galère

(Mot repris de galere)

galère

n.f. [ catalan galera ]
1. Bâtiment de guerre ou de commerce à rames et à voiles, en usage de l'Antiquité au xviie siècle.
2. Fam. Situation désagréable ; travail pénible : Quelle galère pour arriver jusqu'ici ! difficulté, peine périodes difficiles

galères

n.f. pl.
Anc. Peine des criminels condamnés à ramer sur les galères du roi : Être condamné aux galères.

galère

(galɛʀ)
nom féminin
1. histoire grand navire à rames une galère à trois rangs de rames une galère de guerre
2. figuré ce qui est pénible Quelle galère ! Ce travail est une galère !

GALÈRE

(ga-lê-r') s. f.
Terme de marine et d'antiquité. Bâtiment à rames et à voiles qui était le vaisseau de guerre des anciens. Galère à trois rangs de rames ou trirème ; on ne sait pas encore au juste comment ces rangs étaient disposés.
En voyant dans nos ports préparer nos galères [CORN., Pomp. II, 2]
On croit que ce sont les Corinthiens qui les premiers changèrent l'ancienne forme des galères et qui en construisirent à trois rangs de rames, et peut-être aussi à cinq [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. XI, 2e part. p. 442, dans POUGENS.]
Chaque galère [de guerre] portait trois cents rameurs, et six vingts soldats [ID., ib. p. 564]
La galère fut aussi le vaisseau du moyen âge.
Dans les temps modernes, bâtiment long et peu élevé au-dessus de l'eau, qui allait à voiles et à rames. La galère avait deux mâts et deux voiles latines ; elle était armée, sur l'avant, d'une grosse pièce de canon dite coursier.
Je crois prendre en galère une rame à la main [RÉGNIER, Sat. X]
Que diable allait-il faire dans cette galère ? ah ! maudite galère ! [MOL., Scapin, II, 11]
Si je croyais y retrouver encore la belle mademoiselle de Sévigné et la fête sur les galères que M. de Vivonne n'a pas donnée à madame la comtesse de Grignan [SÉV., Lett. du 21 juin 1680]
Il y a longtemps que l'expérience, maîtresse souveraine de tous les arts, a fait, entre les espèces des grands bâtiments de mer, un partage où tous les peuples de l'Europe ont souscrit ; elle a donné l'Océan aux vaisseaux, et la Méditerranée aux galères [FONTEN., Chazelles.]
Il y avait douze galères à rames qui accompagnaient cinquante galions ; c'est la première fois qu'on vit des galères sur l'océan [VOLT., Mœurs, 165]
Fig. Que diable allait-il faire dans cette galère ? locution tirée du Scapin de Molière et qui signifie : Pourquoi est-il allé se mêler à ces gens-là, s'entremettre de cette affaire mauvaise, périlleuse, etc.
Tant il est vrai que le plaisant peut se joindre au terrible [la révolution qui précipita Pierre III du trône de Russie] : quelques-unes de ces jeunes femmes [qui étaient avec lui sur la Néva], à ce qu'elles-mêmes ont raconté, se disaient tout bas entre elles le proverbe comique : Qu'allions-nous faire dans cette galère ? [RULHIÈRES, Anecdotes sur la Russie, Œuvres posthumes, t. IV, p. 354]
Fig. Vogue la galère ! arrive ce qui pourra.
Puisque ce ne peut plus être la mort de M. de Turenne, vogue la galère ! [SÉV., 236]
Espalier de galère, voy. ESPALIER. Dans l'ordre de Malte. Tenir galère, armer une galère à ses dépens. Demi-galère, nom donné à une petite galère, à une galiote à rames, quelquefois à un brigantin à rames.
Le jour commençait à paraître, et les Turcs, nous croyant occupés à la galiote [à bombes] qui avait été attaquée à la droite de toutes celles qui bombardaient, firent mine d'attaquer, par une demi-galère, par un brigantin et par plusieurs chaloupes, une autre galiote qui fermait notre ligne à la gauche [VILLETTE, Mémoires, Campagne de 1683, dans JAL]
Que faire avec un si petit nombre contre cent cinquante chaloupes ennemies, contre une demi-galère, deux galiotes armées et plusieurs brûlots, soutenus par cent vaisseaux de guerre ? [, Relation du combat de la Hougue, dans JAL]
Les demi-galères russes vont à sa rencontre [de la flottille suédoise], l'attaquent et la prennent tout entière ; elle portait quatre-vingt-dix-huit canons [VOLT., Russie, I, 13]
Au plur. La peine de ceux qui étaient condamnés à ramer sur les galères. Autrefois on condamnait les malfaiteurs à ramer sur les galères, ce qu'on appelait condamnation aux galères, peine remplacée par les travaux forcés.
Il a été condamné aux galères pour cinq ans [SÉV., 1]
Il se disait aussi de ceux qui, pris par les corsaires barbaresques, étaient mis à la rame à Tunis, à Alger et ailleurs.
Il ramera dans les galères d'Alger [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Fig. et familièrement. Condition désagréable.
La campagne, qu'on peut appeler les galères d'une jeune personne [HAMILT., Gramm. 9]
La nature a condamné le pic au travail, et pour ainsi dire à la galère perpétuelle [BUFF., Morceaux choisis, p. 299]
Je suis plutôt spectateur que patient dans cette galère où je me tiens les bras croisés [D'ALEMB., Lett. au roi de Pr. 3 nov. 1780]
Ce métier [de soldat] sous les nobles est une galère, un supplice à qui ne peut s'en exempter [P. L. COUR., Gazette du village, n° 4]
Mes amis, de votre galère Un forçat vient de se sauver [BÉRANG., Mon petit coin.]
Vie de galère, situation pénible et laborieuse.
Nom donné à un long fourneau en briques réfractaires, dans lequel on peut faire chauffer plusieurs vases à la fois. On a aussi appelé galères des fourneaux ronds à réverbère d'un grand diamètre, autour desquels on place les vases contenant la matière qu'on veut chauffer.
Tombereau dont se servent les maçons et qu'ils traînent eux-mêmes. En Espagne, espèce de chariot dans lequel on voyage. Aller en galère.
Sorte de gros rabot de charpentier et de menuisier, servant à dégrossir le bois rude.
Sorte de grand râteau nommé plus souvent ratissoire.
Nom donné par les marins aux diverses espèces du genre physalie, et quelquefois à la vélelle mutique qu'ils n'en distinguent pas.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Vogue la galere, dist Panurge, tout va bien [RAB., Pant. IV, 23]
    Incontinent que mes gualleres seront venues, je.... [ID., ib. II, 28]
    Pour ceste mesme raison, j'ay usé de gallées pour galleres, endementiers pour en ce pendant ... et autres dont l'antiquité me semble donner quelque majesté aux vers, pourveu toutefois que l'usage n'en soit immoderé [DU BELLAY, IV, 4, verso.]
    Si j'ay volé quelqu'un, envoyez-moy plustost en gallere [MONT., III, 245]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. gallera ; esp. et ital. galera. Galère paraît être une dérivation du radical qui a donné galée.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    GALÈRE. Ajoutez :
    10°
    Baril de galère, sorte de baril, d'une contenance de 15 à 20 litres [, Gaz. des Trib. 1er juill. 1875, p. 628, 4e col.]

galère

GALÈRE. n. f. T. de Marine et d'Antiquité. Bâtiment à rames et à voiles qui était le vaisseau de guerre des anciens. Galère à trois rangs de rames ou Trirème.

Il s'est dit, chez les modernes, d'une Sorte de bâtiment long et de bas bord, qui allait ordinairement à rames et quelquefois à voiles avec des antennes, et dont on se servait beaucoup autrefois sur la Méditerranée. La galère Capitane. Le général des galères.

Fig. et fam., Qu'allait-il faire dans cette galère? Pourquoi se mêlait-il de cette affaire? Pourquoi se trouvait-il en pareille compagnie?

Fig. et fam., Vogue la galère. Arrive ce qui pourra.

Il se disait aussi de la Peine que subissaient ceux qui étaient condamnés à ramer sur les galères. En ce sens, il n'est usité qu'au pluriel. Condamné aux galères. Envoyer aux galères. Racheter un forçat des galères.

Fig. et fam., C'est une galère, une vraie galère, se dit d'un Lieu, d'un État, d'une condition où l'on a beaucoup à travailler, à souffrir.

galère


GALèRE, s. f. [2e è moy. et long. 3e e muet.] 1°. Bâtiment de mer long et de bâs bord, qui va ordinairement à rames et quelquefois à voiles. = 2°. Il se prend pour la peine de ceux, qui sont condamnés à ramer sur les galères. "Condamner aux galères. = Par extension, on le dit d'aûtres châtimens, où les condamnés sont mis à la chaîne, et employés aux travaux publics. On ne fusille plus les déserteurs, on les condamne aux galères de terre.
   On dit, proverbialement, vogue la galère, arrivera ce qui pourra. "Nous avons besoin de quelque évènement, comme vous dites, aux dépends de qui il apartiendra. Puisque ce ne peut-être la mort de M. de Turenne, vogue la galère. SÉV. = Qu'aloit-il faire dans cette galère? Pourquoi alait-il là? Pourquoi faisait-il cela? On doit cette expression à Molière, qui l'a employée dans les Fourberies de Scapin: elle est devenue proverbe. "Pourquoi son mari ne demeuroit-il pas paisiblement chez lui? Qu'aloit-il faire dans cette maudite galère. SÉV.

Traductions

galère

galley

galère

Galeere

galère

廚房

galère

[galɛʀ]
nf
(= bateau) → galley
(fig) quelle galère! → what a pain! >
adj
c'est galère! → it's a real pain! >