 1]
Ardents à te promettre, et froids à te servir [BOISSY, Deh. tromp. IV, 2]
Fig. Un froid secours, un secours vain.
La bourse de César fit plus que sa harangue ; Sans ses mille talents, Pompée et ses discours Pour rentrer en Égypte étaient un froid secours [CORN., Pomp. I, 1]
Qui a réserve, froideur, éloignement. Il est bien froid aujourd'hui avec vous. Faire froide mine à quelqu'un. Faire le froid, ne témoigner aucun empressement pour...
Quand nous avons quelque différend, ma sœur et moi, si je fais la froide et l'indifférente, elle me recherche ; si elle se tient sur son quant à moi, je vais au-devant [LA FONT., Psyché, II, p. 140]
En parlant des choses, qui témoigne réserve, froideur, éloignement. Cet homme a l'abord froid. Sa réponse fut froide.
Vous cherchez, Ptolémée, avecque trop de ruses De mauvaises couleurs, et de froides excuses [CORN., Pomp. III, 2]
Mais à ce froid accueil que je vous vois leur faire [ID., Sertor. II, 2]
Ses froids embrassements ont glacé ma tendresse [RAC., Phèdre, IV, 1]
Elle avait l'air assez froid pour lui [HAMILT., Gramm. 4]
De nos froids entretiens, qui lui pèsent sans doute, Ses soudaines frayeurs interrompent le cours [VOLT., Sémiram. II, 6]
Faire froid à quelqu'un, lui faire mauvaise mine, mauvais accueil.
Pourquoi me faire froid et vous plaindre de ce qui m'est échappé sur quelques jeunes gens qui peuplent les cours ? [LA BRUY., XII]
On dit dans le même sens et plus souvent aujourd'hui : battre froid à quelqu'un.
Il battit froid aux autres [LE SAGE, Gil Blas, IX, 2]
Absolument. Battre froid, recevoir quelque communication d'une manière qui montre qu'on n'est pas disposé à l'accueillir.
Harcourt, qui se défiait toujours de la sœur de l'impératrice, battit froid [SAINT-SIMON, 77, 254]
10° Qui marque une profonde insensibilité. Une froide barbarie. Une haine froide et réfléchie.
Je viens vous déclarer que le plus froid mépris De vos caprices vains sera le digne prix [VOLT., Zaïre, IV, 2]
De quel front oses-tu commander en ces lieux, Ou ton froid parricide a fait pâlir les dieux ? [DUCIS, Lear, V, 2]
11° Terme de littérature. Qui n'a rien d'animé, qui manque d'expression. Cette tragédie est froide. Ce poëme est monotone et froid.
Encor si, pour rimer, dans sa verve indiscrète, Ma muse au moins souffrait une froide épithète [BOILEAU, Sat. II]
Vos froids raisonnements ne feront qu'attiédir Un spectateur toujours paresseux d'applaudir [ID., Art. p. II]
Une froide raillerie, une raillerie qui n'a rien de piquant.
Je pris d'abord ce discours instructif pour une froide raillerie ; c'était pourtant la vérité pure [VOLT., Polit. et législ. Diatribe à l'aut. des Éphém.]
Style froid, style qui ne produit aucun effet sur les âmes.
Le style froid vient tantôt de la stérilité, tantôt de l'intempérance des idées, souvent d'une diction trop commune, quelquefois d'une diction trop recherchée [VOLT., Dict. phil. Froid.]
12° Terme de peinture, de sculpture, etc. Qui manque de vie et de chaleur. Ce dessin est correct, mais il est froid.
Le tableau de la famille de Darius, peint par Mignard, est très froid en comparaison du tableau de Lebrun, parce qu'on ne trouve point dans les personnages de Mignard cette même affliction que Lebrun a si vivement exprimée sur le visage et dans les attitudes des princesses persanes [VOLT., Dict. phil. Froid.]
On dit qu'un morceau de poésie, d'éloquence, de musique, un tableau même est froid, quand on attend dans ces ouvrages une expression animée qu'on n'y trouve pas [ID., ib.]
Tons froids, tons qui manquent d'éclat. Des couleurs froides. Un coloris froid et monotone.
13° À froid, loc. adv. Sans être échauffé. Forger un fer à froid. Infuser à froid. Fig. À froid, sans émotion, sans passion, sans emportement. Faire de l'enthousiasme, de la colère à froid, sans verve, ni passion réelle.
Rien ne révolte plus que des personnages qui parlent à froid de leurs crimes [VOLT., Lett. d'Argental, 19 janv. 1741]
Battre à froid, se dit des métaux, et surtout du fer qu'on travaille sur l'enclume sans le chauffer à la forge. Fig.
Lucius par ces additions de pièces battues à froid et hors de propos aura gâté son premier jet [P. L. COUR., Préf. de la trad. de la Luciade.]
Terme de teinturier. Donner une couleur à froid, teindre à froid, teindre sans feu, ne point faire passer les étoffes par un bain chaud.

PROVERBE

    Froides mains, chaudes amours, se dit pour marquer que la chaleur du dehors se retire au dedans quand on est fortement amoureux.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Present [il] leur envoia vin froit et bon poisson [, Sax. XXII]
  • XIIIe s.
    Parmi le cors [il] lui fait le froit acier passer [, Berte, III]
    Cil jour [il] fit mout lait temps et de froide maniere [, ib. X]
    Je l'eüsse ocis tot froit mort [, Ren. 5405]
    Ha, Antioche ! terre sainte ! Com ci a dolereuse plainte, Quant tu n'as mais nul Godefroy ; Li feus de charité est froiz En chascun cuer de crestlen [RUTEB., 97]
  • XVe s.
    Si j'ai du mal, c'est ma folie ; Ce ne luy fait ne froit ne chault [ALAIN CHART., le Débat du reveille-matin.]
    Sur cel estat se departit le duc de Touraine de la jeune dame, et la laissa en paix ; et pour l'heure n'en fit nul semblant ; mais, comme froid et attrempé de manieres, se souffrit, et pour ce n'en pensa-t-il pas moins [FROISS., III, IV, 21]
    Jean Lyon, sage homme, subtil, hardi, cruel, entreprenant et froid au besoin assez [ID., II, II, 52]
    Le roi et tout son conseil furent aussi froids d'aider à la dame comme ils en avoient esté en grand desir [ID., I, I, 10]
    Le comte de Hainaut avoit si pris à cœur cette guerre, combien que de premier il en fut moult froid, que c'estoit celui par qui se mettoient sus toutes les envayes et les chevauchies [ID., I, I, 128]
  • XVIe s.
    Une peur froide avoit saisi mon ame [DU BELLAY, II, 10, verso.]
    Boire froid [MONT., I, 164]
    Froid aux offices d'amitié et de parenté [ID., I, 197]
    Une mine tantost froide, tantost amoureuse [ID., I, 270]
    Estant en nostre sens froid et reposé [ID., II, 325]
    Cestuy Catulus estoit bien homme de bien, mais un peu froid au fait des armes [AMYOT, Sylla, 5]
    Rien ne lui est trop chaud ne trop froid [H. EST., Précell. du lang. fr. p. 77]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, fred ; provenç. freg, frey ; catal. fred ; espagn. et portug. frio ; ital. freddo, du latin frigidus, de frigus, le froid. Comparez le grec, auquel se rattache aussi rigor, rigidus ; comparez encore le grec, se hérisser, l'allemand frieren, avoir froid, ancien haut allemand fruisan.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. FROID. Ajoutez :
    14° Marché froid, marché où il se fait peu d'affaires.
    Les arrivages de l'Inde.... et la belle apparence de la récolte de betteraves laissent le marché froid [, Journ. offic. 19 août 1872, p. 5596, 3e col.]
    15° En Normandie, chambre froide, chambre où il n'y a pas de cheminée, par opposition à chambre à feu.
    Une maison.... composée.... au premier d'une chambre à feu, d'une chambre froide, et d'une autre chambre à feu donnant sur le jardin [, l'Avranchin, 18 mai 1873, aux Annonces]