fumant, ante

FUMANT, ANTE

(fu-man, man-t') adj.
Qui jette de la fumée.
Il [le Sauveur] n'éteint pas la mèche fumante, mais il la laisse s'évaporer, pour voir si ces malheureux, lassés d'accabler d'injures un homme si humble et si doux, ne reviendront point en leur bon sens [BOSSUET, Médit. sur l'Évang. Sermon sur la montagne, 3e jour.]
Les ruines de Jérusalem encore toutes fumantes du feu de la colère divine [ID., Sermons, Bonté et rigueur de Dieu, 2]
Lui [à Dieu] présentait encor entre ses mains sanglantes Des victimes de paix les entrailles fumantes [RAC., Athal. II, 2]
Oui, seigneur, lorsque au pied des murs fumants de Troie, Le sort.... Fit tomber en mes mains Andromaque et son fils [ID., Andr. I, 2]
Lâchant les rênes de ses chevaux fumants de sueur, il était tout penché sur leurs crins flottants [FÉNEL., Tél. V]
Sous ces lambris fumants ces femmes écrasées [VOLT., Mérope, I, 1]
Quand à Moloc, leur dieu, des mères gémissantes Offraient de leurs enfants les entrailles fumantes [ID., Henr. V]
Fumant de sang, couvert d'un sang qui coule encore.
Et que dans une main de votre sang fumante J'allasse mettre hélas ! la main de votre amante [RAC., Mithr. IV, 2]
Elle approche, elle voit l'herbe rouge et fumante [ID., Phèd. v, 6]
Annibal, prononçant contre lui-même mille exécrations de ce qu'au sortir de la bataille de Cannes il n'avait pas conduit à Rome ses soldats encore tout fumants du sang des Romains [ROLLIN, Traité des Ét. 3e part. ch. 1]
Candide l'enfonce [son épée] jusqu'à la garde dans le ventre du baron jésuite ; mais, en la retirant toute fumante, il se mit à pleurer [VOLT., Cand. 15]
Fumante de son sang, captive, désolée, Rome dans cet espoir renaissait consolée [ID., Mort de Cés. I, 3]
On dit dans un sens analogue : fumant de carnage.
Lorsque les Sarrasins de carnage fumants Revinrent l'arracher à mes bras tout sanglants [VOLT., Zaïre, II, 3]
Terme d'alchimie. Neige fumante, chaux vive.
Qui ressemble à la fumée.
Vagues ... Pourquoi secouez-vous votre écume fumante En légers tourbillons ? [LAMART., Harm. II, 3]
Fig. Animé au point de sembler exhaler feu et fumée.
Mais si fumante encor d'un généreux courroux.... [CORN., Cinna, IV, 5]
Et la triste Italie encor toute fumante Des feux que ralluma sa liberté mourante [RAC., Mithr. III, 1]
Voir votre perruque déposée sur le coin de la cheminée et votre tête fumante [DIDER., à Galiani.]
Helvétius, préoccupé de son ambition de célébrité littéraire, nous arrivait la tête encore fumante de son travail de la matinée [MARMONTEL, Mém. VI]
Terme de billard. Bloc fumant, action de bloquer la bille avec tant de roideur que de la commotion il sort de la poussière de la blouse qui semble fumer.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Là où Phebus sa course ayant finie Oste la bride à ses fumans chevaux [DU BELLAY, VIII, 13, verso.]

ÉTYMOLOGIE

  • Fumer 1.