frottage

(Mot repris de frottages)

frottage

n.m.
Action de frotter.

FROTTAGE

(fro-ta-j') s. m.
Travail du frotteur. Le frottage d'un plancher.

ÉTYMOLOGIE

  • Frotter.

frottage

FROTTAGE. n. m. Travail de celui qui frotte. Le frottage d'un plancher. Le prix du frottage.

frottage


FROTTAGE, ou FROTAGE, s. m. FROTEMENT, s. m. FROTER, v. a. [2e e muet au 2d, é fer. au 3e, froteman, . — Quelques-uns prononcent froaté: prononciation très vicieuse.] Froter, c'est, 1°. pâsser plusieurs fois la main par-dessus. "Froter fort, ou doucement. "Se froter les yeux, et non pas froter ses yeux. "Se faire froter. "Froter le plancher. = 2°. Oindre. "On lui frota le bras avec du baûme. "Les athlètes se frotoient d'huile avant que de luter. = 3°. En style familier, Batre, fraper. "On l'a froté comme il faut. — Se froter à, hanter, fréquenter. "Ne vous frotez pas à ces gens-là, ils pourroient vous séduire. = S'ataquer à... Il ne fait pas bon se froter à lui.
   FROTEMENT ne se dit que des choses: collision, de deux choses qui se frotent. "Le frotement de l'essieu ûse le moyeu~ de la roue. = Frotage, le travail de celui qui frote. Il ne se dit guère que des planchers.
   REM. Frotement est à la mode au figuré. "Le frotement qu'éprouvoient sans cesse les idées, les passions, les préjugés avec des idées, des passions, des préjugés contraires. Esprit des Crois. — Ah! Molière, où es-tu? Après avoir joué les Précieuses, tu jouerais aujourd'hui les Précieux ridicules.