galanterie

galanterie

n.f.
1. Politesse, courtoisie dont un homme fait preuve à l'égard des femmes : Proposer, par galanterie, son siège à une dame debout civilité, délicatesse ; muflerie
2. (Surtout au pl.) Parole flatteuse, compliment adressés à une femme.

GALANTERIE

(ga-lan-te-rie) s. f.
Agrément, politesse dans les manières. Cet homme a de la galanterie dans l'esprit. Il met de la galanterie dans tout ce qu'il fait.
On peut dire avec vérité qu'il n'y a jamais eu une dame qui ait si bien entendu la galanterie, ni si mal entendu les galants [VOIT., Lett. 42]
Je croyais qu'on me dût préférer Honorie Avec moins de douceur et de galanterie [CORN., Attila, III, 2]
Ce sens commence à vieillir. Il s'est dit aussi des choses de bon goût, d'un goût galant.
Que ce bout de ruban a de galanterie ! Je le veux dérober [CORN., Suite du Ment. II, 6]
Soins, empressements auprès des femmes qu'inspire le désir de leur plaire.
Madame, puisque c'est à bon dessein que je vous recherche, je crois qu'il n'y a point de galanterie que je ne puisse faire, et qu'après avoir fait des vers pour vous, je puis bien vous envoyer des bouquets [VOIT., Lett. 73]
Tout cela sent la nation ; et toujours messieurs les Français ont un fond de galanterie qui se répand partout [MOL., Sicil. 12]
....Mon maître est fidèle, et son âme est pétrie De la plus fine fleur de la galanterie [REGNARD, le Distr. II, 1]
Propos flatteurs qu'on tient à une femme. De fades galanteries.
Voilà ce que c'est de ne point répondre aux galanteries que je vous écris, de m'envoyer des lettres où vous ne me parlez que de vos amies et ne me dites quasi rien de vous [VOIT., Lett. 25]
Ne vous étonnez pas de m'ouïr dire des galanteries si ouvertement [ID., ib. 40]
La dame sourit, car les galanteries d'un borgne sont toujours des galanteries, et les galanteries font toujours sourire [VOLT., Crocheteur borgne.]
Commerce amoureux.
On peut trouver des femmes qui n'ont jamais eu de galanterie ; mais il est rare d'en trouver qui n'en aient eu qu'une [LA ROCHEF., Réflex. 73]
Il l'a convaincue d'une bonne galanterie avec M. de Béthune [SÉV., 14]
Le roi n'a point de galanterie, et vraisemblablement n'en aura plus [MAINTENON, Lett. à M. de Villette, 14 août.]
Enfin, bornant le cours de tes galanteries, Alcippe, il est donc vrai, dans peu tu te maries ? [BOILEAU, Sat. x.]
La galanterie est un faible du cœur, ou peut-être un vice de complexion [LA BRUY., III]
Il y a peu de galanteries secrètes ; bien des femmes ne sont pas mieux désignées par le nom de leurs maris que par celui de leurs amants [ID., ib.]
Tout hors d'haleine enfin il entre aux Tuileries, Cherchant partout matière à ses galanteries [REGNARD, Sat. contre les maris.]
Dans ces troubles, Théodora, mère de Marozie et d'une autre Théodora, toutes trois célèbres par leurs galanteries, avait à Rome la principale autorité [VOLT., Mœurs, 35]
Un peuple [les Romains] dont le sénat se piqua quelquefois d'humanité, et dont ce même sénat immola aux dieux deux Grecs et deux Gauloises pour expier la galanterie d'une de ses vestales [ID., Aux aut. gaz. littér.]
Il se dit des petits présents qu'on se fait dans la société. Il m'a fait une jolie galanterie.
Moi qui donnerais tout ce que j'ai au monde et que vous eussiez fait pour moi une galanterie comme celle-là [don d'un bracelet] [VOIT., Lett. 23]
Fig.
N'a-t-il pas ceux qui se font les plus grandes amitiés du monde, et qui, le dos tourné, font galanterie de se déchirer l'un l'autre ? [MOL., Impr. 3]
Pièce galante en vers ou en prose.
Pour commencer par la manière indigne dont vos auteurs parlent des choses saintes, soit dans leurs railleries, soit dans leurs galanteries, soit dans leurs discours sérieux.... [PASC., Prov. 11]
Action suspecte, même blâmable et qu'on déguise, par euphémisme, sous le nom de galanterie. La galanterie est un peu forte.
J'ai sans doute reçu du ciel un génie assez beau pour toutes les fabriques de ces gentillesses d'esprit, de ces galanteries ingénieuses à qui le vulgaire ignorant donne le nom de fourberies [MOL., Scapin, I, 2]
Je sais me démêler prudemment de toutes les galanteries qui sentent tant soit peu l'échelle [ID., Avar. II, 1]
Maladie secrète. Donner, attraper une galanterie.
Il en est de même de la galanterie, qui signifie tantôt coquetterie dans l'esprit, paroles flatteuses, tantôt présent de petits bijoux, tantôt intrigue avec une femme ou plusieurs ; et même depuis peu il a signifié ironiquement faveurs de Vénus [VOLT., Dict. phil. Galant.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les autres rois, quand on leur rapportoit ces galanteries [plaisanteries], ne s'en faisoient que rire, hors mis Lysimachus seul qui s'en courrouceoit [AMYOT, Démétr. 31]
    ....La plus part de ses galanteries [actes de vaillance] pour donner moien à ceux de la ville d'emmener le reste de leurs vendanges [D'AUB., Hist. II, 36]
    En un de ces moulins un soldat seul enfermé composa à la vie pour lui et toute sa trouppe, et fut sauvé par sa galantise [bravoure] [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Galant.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • GALANTERIE. Ajoutez : - REM. Galanterie s'est dit pour objet de toilette, modes, etc.
    Un présent de galanterie de senteurs qui devait être offert à la comtesse de Castlemaine, [, Lett. etc. de Colbert, VI, 276]
    On y fait [à Berlin] beaucoup d'ouvrages d'acier, des glaces de miroir, plusieurs sortes de galanteries [P. GIRAUDEAU, la Banque rendue facile, p. 391]
    Elle [la ville de Paris] a cependant plusieurs manufactures et fabriques : telles sont.... celle des chapeaux de castor et autres, la galanterie ou les modes, la bijouterie.... [ID., ib. p. 391]

galanterie

GALANTERIE. n. f. Qualité de celui qui est galant; agrément, politesse dans l'esprit et dans les manières. Cet homme a l'art de mettre de la galanterie dans tout ce qu'il dit dans tout ce qu'il fait. Dans ce sens, il vieillit.

Il se dit plus ordinairement des Égards, des soins, des empressements pour les femmes qu'inspire l'envie de leur plaire. Il fait profession de galanterie. On remarque sa galanterie auprès des femmes. La galanterie française.

Il se dit également des Propos flatteurs qu'on tient à une femme, des Procédés qu'on emploie pour lui plaire, d'un cadeau ingénieusement choisi, d'une attention délicate. Dire des galanteries. Cette galanterie a paru lui plaire. La Guirlande de Julie est une galanterie demeurée célèbre.

Il se dit aussi d'un Commerce amoureux et illicite. Cette femme a une galanterie avec un tel. Elle a déjà eu plusieurs galanteries. Commerce de galanterie.

Ironiq., La galanterie est un peu forte, se dit d'une Action peu honnête ou d'un mauvais procédé, mais que l'on peut pardonner.

Synonymes et Contraires

galanterie

nom féminin galanterie
Politesse à l'égard des femmes.
Traductions

galanterie

compliment, flirt, hoffelijkheidgalantnostGalanteriegallantry, courtesycaballerosidad, galantería, piropocavalleria, galanteria (galɑ̃tʀi)
nom féminin
politesse à l'égard des femmes

galanterie

[galɑ̃tʀi] nfgallantry