galamment

galamment

adv.
De façon galante ; avec courtoisie : Galamment, il lui tendit son propre programme poliment ; grossièrement

galamment

(galamɑ̃)
adverbe
avec galanterie, politesse s'occuper galamment d'une femme

GALAMMENT

(ga-la-man) adv.
D'une manière galante.
Et surtout quand les vers sont tournés galamment [MOL., Femmes sav. III, 2]
Je suis trop heureux, madame, d'avoir pu vous rendre ce petit service, lui répondis-je le plus galamment qu'il me fut possible [MARIVAUX, Pays. parv. 4e part.]
Toi [Mlle Clairon] qui ressuscitas sous mes rustiques toits L'Électre de Sophocle aux accents de ta voix, Non l'Électre française à la mode soumise, Pour le galant Itys si galamment éprise [VOLT., Épît. LXXXV]
Avec goût et élégance. S'habiller galamment.
Et, tirant sa montre à laquelle pendait galamment une petite boussole, il lui fit voir que c'était avec une aiguille qu'on était arrivé dans un autre hémisphère [ID., Dial. 13]
De bonne grâce. Faire les choses galamment.
Il faut vous dire seulement Que vous donnez si galamment, Qu'on ne peut se défendre De vous donner son cœur ou de le laisser prendre [Mlle SCUDÉRY, dans RICHELET]
Allons, monsieur, faites les choses galamment et sans vous faire tirer l'oreille [MOL., Mar. forcé, sc. 16]
....Dites-lui qu'on sait son mariage, Et conseillez-lui fort de s'armer de courage, Afin de recevoir galamment aujourd'hui Certains petits brocards qui vont fondre sur lui [DESTOUCHES, Phil. marié, IV, 9]
C'est de vous qu'en sept cent un Une anguille de Melun M'arriva si galamment, Souvenez-vous-en, souvenez-vous-en, Avec des pruneaux de Tours [DÉSAUGIERS, M. et Mme Denis.]
Avec courage.
Ton maître a galamment soutenu cette affaire [PIRON, Métrom. IV, 1]
Ce mot [galant] reçut une signification plus noble dans les temps de chevalerie, où le désir de plaire se signalait par les combats ; se conduire galamment, se tirer d'affaire galamment veut même encore dire se conduire en homme de cœur [VOLT., Dict. phil. Galant.]
Ma foi, je cours encor la poste galamment [BOISSY, Impatient, v, 8]
En galant homme.
Ma foi, lui dit-il, vous venez d'en user si galamment, que je ne veux point vous le cacher [HAMILT., Gramm. 5]
Habilement, adroitement. Il s'est tiré galamment d'intrigue.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Fouette moy ce voyre gualentement [RAB., Garg. I, 5]
    Il y a d'autres qui le font encore plus galantement, et en parlant à d'autres admonestent leurs familiers [AMYOT, Com. discern. le flatt. 54]

ÉTYMOLOGIE

  • Galant, et le suffixe ment. Galantement du XVIe siècle est la trace de l'effort que la langue, en formant de nouveaux adverbes, fit pour conserver l'ancienne syntaxe où le suffixe ment se construit toujours avec le féminin. Galantement se disait encore au commencement du XVIIe siècle.
    Le valet.... L'avoit galantement payé d'une cassade [RÉGNIER, Sat. X]

galamment

GALAMMENT. adv. D'une manière galante, en galant homme. Il a agi galamment. En user galamment. Se conduire galamment.

Il signifie quelquefois Avec goût, avec élégance, S'habiller galamment. Il a vieilli.

Il signifie encore Habilement, adroitement, avec une délicatesse heureuse. Il s'est tiré galamment de ce mauvais pas. Il a mené cette affaire-là fort galamment.

galamment


GALAMMENT, adv. GALANT, ANTE, adj. GALANTERIE, s. f. [Galaman, lan, lante, lanterie: 2e lon. excepté au 1er.] Galamment, 1°. De bone grâce. "Il a fait galamment ce dont je l'avais prié. = 2°. D'une manière galante, de bon goût. "Écrire, s'habiller galamment. = 3°. Adroitement, finement. "Il a mené galamment cette afaire.
   GALANT, en parlant des persones a un sens diférent, suivant qu'il est placé devant ou après le substantif. Un galant homme, est un homme honête, juste, raisonable, d'un bon comerce: "L'idée d'un galant homme est incompatible avec l'idée d'un homme sans honneur et sans probité. MARIN. L'homme Aimable. Un homme galant est un homme qui fait la cour aux dames. = Il a un aûtre sens au fém. Une femme galante et une femme qui a des intrigues, et qui ne se conduit pas régulièrement. Voy. plus bas, après Galanterie. = En parlant des chôses, ou il a ce 2d sens; l'esprit galant, l'humeur galante, les manières galantes, discours, style galant; ou il signifie, agréable, de bon goût. "Habit galant: fête galante, encore plus que magnifique.
   GALANT, s. m. Amant, amoureux. Acad. Il n'a ce sens que quand on parle indéfiniment, ou pour critiquer, ou pour se moquer. "C'est le galant de toutes les dames, un galant banal. Hors de là, on dit amant. "Une femme qui n'a qu'un galant croit n'être point coquette: celle qui a plusieurs galans croit n'être que coquette. La Bruy. On dirait aujourd'hui amant. — Le peuple dit encôre galant, et c'est ainsi qu'il faut le faire parler. = Galant, subst. a encôre un aûtre sens: on dit le galant, c'est un galant, comme on dit, le drôle, c'est un drôle: mais il n'est que du style familier. M. Garnier, (Hist. de Fr.) dit de Borgia. "Telle était l'équipage du galant. Cela est peu digne du style de l'Histoire.
   Rem. Quelques Écrivains et l'Ab. Du Bos entr'autres disent galand avec un d à la fin, et La Fontaine a dit galande au fém. Fâble de la Belette.
   La Galande fit chère lie.
   Mangea, rongea, dieu sait la vie.
Et dans celle de la Grenouille..
   Déjà dans son esprit la galande le croque.
Mais puisqu'on dit galanterie, galantiser et non pas galanderie, galandiser, l'analogie demande qu'on écrive galant, galante et non pas galand, galande.
   GALANTERIE, est 1°. Agrément, politesse dans l'esprit et dans les manières. "Cet homme met de la galanterie dans tout ce qu'il fait, dans tout ce qu'il dit. = 2°. Politesse auprès des dames. "Il s'adone à la galanterie: il fait profession de galanterie. = 3°. Comerce amoureux et criminel. "Elle a eu une galanterie, plusieurs galanteries. ACAD. = Coquetterie, galanterie. (Synon.) La coquetterie cherche à faire naître des desirs, la galanterie à satisfaire les siens. Beauzée. — La coquetterie est un dérèglement de l'esprit: la galanterie est un vice de complexion. "Une femme galante veut qu'on l'aime et qu'on réponde à ses désirs: il suffit à la coquette d'être trouvée aimable et de pâsser pour belle. La première va sans cesse d'un engagement à l'aûtre: la seconde, sans vouloir s'engager, cherche sans cesse à séduire. Ce qui domine dans l'une, est la passion, le plaisir ou l'intérêt; et dans l'aûtre, c'est la vanité, la légèreté, la faûsseté. La Bruyère. Encycl. = 4°. Petit présent. "Il lui fait tous les jours quelque nouvelle galanterie. "Vous prisez trop un don si léger, ce n'est qu'une galanterie. = 5°. Action équivoque, et que l'on veut excuser. "Ce n'est, dit-on, qu'une pûre galanterie.

Synonymes et Contraires

galamment

adverbe galamment
Traductions

galamment

galant

galamment

[galamɑ̃] advcourteously