ganelonnerie

GANELONNERIE

(ga-ne-lo-ne-rie) s. f.
Acte de perfidie, de trahison.
Je ne vous dirai plus rien de monsieur de Marseille ; je prends monsieur d'Uzès pour témoin de tous mes sentiments, ni si je me suis séparé un seul moment de vos intérêts, ni s'il m'a imposé en la moindre chose, ni si ses manières et sa duplicité ne m'ont point toujours paru au travers de ses discours, ni si j'ai manqué de réponse aux endroits principaux, ni si tous mes amis n'ont point fait leur devoir, ni si je doute de la sincérité de votre conduite et de la ganelonnerie de la sienne [SÉV., 6 avril 1672]

ÉTYMOLOGIE

  • Ganelon, baron des chansons de geste carlovingiennes, qui trahit Charlemagne, et fut cause de la mort de Roland à Roncevaux. Son nom était devenu synonyme de traître, et Mme de Sévigné avait encore conservé un écho de ces vieilles compositions.