gagné, ée

GAGNÉ, ÉE

(ga-gné, gnée) part. passé de gagner
Obtenu en qualité d'avantage. Les récompenses gagnées par le mérite. Bataille gagnée, victoire remportée. Procès gagné, procès dans lequel les juges ont prononcé en votre faveur. Partie gagnée, partie de jeu où l'on a eu l'avantage. Absolument. Gagné ! exclamation pour annoncer que la partie est gagnée. Donner gagné, reconnaître qu'une personne a l'avantage sur nous.
Je ne sais que faire de vos louanges.... les rejettant, je donne gagné à ceux qui me blâment [BALZ., liv. IV, lett. 7]
Je vous donne gagné, et je tombe d'accord de tout ce que vous voudrez [P. L. COUR., Lett. II, 236]
Dans le même sens : donner cause gagnée.
Dont on s'est emparé. Le bastion gagné malgré l'opiniâtre résistance des assiégés. Fig. et familièrement. Avoir ville gagnée, être maître de l'affaire, avoir remporté l'avantage qu'on se promettait.
Eux introduits, croyant ville gagnée [LA FONT., les Rem.]
Croire ville gagnée, crier, se vanter qu'on a remporté l'avantage.
Dont on a obtenu l'affection, la faveur, l'appui.
Un si grand ennemi ne peut être gagné [CORN., Héracl. III, 2]
Ceux qui le voient sont gagnés au peuple romain [BOSSUET, Hist. I, 8]
L'esprit gagné par la vraisemblance du raisonnement [ID., Sermons, Parole de Dieu, 1]
ève, à demi gagnée, regarda le fruit, dont la beauté promettait un goût excellent [ID., Hist. II, 1]
Hermione gagnée Pour jamais de sa vue [de Pyrrhus] allait être éloignée [RAC., Andr. III, 1]
Corrompu par des dons ou autrement.
Les voilà tous [mes crimes], madame ; et si vous y joignez D'avoir cru des méchants par quelque autre gagnés [CORN., Nicom. IV, 2]
Mes esclaves gagnés, que le reste va suivre, Sont les premiers sujets que mon amour vous livre [RAC., Bajaz. III, 5]
Sa femme de chambre était gagnée [HAMILT., Gramm. 4]
Contracté, en parlant de maladie. Des infirmités gagnées au service de l'État.
Atteint par quelque affection morale ou par quelque maladie.
L'autre qui fut gagné d'une sale avarice [MALH., I, 4]
Atteint, en parlant d'un lieu. Le défilé gagné avant la nuit.
Qui est surpris par quelque chose qui s'avance. Gagné par la marée montante. Gagné par la nuit dans un sentier de montagne.