généralat

GÉNÉRALAT

(jé-né-ra-la ; le t ne se lie pas) s. m.
Dignité de général, de chef militaire. Être promu au généralat.
Et le généralat comme le diadème M'érige sous votre ordre en fantôme éclatant [CORN., Agésil. III, 1]
Les Églises réformées offrirent à Lesdiguières le généralat de leurs armées [VOLT., Louis XIV, 36]
Emploi de celui qui est le supérieur de tout un ordre. Le généralat des dominicains.
Saint Ignace, faisant réflexion que le général pourrait mal user de son autorité, tempéra le généralat par des contre-poids et des correctifs [BOUHOURS, Vie de S. Ignace, liv. III, p. 25, dans RICHELET]
Temps que dure le généralat.

ÉTYMOLOGIE

  • Général.

généralat

GÉNÉRALAT. n. m. Dignité de général d'armée, Être promu au généralat.

Il signifie plus ordinairement Dignité de celui qui est supérieur d'un ordre. Le général des Jésuites.

Il se dit aussi du Temps que dure le généralat. Pendant le généralat d'un tel.