fureteur, euse

FURETEUR, EUSE

(fu-re-teur, teû-z') s. m. et f.
Celui qui chasse au furet.
Fig. et familièrement. Celui, celle qui fouille, qui cherche partout. Quel ennuyeux fureteur !
Celui, celle qui s'enquiert de tout, qui cherche à tout savoir soit par curiosité soit par intérêt.
Des fureteurs ont voulu se persuader que ce [les révélations du maréchal-ferrant] ne fut qu'un tissu de friponnerie [SAINT-SIMON, 68, 124]
On craint moins les fureteurs de registres que le gros du monde qui se met à rire de Guillot, tandis qu'il prend les Franquetot [ancien et dernier nom de Coigny] pour bons [ID., 124, 121]
Pontchartrain était d'une curiosité insupportable, grand fureteur et inquisiteur [ID., 268, 123]
On m'écrit que plusieurs fureteurs en ont [de Tancrède] des copies dans Paris [VOLT., Lett. d'Argental, 3 août 1760]
Je ne suis pas encore bien sûr que le Militaire philosophe soit de Saint-Hyacinthe ; mais les fureteurs de la littérature le croient [ID., ib. 19 fév. 1768]
C'est de là [le cabinet de l'empereur] que partait chaque jour cette multitude de décisions et d'ordres particuliers qui pouvaient offrir aux fureteurs d'événements politiques bien plus de symptômes que les séances mêmes des conseils ministériels [MOLLIEN, Mém. d'un ministre du trésor public, t. II, p. 234]
Fureteur de nouvelles, celui qui va furetant des nouvelles partout.

ÉTYMOLOGIE

  • Fureter