gant

gant

n.m. [ frq. want ]
1. Pièce d'habillement qui couvre et protège la main, au moins jusqu'au poignet : Des gants de cuir fourrés.
2. Accessoire dans lequel on peut glisser la main et qui sert à diverses activités : Des gants de boxe, de chirurgien.
Aller comme un gant,
convenir parfaitement.
Gant de crin,
moufle en crin tricoté qui sert à frictionner le corps.
Gant de toilette,
poche de tissu éponge dont on se sert pour se laver.
Jeter le gant à qqn,
le défier.
Mettre ou prendre des gants,
agir avec ménagement, avec précaution : Elle a annoncé son départ sans prendre de gants.
Relever le gant,
accepter, relever un défi.
Retourner qqn comme un gant,
le faire complètement changer d'avis.
Souple comme un gant,
docile, servile, soumis.

GANT

(gan ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des gan-z en peau) s. m.
Partie de l'habillement qui, couvrant la main, couvre aussi chaque doigt séparément. Des gants, blancs. Gants d'homme. Gants de femme. Gants de Grenoble. Gants d'Espagne. Une paire de gants.
Gants de cuir ouvrés et non garnis de soie, et gants parfumés d'Espagne, la douzaine de paires payera une livre, [, Tarif, 18 sept. 1664]
Elle avait ôté ses gants [SÉV., 27]
Les gants de Martial [nom d'un marchand] étaient fort à la mode dans ce temps-là [HAMILT., Gramm. 7]
Quoi ! Martial fait-il des vers ? je croyais qu'il ne faisait que des gants [MOL., Escarb. I, 16]
Il trouva ce conquérant [Charles XII] vêtu d'un habit de gros drap bleu, avec des boutons de cuivre doré, de grosses bottes, des gants de buffle qui lui venaient jusqu'au coude, dans une chambre sans tapisserie [VOLT., Charles XII, 2]
Gants de peau, gants de daim, de chamois, gants de chien, gants de fil, gants de soie, de laine, etc. gants faits avec ces différentes matières. Gants d'ambre, gants de fleur d'orange, gants de jasmin, gants parfumés avec ces différentes odeurs. Gants fourrés, ceux qui sont faits de peaux auxquelles on a laissé, dans l'intérieur, le poil ou la laine de l'animal, ou ceux qui ont à l'intérieur une ouate ou un tricot quelconque recouvert par la peau. Gant bourré, gant dont on se sert dans les salles d'escrime. Terme de fauconnerie. Gant d'oiseau, gant que le fauconnier met à la main dont il porte l'oiseau. Prendre ses gants, se disposer à sortir.
Et, voyant arriver chez lui le damoiseau, Prend fort honnêtement ses gants et son manteau [MOL., Éc. des f. I, 1]
Les gants jaunes, sobriquet donné quelquefois aux dandys.
Jeter le gant, se disait autrefois d'un chevalier qui jetait effectivement son gant quand il défiait au combat un autre chevalier, qui, le relevant, acceptait le combat.
Le roi [Charles VI] voulait empêcher ses chevaliers de relever le gant et de ressentir ces insultes particulières [CHATEAUBR., Génie, IV, V, 4]
Fig. Aujourd'hui, jeter le gant, défier quelqu'un au combat ou à toute autre lutte. Relever, ramasser le gant, accepter le défi.
Fig. et familièrement. Être souple comme un gant, être d'une humeur facile, accommodante, se laisser manier sans peine.
Voyez, elle se rend Plus douce qu'une épouse et plus souple qu'un gant [CORN., le Ment. IV, 6]
Tout vous rit, votre femme est souple comme un gant [LA FONT., Coupe.]
Être souple comme un gant, se dit souvent en mauvaise part, en parlant d'une complaisance servile. Rendre quelqu'un souple comme un gant, le rendre traitable, de difficile qu'il était.
Au plur. Gants se disait jadis pour bonne main, et se dit encore en quelques circonstances quand il s'agit de femmes ; locution qui vient de l'Espagne où l'on donne pour avoir des gants, para guantes, tandis qu'en France on donne pour boire.
On dit en proverbe, quand un homme apporte une nouvelle qu'on sait déjà, qu'il n'aura pas les gants, pour : le présent qu'on donne aux messagers qui apportent quelque bonne nouvelle [FURETIÈRE, Dict.]
Fig. Avoir les gants d'une chose, en avoir la première idée, ou le mérite, ou le profit.
M. de Bouillon me dit que je ne devais pas avoir au moins seul les gants de ma proposition [RETZ, II, 388]
En un sens contraire. Vous n'en avez pas les gants.
....C'était pièce assez fine Pour en devoir l'exemple à d'autres gens ; J'ai grand regret de n'en avoir les gants [LA FONT., Troq.]
Certainement il n'y a que l'art, et la nature est une chimère ; vous avez raison, me répondit M. Sidrac ; mais vous n'en avez pas les gants, cela a été dit [VOLT., Oreilles, 2]
Avoir les gants d'une chose, c'est, proprement, recevoir la gratification d'une chose qu'on annonce, et n'avoir pas les gants d'une chose, c'est ne pas recevoir la gratification pour une chose qu'on annonce, attendu qu'elle a déjà été annoncée. Se donner les gants d'une chose, s'en attribuer l'honneur mal à propos.
Se donner les gants de quelque chose : l'espagnol n'a pas cette expression ; le français a saisi d'abord le ridicule de la hâblerie, et l'a caractérisé par l'image d'un homme qui s'offre à lui-même un pourboire [GÉNIN, Récréat. t. I, p. 415]
Elle a perdu ses gants, s'est dit jadis, dans un langage libre, d'une fille qui a perdu sa virginité.
Ceux de son temps disent que, la première fois qu'elle sortit du logis, elle trouva à dire ses gants et son pucelage [BALZ., liv. III, lett. 16]
Mainte fille a perdu ses gants, Et femme au retour s'est trouvée, Qui ne sait la plupart du temps Comme la chose est arrivée [LA FONT., Fianc.]
Fil à gants, espèce de fil bis ou écru que l'on tirait de Lille.
Gant de Notre-Dame, nom de différentes plantes : ancolie, digitale, gantelée.

PROVERBES

  • L'amitié passe le gant, se disait lorsqu'en se saluant on se touchait la main sans se donner le loisir de se déganter par politesse ; le sens est : l'amitié permet le gant.
  • Cela me va comme un gant, c'est-à-dire très bien, parce que les gants doivent être très justes.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Livrez m'en ores le guant et le baston [signes qu'on chargeait quelqu'un d'un message] [, Ch. de Rol. XVII]
  • XIIIe s.
    Ot ambdeus [les deux] cousues ses manches, Et, pour garder que ses mains blanches Ne halaissent, ot uns blans gans [, la Rose, 565]
    Il y a tex [telles] viles là où on ne doit que deus deniers de saisine.... et de teles où on doit trois deniers de gans ou douze deniers de vin [BEAUMANOIR, XXVII, 6]
    Aus festes et aus diemanches, Ne metoit ganz, ne vestoit manches, Tant que midis estoit passez [RUTEB., II, 164]
  • XIVe s.
    Ainsi, sans coup ferir, ne sans perdre un seul gant [un seul homme], Arons-nous des pourceaux assez de remenant [, Guesclin. Variante du vers 1220]
    Quarante huit boutons d'or pour deux paires de gants de chien, couvers de chevrotin, garnis au bout de IV boutons de perles [DE LABORDE, Émaux, p. 327]
  • XVe s.
    Uns autres petits gants à prelat, de broderie sur champ d'or, et sont tous plains à esmaux, et y faut plusieurs perles [ID., ib.]
    Ceux du Franc de Bruges estoient armés.... d'hauquetons et de gands de baleine [FROISS., II, II, 193]
    Dangier, je vous gecte mon gant.... Car vous m'avez mainte saison Fait douleur à tort endurer [CH. D'ORL., Ball. 43]
    Ung petit paquet de gans de Parpeignan à usaige de femme [, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 363]
  • XVIe s.
    Quand les seigneurs investissoient et ensaisinoient les acquereurs de quelque fond, ils se servoient toujours de gans qui restoient au sergent des seigneurs, et dans la suite, ces formalitez s'estant abolies, les gants ont esté dus aux sergents en argent et ont fait partie des droits seigneuriaux [LAURIÈRE, Gloss. du droit fr.]
    L'espée et le coustel et lance pour jouster, et riche bacinet, et gans à broiches de fer qui bien faisoient à doubter [MENARD, Hist. de du Guesclin, p. 55, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. gan, guan ; catal. guant ; espagn. guante ; ital. guanto ; bas-lat. wantus, dans un texte de Bède ; du germanique : suédois, wante, anc. scand. vöttr.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    GANT. Ajoutez :
    Les gants jaunes, les hommes qui portent des gants jaunes, les muscadins.
    Les gants jaunes, selon l'expression d'un journaliste du temps, applaudissaient à la résistance [E. TÉNOT, Paris en décembre 1851, p. 220]
    Fig. Les gants en la main, mollement, sans force ni énergie.
    L'entreprise n'est point petite ; il y faut aller d'autre façon que les gants en la main [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]

gant

GANT. n. m. Objet d'habillement, qui couvre la main et chaque doigt séparément. Porter des gants. Mettre ses gants. Ôter ses gants. Tailler des gants. Coudre des gants. Des gants glacés. Gants de peau. Gants de daim, de chamois. Gants de fil, de laine, etc. Gants de Suède.

Gants fourrés, Ceux qui sont faits de peaux auxquelles on a laissé, dans l'intérieur, le poil ou la laine de l'animal.

Fig. et fam., Être souple comme un gant, Être d'une humeur facile et accommodante. Il se dit souvent en mauvaise part, pour signifier Être d'une complaisance servile. On dit aussi Rendre quelqu'un souple comme un gant, Le rendre traitable, de difficile qu'il était.

Aller comme un gant signifie, en parlant d'un Vêtement, S'adapter exactement aux formes.

Fig., Vous n'en avez pas les gants, se dit pour faire entendre à quelqu'un qu'il n'est pas le premier à donner l'avis, à dire quelque chose, ou à faire la découverte dont il parle. On dit de même Se donner les gants d'une chose, S'en attribuer mal à propos l'honneur, le mérite.

Fig., Jeter le gant, Défier quelqu'un au combat. Ramasser le gant, relever le gant, Accepter le défi. Ces phrases s'emploient par allusion à la coutume des anciens chevaliers qui jetaient leur gant ou gantelet, par manière de défi, à ceux contre qui ils voulaient combattre.

Fig. et fam., Mettre ou Prendre des gants, Prendre beaucoup de précautions pour faire ou dire une chose sans blesser celui à qui on a affaire. Cet homme est très susceptible : il faudra prendre des gants pour lui faire cette proposition.

gant

GANT, ville de Flandres, Gandauum.

gant


GANT, s. m. [Il est long: le t ne s'y prononce jamais. Plusieurs, d'après Richelet, écrivent gans au pluriel sans t.] Chaussûre de la main, divisée en cinq, pour y faire entrer les cinq doigts et le reste de la main. = On l'emploie ordinairement au pluriel. "Porter des gans. "Mettre, ôter ses gans. "Une paire de gans. = On dit dans le style familier, souple comme un gant. "Il faisait le fier, le mutin; cette afaire, ces menaces l'ont rendu souple comme un gant. — Avoir les gans d'une chôse, en avoir les prémices. — N' en avoir pas les gans, ou la paire de gans, n'être pas le premier à anoncer une nouvelle, à proposer une idée.

Traductions

gant

Handschuhglove, mitten, gauntlethandschoen, wantכסיה (נ), כפפה (נ), כְּפָפָהguantrukavicehandskegantoguantehansikas, käsinekesztyűguanto手袋hanskerękawiczkaluvamănuşăhandskeeldivenγάντιперчатка, перчаткиقُفَّازrukavica장갑ถุงมือgăng tay手套Ръкавица手套 (gɑ̃)
nom masculin
1. ce qui recouvre et protège lamain une paire de gants des gants de caoutchouc
2. poche de tissu utilisée pour se laver

gant

[gɑ̃] nmglove
des gants en laine → woollen gloves
prendre des gants (= précautions) → to handle the situation with kid gloves
relever le gant (= défi) → to take up the gauntlet
gant de crin nmmassage glove
gant de toilette nmface flannel (Grande-Bretagne), flannel (Grande-Bretagne), face cloth