froncé, ée

FRONCÉ, ÉE

(fron-sé, ée) part. passé de froncer
Ridé par contraction. Les sourcils froncés. Fig. Qui a les sourcils froncés, qui est de mauvaise humeur.
J'étais peu persuadé, touché néanmoins des raisons et plus encore de l'amitié, mais froncé de nouveau en me revoyant dans Versailles, relégué au fond de la ville [SAINT-SIMON, 251, 97]
Afin de donner lieu à Monseigneur d'être moins en garde et froncé avec lui [ID., t. VIII, p. 273, éd. CHÉRUEL.]
La France, qui, déjà froncée de voir tous ses princes légitimes si mêlés avec les bâtards, le serait bien autrement d'un mélange qui remonterait si près du trône [ID., ib. p. 214]
Jupe froncée, jupe qui a des fronces à la taille et non des plis. Corsage froncé, celui qui est froncé sur les épaules, au bas de la taille, au milieu du devant et du dos. Robe froncée, robe que portent les docteurs et qui a beaucoup de fronces au haut des manches.