général, ale

GÉNÉRAL, ALE

(jé-né-ral, ra-l') adj.
Commun à un genre, à la plupart. Les faits généraux. Des aperçus généraux sur l'histoire.
La puissance de la nature est si ample et si vaste, ces principes sont si simples et si généraux.... [DESC., Méth. VI, 3]
Un effroi général [CORN., Pomp. II, 2]
N'espère pas qu'ici jamais il [Dieu] se ravale à répondre à tous tes souhaits ; Pour toi, pour moi, pour tous la règle est générale Et ne se relâche jamais [ID., Imit. I, 22]
Vous reculez, lui dis-je en l'interrompant, vous reculez, mon père, vous abandonnez le principe général, et, voyant qu'il ne vaut plus rien à l'égard des pécheurs, vous voudriez entrer en composition et le faire au moins subsister pour les justes [PASC., Prov. IV]
Il ne pense point à profiter de toute sa succession, ni à s'attirer une donation générale de tous ses biens, s'il s'agit surtout de les enlever à un fils, le légitime héritier [LA BRUY., XIII]
Ce fut dans l'antiquité une opinion générale, que le mouvement uniforme et circulaire, comme étant le plus parfait, devait être celui des astres [LA PLACE, Expos. V, 3]
Commerce général, celui qui comprend toutes les marchandises expédiées, quelle qu'en soit la nature, et toutes les marchandises arrivées, quelle qu'en soit la destination, par opposition à commerce spécial (voy. SPÉCIAL). Il n'y a point de règle générale, ou de règle si générale qui n'ait son exception. Parler, répondre en termes généraux, parler, répondre de manière à ne pas préciser. Un combat général, un combat dans lequel toute l'armée est engagée.
Le combat général aujourd'hui se hasarde [CORN., Hor. I, 3]
Terme de botanique. Commun, qui embrasse. L'involucre, dans les ombellifères, est général par rapport aux involucelles. Spathe générale, celle qui renferme plusieurs fleurs munies de spathes particulières. Cloisons générales, cloisons complètes aussi étendues que le diamètre du péricarpe ; on les rencontre dans les crucifères, les astragales. Terme d'entomologie. Métamorphose générale, celle de l'insecte qui, pendant le cours de sa vie, subit des mutations dans sa forme générale et dans toutes ses parties. Terme de marine. Vents généraux, ceux qui soufflent depuis les premiers degrés de latitude sud jusqu'au tropique du Capricorne. Terme de médecine. Maladies ou affections générales, celles dans lesquelles toutes les parties de l'économie offrent des troubles de la nutrition, et, par suite, de tous les autres actes qu'elles accomplissent.
Il se joint comme titre à des noms d'offices publics, pour exprimer l'étendue d'un commandement, d'une administration, d'une fonction. Inspecteur, directeur, avocat général, etc.
La vie et la mort de très haut et très puissant prince Henri de la Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne, maréchal général des camps et armées du roi, et colonel général de la cavalerie légère [FLÉCH., Tur.]
Le père général avait besoin d'une recrue de jeunes jésuites allemands [VOLT., Cand. 15]
Officiers généraux, officiers supérieurs qui commandent une portion plus ou moins grande d'une armée, formée de plusieurs corps distincts. État -Major général, voy. ÉTAT-MAJOR. Quartier général, voy. QUARTIER.
S. m. Général, chef militaire qui commande une armée ou un corps d'armée, ou une arme spéciale. Le général en chef. Général de division, de brigade. Un général d'artillerie, du génie.
Mais par quelle conduite et par quel général.... [CORN., Nicom. III, 2]
Ce qu'un sage général doit le mieux connaître, c'est ses soldats et ses chefs ; car de là vient ce parfait concert qui fait agir les armées comme un seul bras ou, pour parler avec l'Écriture, comme un seul homme [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Je confondrai peut-être quelquefois le général d'armée, le sage, le chrétien ; je louerai tantôt les victoires.... [FLÉCH., Tur.]
On est étonné, quand on les voit seuls et sans armées, combien il y a de distance entre un général et un grand homme ; combien dans le particulier ils conservent de petitesses et de bas sentiments, combien ils sont dominés par la jalousie et gouvernés par l'intérêt [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 297, dans POUGENS]
La plupart de nos généraux qui portent dans un camp tout le luxe d'une cour efféminée auront bien de la peine à égaler ces héros qui faisaient leur cuisine eux-mêmes [VOLT., Ess. poés. épiq. 2]
Nous avons des guerriers, il faut un général [ID., Catil. v, 3]
Vous savez qu'il faut qu'un général ait la tête froide et le cœur chaud [ID., Lett. Morangiès, 30 oct. 1772]
Quant aux anciens généraux, quelques-uns n'étaient plus ces durs et simples guerriers de la république ; les honneurs, les fatigues, l'âge et l'empereur surtout, en avaient amolli plusieurs [SÉGUR, Hist. de Nap. III, 3]
Depuis Malo-Iaroslavetz jusqu'à Smorgony, ce maître de l'Europe n'avait plus été que le général d'une armée mourante et désorganisée [ID., ib. XII, 1]
Que lui voulait l'empereur de Russie ? prétend-il lui résister ? il n'est général qu'à la parade ; quant à lui, sa tête est son conseil, tout part de là ; mais Alexandre, qui le conseillera ? qui opposera-t-il ? il n'a que trois généraux, Kutusof qu'il n'aime pas parce qu'il est Russe, Beningsen, trop vieux il y a six ans, aujourd'hui en enfance, et Barclay : celui-ci manœuvrera, il est brave, il sait la guerre, mais c'est un général de retraite [paroles de Napoléon à un envoyé russe] [ID., ib. IV, 5]
En France, général est un terme qui désigne les grades au-dessus de colonel et qui embrasse trois degrés hiérarchiques ; les maréchaux de camp ou généraux de brigade, les généraux de division ou lieutenants généraux, et les maréchaux.
Anciennement, général des galères, officier de la couronne de France qui commandait les galères dans la Méditerranée. Général des galions, ou général de la mer, titre d'un commandant des forces navales en Espagne.
Le supérieur de tout un ordre religieux. Le général des dominicains, des jésuites.
Il n'y a rien de plus contraire aux ordres exprès de saint Ignace et de vos premiers généraux que ce mélange confus de toutes sortes d'opinions [PASC., Prov. 13]
De là vous pouvez connaître combien cette compagnie [l'Oratoire] est redevable aux soins de son général, qui savait si bien conserver en elle l'esprit de son institut [BOSSUET, Bourgoing.]
La plupart de leurs généraux [des ordres religieux] résident à Rome comme dans le centre de la chrétienté ; et de cette capitale ils envoient au bout du monde les ordres que le pontife leur donne [VOLT., Mœurs, 139]
Ignace, élu général, entra en fonction le jour de Pâques de l'année 1541 [DIDEROT, Opin. des anc. phil. (jésuites).]
Quand il s'agit d'une abbesse chef d'ordre, on dit général au masculin.
L'abbesse de Fontevrault était chef et général de tout l'ordre [, Dict. de l'Acad.]
Cependant on trouve aussi au féminin, générale, en parlant de la supérieure de certaines congrégations.
Anciennement, général des monnaies, titre des conseillers de la cour des monnaies.
S. f. Générale, voy. GÉNÉRALE.
S. m.Terme de logique. Ce qui convient au genre entier, par opposition au particulier qui ne convient qu'à une partie. On ne doit point conclure du particulier au général.
Hé ! pourquoi les gens d'affaires s'offenseraient-ils de voir sur la scène un sot, un fripon de leur corps ? cela ne tombe point sur le général [LESAGE, Critique de Turcaret, 1er dialogue]
Je parle du général des animaux comparé au général des plantes [BUFF., Comp. des anim. et des végét.]
10° Le général, nom vulgaire d'une coquille univalve (le cône flamboyant).
11° En général, loc. adv. Ordinairement, d'une manière générale. En général, les méchants ne prospèrent pas. En général, au point de vue général.
L'on doit dire même chose de celui qui ignore en général les règles de son devoir, puisque cette ignorance rend les hommes dignes de blâme et non d'excuse [PASC., Prov. IV]
Je ne vous ai encore parlé de la piété qu'en général [ID., ib. IX]
La reine sait, en général, qu'il y a des péchés véniels, car la foi l'enseigne.... [BOSSUET, Mar.-Thér.]

REMARQUE

  • Voltaire a dit générale au féminin, en parlant d'une femme chef d'armée : Marguerite d'Anjou tire son mari de Londres et devient la générale de son armée, Mœurs, 114. Au contraire, Thomas a laissé général au masculin : Marguerite d'Anjou, femme de Henri VI, roi d'Angleterre, fut active et intrépide, général et soldat, Essais sur les femmes. Les deux peuvent très bien se dire suivant le point de vue de l'esprit.

SYNONYME

  • GÉNÉRAL, UNIVERSEL. Ces mots ne sont que partiellement synonymes ; car on dit un savant universel et non un savant général. Général, d'après l'étymologie, se dit de ce qui appartient au genre ; universel, se dit de ce qui appartient à l'universalité, à la totalité. Aussi général est moins compréhensif qu'universel. Une opinion générale est l'opinion de la plupart ; une opinion universelle est l'opinion de tous.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et fist assambler un concile general de tous les ordenes desous la loi de Rome [, Chr. de Rains, 88]
    Au droit qui dit que generaus renunciations ne vaut [, Bibl. des chartes, 4e série, t. II, p. 466]
    General mot est cil qui comprend maintes choses souz son nom ; car cestui mot animal comprent homes, bestes, oisiaus et poissons [BRUN. LATINI, Trésor, p. 526]
    Pour une provende monial, c'est assavoir deux pains de convent et demy sestier de vin chacun jour, de tel vin que ly convent boit, et deux sestiers de poix l'an, et ung denier le jour pour leur general [repas en commun] [DU CANGE, generale.]
    Ceste ruile [règle] est si generaus Qu'el ne puet defaillir vers aus [eux] [, la Rose, 19179]
    Vous orrés le [la] teneur d'une general procuration, laquelle ne pot estre par reson debatue en cort laie [BEAUMANOIR, 76]
  • XVe s.
    ....[Jean Lyon] remonstroit une parole en general au peuple [FROISS., II, II, 53]
  • XVIe s.
    Le general de l'armée des Venitiens [MONT., I, 14]
    Capitaine general [ID., I, 19]
    Nature ne se desment pas en cela de sa generale police [ID., I, 105]
    Il doibt fuir en general les passions qui.... [ID., I, 284]
    Auteur duquel les labeurs sentent un esprit general, duquel les passions ne s'emploient que contre le vice [D'AUB., Hist. I, 13]
    La roine mere sçavoit bien que le seul remede à tout cela estoit la lieutenance generalle, ....elle se ferma à faire donner cette generallité au duc de Lorraine, à quoi elle fit consentir le roi, en un conseil general qui fut tenu à Compiegne [ID., ib. II, 116]
    Les generaux des finances et des vivres [ID., Conf. IV]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. general ; portug. geral ; ital. generale ; du latin generalis, de genus, genre (voy. ce mot).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    GÉNÉRAL.
    Ajoutez :
  • En France, général est un terme qui désigne les grades au-dessus du colonel, et qui embrasse deux degrés hiérarchiques : les maréchaux de camp ou généraux de brigade et les lieutenants généraux ou généraux de division.