gallicisme

gallicisme

n.m. [ du lat. gallicus, gaulois ]
1. Expression, tournure propre à la langue française ; idiotisme : « Prendre la mouche » est un gallicisme.
2. Emprunt fait au français par une autre langue : « Rendezvous » est un gallicisme de l'anglais mot que l'anglais a emprunté

GALLICISME

(gal-li-si-sm') s. m.
Forme de construction propre à la langue française.
Un bon traité des gallicismes serait un ouvrage important pour notre langue [D'OLIVET, Rem. sur Racine, § 97]
Quelquefois aussi nos gallicismes ne sont autre chose qu'une ellipse ou plusieurs ellipses combinées qui ont fait disparaître peu à peu divers mots, diverses liaisons qu'un long usage rend faciles à sous-entendre, quoiqu'il ne fût pas toujours facile de les suppléer ni même de les deviner [ID., ib.]
Façon de parler empruntée du français et transportée dans une autre langue. Il y a des gallicismes dans le discours latin prononcé à la distribution des prix du concours général des lycées et colléges de Paris.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. gallicus, qui appartient aux Gaulois, aux Français.

gallicisme

GALLICISME. n. m. Construction propre et particulière à la langue française. Il vient de mourir, Il va venir, Si j'étais que de vous, etc. sont des gallicismes.

Il se dit également des Façons de parler de la langue française transportées dans une autre langue. Ce thème latin serait bon s'il n'était si plein de gallicismes.

Traductions

gallicisme

Gallizismus

gallicisme

gallicism

gallicisme

galicismo

gallicisme

gallicisme

gallicisme

gallicism

gallicisme

Gallicism

gallicisme

[ga(l)lisism] nm
(= expression) → French idiom
(= tournure fautive) → Gallicism