fusillé, ée

FUSILLÉ, ÉE

(fu-zi-llé, llée, ll mouillées, et non fu-zi-yé) part. passé de fusiller
L'espion traduit devant un conseil de guerre et fusillé.
L'aspect de ces deux hôpitaux abandonnés, cette multitude de caissons livrés aux flammes, ces Russes fusillés [prisonniers dont on se débarrassait ainsi], tout la rendit funeste [la première journée d'hiver] [SÉGUR, Histoire de Napol. IX, 9]