gardé, ée

GARDÉ, ÉE

(gar-dé, dée) part. passé de garder
Qu'on surveille, dont on prend soin. Un enfant gardé par la bonne.
Surveillé et soigné durant une maladie. Gardé dans sa petite vérole par une mère dévouée. Dont la sûreté est protégée. Le roi gardé par des troupes fidèles. Des troupeaux gardés par le pasteur. Terme de jeu de cartes. Roi gardé, dame gardée, roi, dame qui a une ou plusieurs gardes. Le joueur dit aussi : Je ne crains rien, je suis gardé. J'étais gardé à carreau, au propre ; et au fig. J'avais pris toutes mes précautions.
Défendu. La ville gardée par une garnison nombreuse.
Préservé. Gardé du péril.
Paris et tout le royaume avec un fidèle et admirable empressement reconnaît son roi gardé par la Providence et réservé à ses grands ouvrages [BOSSUET, le Tellier.]
Conservé. Des fruits gardés dans le fruitier.
Souvent les remèdes les plus gardés sont les meilleurs [MONTESQ., Lett. pers. 143]
Observé. Les convenances les plus exactes furent gardées.
Et d'un trône si saint la moitié n'est fondée Que sur la foi promise et rarement gardée [RAC., Baj. II, 3]
Il y a des règles de bienséance et d'honneur, qui doivent être gardées inviolablement, même à l'égard des ennemis [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 231, dans POUGENS]
On dit d'un poëme et de tout ouvrage d'imagination, que les mœurs y sont bien gardées, lorsque les usages, les coutumes, les caractères des personnages sont conformes à la connaissance ou à l'opinion qu'on a communément [DUCLOS, Consid. mœurs, ch. 1]
Proportion gardée, toute proportion gardée, en tenant compte de l'inégalité, de la différence relative de deux personnes, de deux choses.
Qu'on empêche de s'échapper. Le prisonnier gardé par les gendarmes.
Réservé. Un triste sort lui est gardé.

PROVERBES

  • Quand chacun fait son métier, les vaches sont bien gardées, les choses vont bien quand chacun se mêle de ce qu'il doit faire. On dit aussi elliptiquement : Chacun son métier, les vaches sont bien gardées.
  • Ce que Dieu garde est bien gardé.