garde

1. garde

n.f.
1. Action de veiller sur qqn pour le protéger, le défendre : Prendre un nouveau venu sous sa garde
2. Action de surveiller qqch pour le conserver en bon état, le préserver : Vous aurez la garde du bureau de vote jusqu'à dix heures. Chien de garde.
3. Action de surveiller qqn pour l'empêcher de fuir : Être conduit chez le procureur sous bonne garde
4. Service de surveillance, assuré à tour de rôle par plusieurs personnes, plusieurs services ou établissements : Une pharmacie de garde. Être de garde un jour férié. Un tour de garde.
5. Groupe de militaires qui gardent un poste ou assurent un service de sécurité : Appeler la garde.
6. Position prise pour engager le combat et se protéger à l'escrime, en boxe, etc. : Se mettre en garde. En garde !
ordre de se mettre en position de combat
7. Partie d'une arme blanche couvrant sa poignée et protégeant la main : La garde d'une épée.
De garde,
se dit de qqch qui se conserve bien ou qui s'améliore quand on le conserve : Des pommes, du vin de garde.
Droit de garde,
droit de surveiller un enfant mineur et de veiller à son éducation attribué à celui des parents qui a l'autorité parentale.
Être ou se tenir sur ses gardes,
se méfier.
Feuille ou page de garde,
feuillet placé au début et à la fin d'un livre.
Garde à vue,
maintien d'une personne dans les locaux de la police ou de la gendarmerie, pendant une durée limitée fixée par la loi, pour les besoins d'une enquête de la police judiciaire.
Garde nationale,
milice civique préposée au maintien de l'ordre, créée en France en 1789 et dissoute en 1871.
Garde républicaine,
corps de la gendarmerie nationale, chargé d'assurer des missions de sécurité et des services d'honneur au profit des hautes autorités de l'État.
La vieille garde,
les plus anciens membres d'un groupe, d'un parti ; les plus anciens partisans d'une personnalité politique : La vieille garde d'un parti.
Mise en garde,
avertissement.
Monter la garde,
surveiller.
Prendre garde à qqch, à qqn,
faire très attention à : Prends garde à la peinture fraîche. Prenez garde à cet individu.
Prendre garde de ou à (+ inf.), à ce que (+ subj.), que (+ ne et le subj.),
veiller à faire qqch ; s'efforcer de : Prends garde à ne pas te salir. Il a pris garde d'arriver à l'heure. Prenez garde à ce que tout soit rangé avant mon retour. Prends garde que l'on ne t'entende pas.

2. garde

n.m.
1. Personne chargée de la surveillance de qqn, de qqch : Il a tenté d'échapper à ses gardes
2. Militaire de la gendarmerie nationale appartenant à la Garde républicaine : Un garde républicain. Un garde mobile.
Garde champêtre,
agent communal assermenté qui sanctionne les infractions aux règlements concernant la chasse, les zones rurales, et qui veille au maintien de la tranquillité publique : Les gardes champêtres peuvent dresser procès-verbal.
Garde des Sceaux,
ministre de la Justice, en France.
Garde du corps,
homme chargé de la sécurité rapprochée d'une personnalité.
Garde forestier,
employé chargé de la surveillance d'une certaine étendue de forêt.

3. garde

n.f.
Femme qui a la charge de garder un malade, un enfant.

GARDE1

(gar-d') s. f.
Action de garder, de conserver, de défendre quelqu'un ou quelque chose, de surveiller quelqu'un ou quelque chose. Avoir la garde d'une bibliothèque, d'un magasin. Il faut une garnison de trois mille hommes pour la garde de cette ville. La garde du défilé des Thermopyles confiée à Léonidas.
Dieu, qui de ceux qu'il aime est la garde éternelle [MALH., I, 2]
Vous ne me direz plus qu'on vous l'a mise en garde [CORN., Théodore, IV, 4]
Laissez-la moi, seigneur, quelques moments en garde [ID., Héracl. IV, 5]
Et je viens vous chercher pour vous prendre en ma garde [ID., Nicom. v, 7]
Je te le donne en garde [ID., Perthar. III, 5]
L'amour de ses sujets est une sûre garde [ROTR., Antig. II, 4]
Appliquez-vous avec tout le soin possible à la garde de votre cœur, parce qu'il est la source de la vie [SACI, Bible, Prov. de Salomon, IV, 23]
La garde de deux filles est un peu trop pesante pour un homme de mon âge [MOL., Préc. 5]
S'il y eut jamais une conjoncture où il fallut montrer de la prévoyance et un courage intrépide, ce fut lorsqu'il s'agit d'assurer la garde des trois illustres captifs [BOSSUET, le Tellier.]
Jacob ne pouvait pas les [ses brebis] donner en garde à un autre [FLÉCH., Serm. II, 295]
Le vigilant Girot.... C'est d'un maître si saint le plus digne officier ; La porte dans le chœur à sa garde est commise [BOILEAU, Lutr. IV]
Amis, partageons-nous : qu'Ismaël en sa garde Prenne tout le côté que l'Orient regarde [RAC., Athal. v, 5]
La garde en fut commise à ma fidélité [RAC., ib. v, 2]
Mais siérait-il, Abner, à des cœurs généreux De livrer au supplice un enfant malheureux, Un enfant que Dieu même à ma garde confie ? [ID., ib. v, 2]
Louis XIV, élevé dans l'adversité, allait avec sa mère, son frère et le cardinal Mazarin de province en province, n'ayant pas autant de troupes autour de sa personne, à beaucoup près, qu'il en eut depuis en temps de paix pour sa seule garde [VOLT., S. Louis XIV, 5]
Allez, et que du trône où le ciel vous appelle L'inflexible équité soit la garde éternelle [ID., Brutus, III, 6]
On le mit à la garde, ou, mieux, sous la garde d'un huissier, c'est-à-dire on commit un huissier pour veiller à ce qu'il ne s'échappât. à. la garde, sous la garde de Dieu, sous la protection de Dieu.
Elle me laissa partir sous la garde du Seigneur [HAMILT., Gramm. 3]
Familièrement. À la garde de Dieu, c'est-à-dire il en arrivera ce qu'il pourra. Que Dieu vous ait en sa sainte et digne garde, ou, simplement, en sa sainte garde ! formule par laquelle les souverains terminent les lettres qu'ils écrivent. Terme d'expéditions et de roulage. Remis à la garde d'un tel, voiturier. Par extension.
C'est une parole digne de Caïn que de dire : ce n'est pas à moi à garder mon frère ; croyons au contraire que nos amis sont à notre garde [BOSSUET, Sermons, Char. frat. 2]
Les citoyens étaient à la garde les uns des autres [ID., Hist. III, 3]
Mettre quelqu'un sous bonne garde, le donner à garder à qui peut en répondre.
Après avoir mis ce petit roi sous bonne garde, il s'alla loger sur l'Hydaspe [VAUGEL., Q. C. VIII, 3, dans RICHELET]
En parlant des personnes et au sens actif, être de bonne garde, garder avec soin ce qu'on possède. Il y a dix ans que j'ai cette montre ; je suis de bonne garde. En parlant de certaines choses, des fruits, etc. et au sens passif, être de bonne garde, ou être de garde, se conserver longtemps sans se gâter. Dans le sens contraire. Ces fruits, ces vins sont de mauvaise garde, de difficile garde. Les filles sont de difficile garde, on a une grande surveillance à exercer pour les garantir de la séduction.
Terme d'eaux et forêts. Étendue de la juridiction d'un officier préposé à la conservation des bois.
Terme de jurisprudence. Garde judiciaire, se dit de la conservation et de la surveillance des objets saisis, séquestrés, mis sous les scellés, pour être ensuite représentés à qui de droit. Terme de coutumes. Garde noble, voy. GARDE-NOBLE. Garde royale, droit qui appartenait au roi en certains lieux, de jouir des revenus des mineurs qu'il avait en sa garde. Garde seigneuriale, droit en vertu duquel le seigneur féodal jouissait des revenus des fiefs tenus immédiatement de lui, pendant que ses vassaux étaient en bas âge, à charge d'entretenir les héritages et de payer les redevances annuelles (Normandie).
Guet, surveillance.
Puisqu'on fait bonne garde aux murs et sur le port [CORN., Cid, II, 7]
Est-ce pour moi, seigneur, qu'on fait garde à vos portes ? [ID., Suréna, IV, 3]
Tant les chiens faisaient bonne garde [LA FONT., Fabl. I, 5]
Anges du Seigneur, faites la garde autour du berceau d'une princesse si grande et si délaissée [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Il fut ordonné que, pour toutes les places qui n'étaient pas frontières, ceux qui étaient sujets au guet et à la garde en seraient affranchis en payant cinq sous chaque année [DUCLOS, Hist. Louis XI, Œuv. t. III, p. 233, dans POUGENS]
Ce chien est de bonne garde, il garde, il avertit bien. Fig.
Posez sur mes lèvres cette garde de circonspection [FLÉCH., Aiguillon.]
Elle mit une garde de prudence sur ses lèvres [ID., Dauphine.]
La vigilance continuelle, la garde des sens [MASS., Carême, Élus.]
Prendre garde, faire attention.
Laissez la mine à part, prenez garde à la somme [RÉGNIER, Sat. XII]
J'en sus hier la nouvelle et je n'y pris pas garde [CORN., Hor. I, 3]
Je prends peu garde au bien [ID., Ment. II, 5]
Ne voilà pas de mes mouchards qui prennent garde à ce qu'on fait ? [MOL., l'Avare, I, 3]
Un enfant n'y prenait pas garde de si près [BOSSUET, Var. 7]
L'aise, la joie, l'affluence remplissent l'âme... et mettent à sec, si l'on n'y prend garde, la source de la compassion [ID., Sermons, Exhort. aux nouv. cathol. 2]
Prenez garde, seigneur, vos invincibles mains Ont de monstres sans nombre affranchi les humains ; Mais tout n'est pas détruit, et vous en laissez vivre Un.... [RAC., Phèdre, v, 3]
Je n'aurais pas pris garde à elle, si elle n'avait pas pris garde à moi [MARIVAUX, Pays. parv. 3e part.]
Prendre garde à un sou, à un denier, faire attention aux plus petits articles dans un compte de dépense, et aussi, être très parcimonieux. Prendre garde à, veiller prendre ses précautions.
César, prends garde à toi [CORN., Pomp. IV, 4]
Défions-nous du sort et prenons garde à nous Après le gain d'une bataille [LA FONT., Fabl. VII, 12]
Elliptiquement.
Garde à toi ! c'est-à-dire prends garde à toi ! Sentinelle, garde à toi ! [C. DELAV., Charles VI, v, 1]
Garde à toi ! terme dont le valet de limier se sert pour parler à son chien quand il veut se rabattre. Garde à vous ! commandement militaire signifiant à une troupe de se tenir prête à exécuter le commandement qui va suivre. Prendre garde, avec que et le subjonctif, sans négation, avoir soin que telle chose soit.
Prenez garde, mon fils, que vous entendiez tout ce que vous faites, et de quel côté vous vous tournerez [BOSSUET, Sermons, Charité fratern. Autre conclusion.]
Prendre garde avec que et le subjonctif, et ne, avoir soin que la chose ne soit pas.
On m'a enchargé de prendre garde que personne ne me vît [MOL., G. Dand. I, 2]
Prends garde que jamais l'astre qui nous éclaire Ne te voie en ces lieux mettre un pied téméraire [RAC., Phèdre, IV, 2]
Prendre garde que, avec l'indicatif, remarquer. Prenez garde que l'auteur ne dit pas ce que vous pensez.
Les valets peuvent faire en conscience de certains messages fâcheux, n'avez-vous pas pris garde que c'était seulement en détournant leur intention du mal... ? [PASC., Prov. 7]
Prenez garde que, quand saint Augustin a parlé du moindre degré d'être et de perfection, il ne l'a point considéré en tant que joint aux autres degrés supérieurs [FÉN., t. III, p. 20]
Prendre garde à, et un infinitif construit sans négation, avoir soin de.
Prenez bien garde, vous, à vous déhancher comme il faut et à faire bien des façons [MOL., Imprompt. 3]
Prenez garde à sanctifier l'extérieur par l'intérieur [BOSSUET, Lett. Corn. 431]
Prendre garde à, et un infinitif construit avec une négation, avoir soin de ne pas...
Prenez bien garde au moins à ne lui point parler du diamant que vous lui avez donné [MOL., Bourg. gent. III, 19]
Il faut prendre garde à ne pas se tromper [PASC., Pens. part. II, art. 6]
Qui prennent soigneusement garde à n'offenser personne et du reste ne pensent aux injures qu'on leur fait que pour les pardonner [BOURD., Pensées, t. I, p. 197]
Prenez garde à ne pas confondre les choses [ID., Carême, III, Amour de Dieu, 70]
Je crois même que vous devez prendre garde à ne jamais laisser le vin devenir trop commun dans votre royaume [FÉN., Tél. XI]
Prendre garde de, et un infinitif construit avec une négation, avoir soin de ne pas...
Prends garde de ne t'enfler pas [BOSSUET, Hist. II, 7]
Si vous vous laissez gagner aux soupçons, si vous prenez facilement des ombrages et des défiances, prenez garde pour le moins de ne les porter pas aux oreilles importantes [ID., Sermons, Charité fratern. Autre conclusion]
Prendre garde de, et un infinitif construit sans négation, s'efforcer d'éviter.
Prenez garde de tomber sur la montée [BARON, Coq. et fausse prude, v, 6]
En cet emploi, prendre garde signifie éviter de, craindre de. On peut voir dans l'historique des exemples où garde a ce sens de crainte.
Se donner de garde, se donner garde, se défier, prendre ses précautions.
À l'égard de se donner de garde ou de se donner garde, je crois qu'ils sont également usités ; je préférerais néanmoins le premier avec M. de Vaugelas [VAUGEL., Nouv. Rem. Observ. de M***, p. 281]
Je venais l'avertir de se donner de garde [MOL., l'Ét. IV, 1]
Donnez-vous de garde des faux christs et des faux prophètes [BOSSUET, Hist. II, 9]
Suétone, dans la vie de Néron, dit que l'oracle de Delphes l'avertit qu'il se donnât de garde des soixante-treize ans [FONTEN., Oracles, II, 3]
Avoir soin de ne pas faire, éviter de.
Aussi nous donnerons-nous bien de garde de vous suivre en cela [PASC., Lett. de Nicole au P. Annat.]
L'aventure du miroir et de la dame enflée dont vous vous êtes bien donné de garde de me parler [VISÉ, Devineresse, III, 3]
On sait qu'il [Virgile] ordonna, par son testament, que l'on brûlât son Enéide, dont il n'était point satisfait ; mais on se donna bien de garde d'obéir à sa dernière volonté [VOLT., Ess. poés. ép. 3]
Se donner de garde d'une chose, l'éviter, la fuir.
Donnez-vous de garde de toute avarice [BOSSUET, Sermons, Exhort. aux nouv. cathol. 2]
N'avoir garde de, n'avoir pas la volonté, le pouvoir, être bien éloigné de.
Ils n'avaient garde de loger dans le même palais [CORN., Ex. de Pomp.]
Je n'ai garde à son rang de faire un tel outrage [ID., Nicom. II, 2]
Il n'a garde d'aller avouer cela, ce serait faire tort.... [MOL., Scapin, I, 6]
Ils n'avaient garde de le reconnaître au milieu des flots [FÉN., Tél. VIII]
L'on n'avait garde de changer la récompense éternelle en cette gloire frivole [MASS., Carême, Aum.]
Fig. N'avoir garde de, en parlant des choses, ne pouvoir pas.
Cette pièce fut mon coup d'essai, et elle n'a garde d'être dans les règles, puisque je ne savais pas alors qu'il y en eût [CORN., Mél. Examen.]
Cette permission n'avait garde d'être refusée [HAMILT., Gramm. 9]
Je n'ai garde de commettre cette faute, façon de parler bourgeoise, dit CAILLIÈRES, 1690. On ne voit pas ce qui, même de son temps, a pu décider Caillières à prononcer cet arrêt ; car la locution est employée par les meilleurs écrivains du XVIIe siècle.
Service de surveillance rempli par une personne ou un corps de personnes.
Quatre dames qui sont de garde tour à tour [SÉV., 181]
Garde, se dit aussi du service des pages, des gentilshommes, des valets de pied, etc. qui sont tour à tour de service auprès des rois et des princes. Service alternatif de vingt-quatre heures que font les élèves en médecine, en pharmacie, attachés à un hôpital, pour donner les secours urgents. L'interne de garde.
Service de vingt-quatre heures que fait un petit corps de troupe pour garder ou surveiller. Monter la garde, faire ce service ; descendre la garde, retourner à sa caserne ou chez soi quand il est fini. Officier de garde.
Si mon compère Pierre est de garde aujourd'hui [RÉGNIER, Sat. X]
Fig. et familièrement. Descendre la garde, mourir. Faire descendre la garde, tuer. Il a fait descendre la garde à plusieurs ennemis. Collectivement. Les soldats qui montent la garde. Relever, doubler, changer la garde. La garde montante. La garde descendante.
Maître absolu de tout, il change ici la garde [CORN., Sertor. v, 5]
Corps de garde, certain nombre de soldats placés de garde en un lieu. Corps de garde avancé. Poser, établir un corps de garde. En ce sens, le langage militaire dit aujourd'hui plutôt poste. Corps de garde, lieu où se tiennent les soldats qui montent la garde. Plaisanteries de corps de garde, voy. CORPS n° 16. Absolument. La garde, les soldats ou les officiers de police qui sont postés en un lieu déterminé pour veiller à la sûreté publique.
Et la garde qui veille aux barrières du Louvre N'en défend pas nos rois [de la mort] [MALH., VI, 18]
Point n'est besoin de la garde Qu'appelle en vain le portier [BÉRANG., Bon ménage.]
La garde et les amours Se chamaillaient toujours [ID., Mad. Grég.]
À la garde ! locution elliptique dont on se sert pour appeler la garde dans un moment de danger.
10° Corps de troupes affecté au service près du souverain. Garde royale, impériale. L'artillerie de la garde. La cavalerie de la garde. Les grenadiers de la garde.
Seule contre un tyran, en le faisant périr Par les mains de sa garde il me fallait mourir [CORN., Cinna, III, 4]
Déjà sa garde accourt avec des cris de rage [VOLT., Mérope, v, 6]
Il [Louis XI] fit, cette année, quelques nouveaux arrangements dans sa maison ; il augmenta sa garde de cent archers, sous le commandement de Jean Blosset ; c'est le premier établissement des compagnies françaises des gardes du corps [DUCLOS, Hist. de Louis XI, Œuvres, t. III, p. 28]
Il dicta le bulletin de cette journée [bataille de la Moskowa] ; il se plut à apprendre à l'Europe que ni lui ni sa garde n'avaient été exposés [SÉGUR, Hist. de Nap. VII, 12]
Encore n'était-ce que de sa garde, qu'il s'occupait ainsi ; dans l'armée, les soldats se plaignaient de son absence ; ils ne le voyaient plus qu'aux jours des combats, quand il fallait mourir, jamais pour les faire vivre [ID., ib. I, 2]
Leurs généraux les repoussaient inutilement ; ils se laissaient frapper sans se plaindre, sans se révolter, mais sans s'arrêter, même ceux des gardes royale et impériale ; car, dans toute l'armée, c'était, chaque nuit, des scènes pareilles [ID., ib. IX, 13]
Vieille garde, moyenne garde, jeune garde, différents corps qui faisaient partie de la garde de Napoléon 1er.
En cheminant ainsi, il appela Mortier et lui ordonna de faire enfin avancer la jeune garde, mais surtout de ne point dépasser le nouveau ravin qui séparait de l'ennemi [SÉGUR, Hist. de Nap. VII, 11]
Il a fallu qu'ils [les soldats revenant de Moscou] attendissent [devant Smolensk] l'arrivée de la première troupe encore commandée et en ordre, c'était la vieille et la jeune garde ; les hommes débandés n'entrèrent qu'à la suite [ID., ib. IX, 14]
Garde constitutionnelle, garde qui fut accordée à Louis XVI par l'assemblée législative, et qui devait être de 1800 hommes.
11° Grand'garde, corps de cavalerie placé à la tête d'un camp pour empêcher que l'armée ne soit surprise. Il se dit aussi du corps de garde principal d'une place forte ou d'un camp. Garde avancée (dite aussi autrefois garde folle), corps que l'on met au delà de la grand'garde pour plus de sûreté.
La garde avancée n'était qu'à la portée du canon de celle des ennemis [HAMILT., Gramm. 5]
12° Garde nationale, citoyens armés pour le maintien de l'ordre, et ne recevant point de solde. Garde bourgeoise, garde urbaine, garde civique, se dit quelquefois pour garde nationale. Garde municipale, troupe sédentaire chargée d'un service de police ; on l'appelle municipale, parce qu'elle est à la solde et aux ordres d'une ville. Garde départementale, corps d'infanterie établi, durant le premier empire, dans chaque département.
13° Garde d'honneur, troupe choisie pour escorter des personnages auxquels on rend des honneurs militaires. Il se dit aussi d'une réunion de citoyens qui, volontairement, servent de gardes à un souverain, à un prince, etc. pendant son séjour dans la ville ou le pays. Garde d'honneur, s'est dit d'une levée qui se fit en 1813 et 1814 de jeunes gens de bonne famille qui s'étaient rachetés une ou plusieurs fois de la conscription et qui furent formés en corps de cavalerie.
14° La partie d'une épée, d'un sabre ou d'un poignard qui sert à couvrir la main.
Son épée dont la garde était d'or [FÉN., Tél. XVI]
Les gardes d'épées et sabres seront marquées et contre-marquées aux branches et plaques [, Règlement orfév. 30 déc. 1679]
À ces mots, il tourna la pointe de son épée contre son estomac, la plongea jusqu'à la garde, et tomba sur le corps de don Juan [LESAGE, Diabl. boît. 15]
Monter une garde, établir la garde d'une épée telle qu'elle doit être ; fig. et familièrement, monter une garde à quelqu'un, le réprimander vivement. Telle est du moins l'explication que l'Académie donne de cette locution singulière. On a dit au pluriel les gardes d'une épée ; de là la locution familière et figurée : s'en donner jusqu'aux gardes, boire et manger tout son soûl, et, en général, prendre d'un plaisir sans réserve ni modération.
Je boirai, je pétunerai [je prendrai du tabac], Jusqu'aux gardes m'en donnerai [SCARRON, Virg. V]
La Rappinière but tant qu'il s'enivra, et la Rancune s'en donna aussi jusqu'aux gardes [ID., Rom. com. I, 4]
15° Terme d'escrime. La garde, l'attitude du bras quand on tient l'épée pour le combat. La garde haute, basse, tenir le poignet haut, bas. Se mettre, se tenir en garde, se mettre, se tenir en état de défense l'épée à la main. Elliptiquement. En garde ! Mettez-vous en garde.
Une, deux ! un saut en arrière ! en garde, monsieur, en garde ! [MOL., B. gent. II, 3]
Fig. Se tenir, être en garde, se défier, veiller à n'être point surpris.
Moins en garde contre elle que contre Rochester [HAMILT., Gramm. 9]
Je redeviens homme, et homme en garde contre les plaisirs [FÉN., Dial. des morts anc. dial. 6]
Soyez en garde contre votre humeur [ID., Tél. XXIV]
Une persécution contre laquelle on n'est point en garde [MASS., Avent, Épiph.]
Nous devons être en garde contre notre cœur [ID., Panég. Mart.]
On est en garde, on doute enfin si l'on rira [GRESSET, Méchant, IV, 7]
Fig. Être hors de garde, être déconcerté dans ses mesures.
Tu vas sortir de garde et perdre tes mesures ; Explique, si tu peux, encor ses impostures [CORN., Ment. III, 3]
Léandre pour nous nuire est hors de garde enfin [MOL., l'Ét. III, 5]
Vous le pourrez longtemps mettre encor hors de garde [TH. CORN., Feint astrol. II, 5]
Il y a quatre gardes générales de l'épée : la prime ou première garde ; la seconde garde, improprement appelée tierce par quelques-uns ; la tierce ou la troisième garde ; et la quarte ou la quatrième garde ; de là la locution figurée : être, se mettre, se tenir sur ses gardes, c'est-à-dire faire attention à ne pas se laisser surprendre.
Nous avons besoin de nous tenir sur nos gardes [SÉV., 501]
Il se tiendra sur ses gardes assurément [MOL., Fourb. de Scap. II, 9]
La vedette se mit sur ses gardes [HAMILT., Gramm. 5]
Il faut en ce pays être un peu sur ses gardes [REGNARD, Ménechmes, II, 2]
L'Académie a placé cette locution sous la rubrique de surveillance, dans l'article. Mais les gardes de l'escrime montrent ce qu'est véritablement cette locution. Pourtant il faut remarquer qu'elle est déjà dans Froissart ; et sans doute dès lors l'escrime avait ses gardes.
16° Terme de jeu de cartes. Petite carte de même couleur qu'un roi ou une carte principale, et qui protège ce roi, cette carte principale. Fig. et familièrement. Avoir toujours garde à carreau, être toujours prêt à se défendre, à riposter.
17° S. f. pl. Terme de serrurier. Petites pointes de fer qui entrent dans les fentes du panneton d'une clef, et qui empêchent la clef de tourner, lorsqu'on y fait le moindre changement.
J'aurais peut-être le temps de changer ce qu'il a imité ; je ferais comme les gens qu'on a volés, qui changent les gardes de la serrure [VOLT., Lett. Thiriot, 25 déc. 1735]
Gardes d'une clef, les entailles du panneton dans lesquelles passent les garnitures de la serrure.
18° Terme de librairie. Feuillet que l'on met au commencement et à la fin d'un livre.
Il est tout à fait désagréable de voir près d'un titre roux une garde extrêmement blanche ; il est essentiel que la teinte des gardes s'accorde avec le papier du livre [LESNÉ, la Reliure, p. 146]
19° Terme de reliure. Bande de parchemin entaillée elle-même par petites bandes qui doivent être collées dans les entre-nerfs.
Pour les livres un peu soignés on met de chaque côté de la battée une garde ou chemise, [, Manuel du relieur, p. 55]
Fausse garde, synonyme d'onglet.
20° Garde, se dit des anneaux qui soutiennent un peson, une romaine. Garde faible, celle qui est la plus éloignée du centre de la balance ; garde forte, celle qui en est la plus proche.
21° Terme de rubanier. Bande de papier qui tient le peigne fixé dans le battant.
22° Terme de marine. Planche clouée sur deux pièces de bois pour les relier momentanément. Espèce de jumelle que l'on applique sur une pièce qui a éclaté, afin de la consolider. Gardes ou palans de garde, les deux palans qui servent à maintenir la corne d'artimon. Garde montante, nom donné par les pilotes de la Seine à l'aussière de terre qui soutient le bâtiment contre la marée.
23° Au pluriel. Morceaux de bois placés aux deux bouts des peignes du tisserand pour en assujettir les broches. Terme de verrier. Morceaux de verre que l'on place dans le poêle pour faire connaître le moment de la calcination. Terme de vénerie. Gardes, les os de derrière ou ergots des jambes d'une bête fauve, cerf, sanglier, etc. près des pieds.

REMARQUE

  • Entre les locutions se donner garde et se donner de garde, la première est la plus ancienne, et se trouve dès le XIIe siècle ; elle est claire et s'entend de soi : se donner garde, c'est donner à soi garde, attention, surveillance pour quelque chose. La seconde, plus récente, se trouve dans Froissart, et ne s'explique pas facilement. On peut croire pourtant qu'elle est née d'un changement de l'idée sur se donner : se donner garde, c'est donner à soi garde ; se donner de garde, c'est donner soi avec garde ; de garde doit signifier avec garde, comme du front signifie avec le front dans donner du front contre quelque chose. On écrira sans difficulté : ils, elles se sont donné garde. Mais comment écrira-t-on avec de garde ? Les grammairiens ne disent rien là-dessus. Si l'explication que nous venons de proposer est juste, il faut écrire : ils se sont donnés, elles se sont données de garde. En tout cas, l'orthographe : ils se sont donné de garde, se résout en : ils ont donné à soi de garde ; ce qui ne signifie rien. Voyez aussi à FRONT n° 1 : se donner du front contre quelque chose, qui soulève la même question.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Dient Franceis : il nous i convient garde [, Ch. de Rol. XII]
  • XIIe s.
    Quant moins se donent garde cil qui sont au crenel [, Sax. IX]
    Prist guarde à Habraam, à qui Deus comanda Que de sa terre eissit, e li bers s'en ala, Guerpi ses conissanz.... [, Th. le mart. 65]
    E mist ses guardes en Damasches, si qu'il de Syrie rechut [reçut] servise e treud [tribut] [, Rois, p. 147]
  • XIIIe s.
    Cele porte, où li Grieu issoient plus sovent, ot [eut] Pieres de Braiecuel en garde [VILLEH., LXXVI]
    Li pelerin ne vous assaudront mie ; ne d'eus n'avez vous garde, se vous volez deffendre des Veniciens [ID., XLVII]
    Or soit Dix et li siens Garde des deus loiaus amans [, Bl. et Jeh. 3366]
    Nus serreuriers ne puet vendre à Paris serreure neuve, se ele n'est garnie de toutes gardes, quar ele est fause [, Liv. des mét. 51]
    Ains t'aura mes peres en garde, Et norrira nous deux ensemble [, la Rose, 5850]
    Bestes qui sont prises à garde fete, en damaces, si comme en taillis ou en vignes, el tans qu'eles sont deffendues.... [BEAUMANOIR, XXX, 57]
    Toutes les foiz que la royne s'escrioit, il disoit : dame, n'aiés garde [crainte], car je suis ci [JOINV., 252]
    Et sachiez que, se il se feussent pris garde de nous, il nous eussent tous mors [tués] [ID., 227]
    Mauvaise convoitise li feroit faire la garde dou loup [trahir ses devoirs de tuteur] [, Ass. de Jérusal. p. 123, dans LACURNE]
  • XIVe s.
    Sur vos gardes soiez et main [matin] et anuitier [, Guesclin. 21958]
    La dame de Lalande comme garde [tutrice] de ses enfans [DU CANGE, warda.]
  • XVe s.
    Et fit reparer la ville et la forteresse tellement qu'elle n'avoit garde d'assaut que on y fit, sur un mois ou deux [FROISS., I, I, 222]
    Le sire de Montmorency qui bien se donna de garde de ce tour.... [ID., I, I, 140]
    [Le roi d'Angleterre, qui vouloit d'abord faire mourir messire Hervey, lui accorde la liberté à rançon] le chevalier en eut grand joie quand il entendit qu'il n'auroit garde de mourir [ID., I, I, 214]
    Aussi la guete du chastel ouït la frainte et l'aperçut de sa garde : si fut tout esbahi, et commença à sonner et à corner de sa bucine [ID., I, I, 79]
    Aimery, viens avant, tu sais que je t'ai donné en garde la chose du monde que plus aime après ma femme et mes enfans.... [ID., I, I, 326]
    Dites à vos gens qu'ils soient tousjours nuit et jour pourvus et sur leurs gardes [ID., II, II, 53]
    Pour avoir fait ou [au] guischet de la porte une clef, abillé les gardes.... [, Bibl. des chartes, 3e série, t. IV, p. 389]
    Il y crut competemment de blez qui furent bons et de garde [J. DE TROYES, Chron. 1460]
    Le suppliant se transporta en une garde ou mestoierie [métairie] [DU CANGE, garda.]
    Je n'avois garde de rien conclure, car on ne me disoit rien [COMM., VIII, 7]
    La gente demoiselle se donnoit garde [regardait] souvent se son ami viendroit point [LOUIS XI, Nouv. LXI]
  • XVIe s.
    La resolution du conseil feut que, en tout evenement, ilz se tiendroient sur leurs gardes [RAB., Pant. IV, 37]
    Il la cherissoit plus que de coutume et prenoit plus près garde sur elle [MARG., Nouv. X]
    Quand je me prends garde de prez aux plus glorieux exploits de la guerre [MONT., I, 132]
    L'aultre desdaigne d'en haster son pas et se mettre sur sa garde [ID., II, 105]
    On me feit monter sur un cheval qui n'avoit garde de leur eschapper [ID., IV, 229]
    L'histoire est la plus seure garde que les hommes puissent laisser de leurs faicts en ce monde [AMYOT, Préf. 27]
    Il se jetta hors de son camp sans avoir autour de sa personne une seule garde ny un seul escuyer [ID., Lucull. 31]
    Laissant Sornatius avec six mille combatans, à la garde du royaume de Pont [ID., ib. 43]
    Les chefs et soldats de ses gardes, au lieu de gardes estoient geoliers [D'AUB., Hist. Préf. 7]
    S'estant avancé à cafourchons sur les gardes du pont [ID., ib. I, 336]
    L'autre mit l'espée jusques aux gardes dans le ventre de son prisonnier [ID., ib. 169]
    Les gardes se posoient par tout tambour battant [ID., ib. II, 234]
    Il trouva le corps de garde esmeu pource que.... [ID., ib. II, 440]
    Les autres, fermans le corps de garde, s'y deffendoient [D'AUB., ib. III, 317]
    La chose precieuse est de mauvaise garde [difficile à garder] [RONS., 249]
    Pere et mere, ayol et ayolle ont garde des enfans soubz aage [, Grand coust. de France, liv. II, p. 345, dans LACURNE]
    Les vassaux qui doivent gardes de leurs corps les doivent faire quand elles leur sont commandées [, Coust. génér. t. II, p. 546]
    Les plus ciairs voyans qui cognoissoient le naturel de la royne se doutoient bien de quelque garde de dedans [rancune] [BRANT., Dames illustres, p. 252, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. GARDER ; bourguign. gade ; picard. warde ; wallon, wâd ; provenc. garda, guarda ; espagn. et portug. guarda ; ital. guardia.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. GARDE.
    15° Ajoutez :
  • Garde meurtrière, voy. MEURTRIER.
  • 24° Terme juridique. Garde à vue de bétail, action de celui qui fait paître, en les gardant, ses propres bestiaux dans le champ d'autrui.
    Le garçon boucher a déjà été condamné autrefois pour garde à vue de bestiaux [, Gaz. des Trib. 11 juin 1874, p. 557, 1re col.]

    REMARQUE

      Ajoutez :
    • 2. Au n° 5, deux emplois de prendre garde de et un infinitif sont inscrits : prendre garde de ne pas..., avoir soin de ne pas ; et prendre garde de, sans négation à l'infinitif suivant, s'efforcer d'éviter. Il y a lieu d'ajouter un troisième emploi :
      Il faut prendre garde d'éviter l'équivoque, [BOSSUET, Projet.]
      Ici, prendre garde signifie veiller à. En présence de ces variétés d'emplois, quand on se servira de prendre garde de, il faudra bien vérifier si le contexte détermine exactement le sens.
    • 3. On trouve avoir garde de, dans le sens de n'avoir garde de (voy. GARDE, n° 7).
      Quand nous le rencontrions ainsi absorbé [Gérard de Nerval], nous avions garde de l'aborder brusquement, de peur de le faire tomber du haut de son rêve comme un somnambule qu'on réveillerait en sursaut,... [TH. GAUTIER, le Bien public, 21 avril 1872]
      Cette locution, peu usitée, n'est pas incorrecte ; car garde y a le sens qu'il a dans certains emplois de prendre garde.

GARDE2

(gar-d') s. m.
Celui que l'on charge de garder, de surveiller une personne. Il n'est pas prisonnier, mais il a des gardes.
Au lieu d'être en prison, je n'ai pas même un garde [CORN., Héracl. v, 5]
Homme armé faisant partie de la garde d'un roi, d'un prince, d'un gouverneur, d'un officier général, etc.
Nous saisissons la porte et les gardes se rendent [CORN., Héracl. v, 7]
Les Écossais, à qui il [Charles 1er] se donne, le livrent aux parlementaires anglais ; et les gardes fidèles de nos rois trahissent le leur [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Vous n'avez jusqu'ici de gardes que les miens [RAC., Phèdre, v, 1]
Ses gardes affligés Imitaient son silence autour de lui rangés [ID., ib. v, 6]
Holà ! gardes, qu'on le saisisse [ID., Mithr. III, 1 et 2]
Il a séduit ses gardes les premiers [ID., ib. IV, 6]
Il était dans les gardes du cardinal de Richelieu (car ce prêtre, ainsi que le Mazarin, avait des gardes) [VOLT., l'Ingénu, 19]
Le jour parut alors, montrant d'un côté les bataillons et les batteries russes qui, de trois côtés, devant, à droite et derrière nous, bordaient l'horizon ; et de l'autre, Napoléon et ses six mille gardes s'avançant d'un pas ferme et s'allant placer au milieu de cette terrible enceinte [SÉGUR, Hist. de Nap. x, 5]
Fig. Gardes de Jupiter, ancien nom de ses satellites. Terme de marine. Les gardes, nom donné à trois étoiles voisines de l'étoile polaire, dont la situation, par rapport à cette étoile, sert pendant la nuit à prendre la hauteur du pôle arctique.
Garde royal, garde impérial, soldat de la garde royale, de la garde impériale. Des gardes royaux, des gardes impériaux. Garde municipal, un soldat de la garde municipale. Gardes municipaux. Garde national, citoyen qui fait partie de la garde nationale. Les gardes nationaux. Génin, Récréations, t. II, p. 87, remarque qu'il faudrait dire un garde nationale, des garde nationale ; comme on dit un garde française, des garde française ; c'est-à-dire un de la garde nationale, des de la garde nationale. C'est là en effet la construction logique et la première qui s'est présentée, comme on le voit pour garde française ; mais depuis, partout ailleurs, l'oreille et l'assimilation l'ont emporté. Un garde d'honneur, un soldat appartenant à la garde d'honneur.
Gardes du corps, nom d'une troupe de cavalerie qui, sous l'ancienne monarchie, était composée de gentilshommes, et, sous la Restauration, de militaires ayant le grade d'officiers, et qui gardait la personne du roi. Un garde du corps. Capitaine des gardes du corps, ou, simplement, des gardes. Fig.
Le bon roi Évandre n'ayant pour gardes du corps que deux chiens, qui servaient encore à garder la porte de sa maison [BERN. DE ST-P., Arcadie]
Les cent gardes, troupe instituée par l'empereur Napoléon III, et qui monte la garde dans le palais. Au singulier, un cent-gardes, un homme faisant partie de cette garde. Autrefois, gardes de la porte, ceux qui montaient la garde aux portes de l'intérieur du palais où était le roi pendant le jour. Gardes de la manche, gardes du corps qui, en certaines occasions, étaient debout aux deux côtés du roi, armés de pertuisanes, et dont la fonction était d'assister à la messe du roi, de le garder à vue durant l'office, et de faire mettre à genoux aux temps voulus.
Le régiment des gardes, régiment d'infanterie française destiné à garder les avenues des lieux où le roi était logé.
Le régiment des gardes ne fut formé que par Charles IX [VOLT., Mœurs, 170]
Absolument. Les gardes, ou, au féminin, les gardes françaises, le régiment susdit. Capitaine aux gardes, lieutenant aux gardes, enseigne aux gardes, sergent aux gardes, soldat aux gardes, capitaine, lieutenant, etc. dans les gardes françaises ; au lieu que capitaine des gardes signifiait capitaine des gardes du corps. Garde est masculin : un garde du roi ; mais, quand on parlait du corps entier des gardes, l'usage avait fait ce substantif féminin : les gardes françaises, les gardes écossaises. Au masculin, un garde française, un soldat des gardes françaises. Le régiment des gardes suisses, ou, absolument, les gardes suisses, régiment d'infanterie suisse qui faisait le même service que le régiment des gardes françaises.
Anciennement. Gardes de la marine, ou gardes-marine (marine, on le remarquera, s'écrit sans s), jeunes gentilshommes nommés par le roi pour la garde de l'amiral et pour s'instruire dans le service de la mer. Ce jeune garde-marine est devenu enseigne de vaisseau.
Prendre du sexe et l'habit et la mine, Devant les yeux de vingt gardes-marine [VOLT., Prude, I, 1]
Ce fut dans ce voyage que, M. de Roquefeuille lui ayant présenté son fils, en le priant de l'admettre parmi les gardes-marine : Je me charge de lui, dit le ministre, et je compte le faire un jour vice-amiral [CONDORCET, Maurepas.]
Gardes-marine est une abréviation pour gardes de marine ; c'est pour cela qu'on met le pluriel à gardes. Gardes de l'étendard, jeunes gens qui étaient dans le corps des galères ce que les gardes de la marine étaient dans le corps de la marine. Gardes maritimes, se dit des garde-pêche.
Employé chargé de la garde de certains dépôts. Garde des meubles de la couronne.
Les gardes de la bibliothèque de Genève [VOLT., Hist. de Russie, I, 7]
La charge de bibliothécaire du roi, telle qu'elle est aujourd'hui et que l'abbé Bignon la possédait, comprend celle de maître de librairie et celle d'intendant ou garde du cabinet des livres manuscrits, médailles et raretés antiques et modernes, et garde de la bibliothèque du roi [MAIRAN, Éloge de l'abbé Bignon.]
Garde général des archives, employé supérieur qui est à la tête du dépôt des archives de l'empire.
Garde des sceaux, le ministre de la justice, celui auquel sont confiés les sceaux de l'État.
Croiriez-vous bien que M. le garde des sceaux me persécute pour ce malheureux Temple du goût, comme on aurait poursuivi Calvin pour avoir abattu une partie du trône du pape ? [VOLT., Lett. Thiriot, 24 juill. 1733]
Jupin.... Ta cour de justice éternelle A-t-elle eu ses gardes des sceaux ? [BÉRANG., Bluets.]
On a dit dans un sens analogue : garde des sceaux de la chancellerie de telle cour.
Garde champêtre, agent préposé à la garde des propriétés rurales. Garde forestier et garde des bois, agent préposé à la conservation des forêts.
10° Garde de commerce, officier subalterne qui est chargé de mettre à exécution les contraintes par corps.
11° Garde d'artillerie, garde du génie, sous-officiers d'état-major, chargés de la conservation du matériel de l'artillerie ou du génie.
12° Gardes de santé, préposés chargés de veiller à l'observation des lois et ordonnances sur la police sanitaire.
13° Autrefois, gardes des métiers, maîtres et gardes, ceux qui, élus dans les corps de métiers, avaient soin que rien ne se fît contre les règlements. Gardes des monnaies, premiers juges des monnaies, dont les appellations ressortissaient aux cours des monnaies. Gardes des priviléges des universités, juges qui étaient spécialement chargés de la conservation des droits et priviléges d'une université.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Trestout manois [tout aussitôt] as gardes [ils] sont livré [, Ronc. p. 188]
    Et les gardes [du champ clos] i courent, la bataille est finée [, ib. p. 196]
  • XIIIe s.
    Nul n'est contrains à penre bail ne estre garde [tuteur] d'enfans ne estre hoirs de nului, s'il ne li plest [BEAUMANOIR, XV, 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. GARDER.

GARDE3

(gar-d') s. f.
Femme dont la profession est de garder et de soigner les malades.
Si j'étais votre garde pendant votre couche [SÉV., 96]
Par extension.
Votre bon cœur vous rend la garde de tous ceux que vous aimez [SÉV., 588]
On dit aussi garde-malade (voy. ce mot).

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. GARDER.

garde

GARDE. n. f. Action ou charge de protéger, de conserver, de défendre, de soigner, de surveiller quelqu'un ou quelque chose. Il m'a confié la garde de sa maison. Il confia ses enfants à la garde d'un vieux serviteur. À la garde de Dieu! Dieu vous ait en sa garde, en sa sainte garde. Avoir la garde d'une bibliothèque, d'un magasin. Avoir la garde d'un poste. Ce corps de troupes est chargé de la garde des frontières. Avoir, prendre, recevoir des bijoux, des valeurs en garde. Avoir, prendre quelqu'un sous sa garde. Donner des fourrures en garde.

Mettre quelqu'un sous bonne garde, Le remettre à des gens qui se chargent de le garder, qui en répondent.

Être de bonne garde, ou simplement Être de garde, se dit du Vin, des fruits, etc., qui se conservent longtemps sans se gâter. Ces fruits, ces vins sont de garde, de bonne garde, ne sont pas de garde. On dit, dans le sens contraire, Ces fruits, ces vins sont de mauvaise garde, de difficile garde.

Il se dit, par extension, d'un Corps de troupes spécialement chargé de garder, de défendre un souverain, un prince, plus généralement, d'un Corps d'élite. Ce prince était entouré de sa garde. Garde royale. Garde impériale. Vieille garde. Jeune garde. Un officier, un soldat de la garde royale. Absolument, Les régiments de la garde. Il est entré dans la garde. Le général fit donner la garde.

Garde d'honneur, Troupe affectée à un personnage éminent, auquel on rend les honneurs militaires pendant son séjour dans une ville, dans un pays. On donna au prince, à la princesse une garde d'honneur.

Garde nationale s'est dit d'une Troupe non soldée, composée le plus souvent d'éléments civils, ayant pour devoir de maintenir l'ordre et de contribuer à la défense intérieure du pays. La garde nationale de Paris, de Rouen. Officier de la garde nationale.

Garde nationale mobile, ou par ellipse Garde mobile, s'est dit, sous le régime de la loi militaire de 1868, d'Une partie de la classe laissée dans ses foyers à l'époque du recrutement, mais soumise au service militaire en temps de guerre.

Garde municipale, Troupe sédentaire et soldée, chargée d'assurer l'ordre dans certaines villes. Garde municipale à pied, à cheval.

Garde municipale ou Garde républicaine, Corps de troupes d'élite, d'infanterie et de cavalerie, chargé d'assurer l'ordre et aussi de figurer dans certaines cérémonies d'apparat.

GARDE signifie aussi Guet, action par laquelle on observe ce qui se passe, afin de n'être point surpris, de prévenir quelque danger, etc. Faire la garde. Faire bonne garde, mauvaise garde.

Il se dit surtout, en termes militaires, du Service d'observateur et de sentinelle accompli par des soldats. Être de garde. Monter la garde. Officier de garde.

Il se disait de Certains services de présence auprès du souverain. Ce page était de garde. Par extension, il se dit aujourd'hui de Toutes les personnes qui accomplissent, par roulement, un service régulier. L'interne de garde. L'infirmière de garde.

Ce chien est de bonne garde, Il garde bien, il avertit bien.

Ces filles sont de garde difficile, Elles ont besoin d'une grande surveillance.

Prendre garde, Faire attention à quelqu'un, à quelque chose. Je n'aurais pas pris garde à lui, s'il ne m'eût adressé la parole. On m'annonça hier cette nouvelle, mais je n'y pris pas garde. Il signifie aussi Avoir l'attention éveillée sur quelque danger, se précautionner contre lui, en garantir quelqu'un qui y est exposé. Prenez garde qu'on ne vous trompe, qu'on ne vous surprenne. Prenez garde que personne ne vous voie. Prenez garde à cette clause de votre contrat. Prenez garde de tomber. Prenez garde à ne pas trop vous engager. Prenez garde à vous. Prenez garde à cet enfant. Prenez garde, vous allez tout renverser.

Elliptiquement, Garde à vous se dit, en termes militaires, pour Prenez garde à vous, faites attention.

Se donner de garde, ou plus souvent Se donner garde de, signifie Se défier, se précautionner, éviter. Donnez-vous garde qu'on ne vous attaque. Donnez-vous garde de cet homme. Donnez-vous garde de toucher à cela.

N'avoir garde de faire une chose, N'avoir pas la volonté ou le pouvoir de la faire, en être bien éloigné. Il n'a garde de tromper, il est trop honnête homme.

N'avoir garde de, dans le sens de Ne pouvoir pas, se dit quelquefois des Choses. Cette pièce, coup d'essai d'un poète ignorant, n'avait garde d'être dans les règles. Cette permission n'avait garde de lui être refusée.

Il se dit également des Soldats qui montent la garde. La garde des portes. Relever la garde. Renforcer la garde. Doubler la garde. Changer la garde. La garde montante. La garde descendante. On alla chercher la garde. Appeler la garde.

Corps de garde. Voyez CORPS.

Grand-garde, Corps de troupes placé en avant d'une formation plus importante, pour empêcher que celle-ci ne soit surprise.

Avant-garde. Arrière-garde. Voyez ces mots à leur ordre alphabétique.

Flanc-garde, Corps de troupes placé sur le flanc d'effectifs plus importants, pour les protéger.

En termes d'Escrime, il se dit d'une Manière de tenir le corps et l'épée ou le fleuret, telle que l'on soit à couvert de l'épée ou du fleuret de son adversaire, et que l'on puisse aisément le frapper ou lui porter une botte. La garde haute. La garde basse. La garde sur le pied gauche. Se mettre en garde. Se tenir en garde. Être en garde. Être hors de garde.

Elliptiquement, En garde! Mettez-vous en garde.

Se mettre en garde, se tenir en garde, être en garde signifie aussi, figurément, Se défier; faire attention à ne pas être surpris. Être en garde, se mettre en garde contre la séduction.

Être sur ses gardes, se mettre, se tenir sur ses gardes, se dit de Celui qui fait attention à ne pas se laisser surprendre, qui se tient prêt à empêcher qu'on ne prenne sur lui quelque avantage, qu'on ne lui fasse quelque tort.

GARDE désigne encore la Partie d'une épée, d'un sabre ou d'un poignard, et qui sert à couvrir la main. Une garde d'épée. La garde d'un sabre, d'un poignard. Garde à coquille. Fausser la garde. Enfoncer l'épée jusqu'à la garde.

Fig. et fam., S'en donner jusqu'à la garde, Prendre de quelque chose avec excès.

En termes de jeux de Cartes, il désigne Une ou plusieurs basses cartes de la même couleur que la garde principale qu'on veut garder. Un bon joueur conserve toujours des gardes.

Fig. et fam., Avoir garde à carreau, Être prêt à répondre à toute objection, à parer à tout événement.

Au pluriel, il se dit, en termes de Serrurerie, de la Garniture qui se met dans une serrure, pour empêcher que toutes sortes de clefs ne l'ouvrent. Il faut changer les gardes de la serrure, on a perdu la clef.

Il se dit, en termes de Librairie, d'un Feuillet blanc que l'on met au commencement et à la fin d'un livre. Feuille de garde.

garde

GARDE. n. m. Gardien, surveillant, conservateur. Quand il est immédiatement suivi du nom qui désigne ce qui est donné en garde, on le joint à ce nom par un trait d'union.

Garde des sceaux. Le ministre auquel sont confiés les sceaux de l'État et l'administration de la Justice.

Garde champêtre, Agent préposé à la garde des récoltes et des propriétés rurales de toute espèce. Le garde champêtre dressa procès-verbal.

Garde forestier, Agent préposé à la conservation des forêts. Garde général, Agent de l'administration, des forêts, qui a grade d'officier et autorité sur les gardes forestiers.

Garde-vente ou Facteur, Celui qu'un marchand de bois prépose à la garde et à l'exploitation des bois dont il s'est rendu adjudicataire. Des gardes-vente.

Garde-chasse, Celui qui est commis pour veiller à la conservation du gibier dans une terre, dans un parc, etc. Des gardes-chasse.

Garde-pêche. Celui qui est chargé de veiller à l'exécution des ordonnances sur la police des fleuves, des rivières, etc., en ce qui concerne la pêche et la navigation. Des gardes- pêche.

Garde-barrière, Agent préposé à la garde d'une barrière, établie à l'intersection d'une voie ferrée et d'un chemin ordinaire. Des gardes-barrière.

Garde-côte. Bâtiment armé pour surveiller, garder, défendre les côtes. Adjectivement, Vaisseau garde-côte. Des garde-côtes.

Garde-magasin, Employé chargé de garder les locaux et les marchandises ou objets qu'ils contiennent. Des gardes-magasin.

Garde-malades se dit de Celui, de celle dont la profession est de garder et de soigner les malades. On dit aussi et plutôt Infirmier infirmière. Toutefois on dit toujours Une garde pour désigner l'Assistante d'une accouchée. Des gardes-malades.

Comme nom masculin, il se dit encore de Ceux que l'on charge de garder, de surveiller une personne qu'on ne veut pas laisser échapper. Ce prisonnier a trompé la surveillance de ses gardes : il s'est évadé.

Garde-chiourme, Surveillant de ce que l'on appelait autrefois la chiourme, les galériens. Il s'emploie aujourd'hui figurément pour désigner Quelqu'un dont la surveillance est étroite et brutale. Des gardes-chiourme.

Il se dit encore de Celui qui fait partie de la garde d'un roi, d'un prince, d'un gouverneur. Il n'avait avec lui qu'un de ses gardes. Il appela ses gardes.

Gardes du corps, Ceux qui gardaient la personne du roi. Capitaine, lieutenant des gardes du corps, ou simplement des gardes Il se dit figurément et par ironie d'une Personne qu'on voit en accompagner toujours une autre.

Le régiment des gardes s'est dit d'un Régiment d'infanterie française destiné à garder les avenues des lieux ou le roi était logé. On disait aussi absolument Les gardes ou les gardes françaises. On disait aussi Un garde française.

Le régiment des gardes suisses, ou absolument Les gardes suisses, Régiment d'infanterie suisse qui faisait le même service que le régiment des gardes françaises A Rome, Garde-noble, Garde suisse, Garde palatine, Corps d'officiers ou de soldats au service du Pape. Ces mots s'emploient au singulier pour désigner Ceux qui en font partie.

Cent-gardes, sous le Second Empire, Corps chargé de la garde personnelle du souverain. Un cent-garde.

Garde municipal, Garde républicain. Voyez l'article GARDE qui précède.

Garde national, Citoyen qui fait partie de la garde nationale. Des gardes nationaux. On dit, dans un sens analogue, en certains pays étrangers, Garde civique.

garde

Garde, f. penac. C'est ores reservation de quelque chose pour en user en temps propre, Asseruatio. Selon ce on dit ce fruit n'est pas de garde: ores protection, comme cela m'est baillé en garde, c'est à dire, pour le conserver et defendre contre tous, selon ce on dit garde noble, et garde bourgeoise; et garde de celuy qui a aucune desdictes gardes de mineurs. et par comparaison sauvegarde, pour les archers qui sont autour d'un Prince pour sa garde. Selon ce on dit la garde du Roy. Satellites Regis, ou Regij. Liu. lib. 23. Et la garde d'un Roy, ou autre Prince, c'est les archers qui le suivent ordinairement pour l'emparer, ores que le Latin dit, Custodia. Comme, Il est en la garde d'un huissier, c'est à dire, en prison courtoise: ores soing et vigilance sur quelque chose, Obseruatio. Comme, Je prendray garde sur ce qu'il fera, Obseruabo, quid ille facturus sit.

Archers de la garde du corps, Custodes corporis. Liu. lib. 23.

Mon garde corps, Corporis custos. ex Liu. lib. 23.

La garde du corps du Roy, Capitaine, ou autre personne, Stipatores, Excubitores.

La garde du corps d'un Capitaine, ou autre personne, Latrones, Milites conducti.

Recevoir aucun en sa garde, In fidem accipere. Gell. lib. 20. c. 1.

Mettre gardes aux portes, Custodes ad portas ponere. Liu. lib. 22.

Soldats envoyez pour la garde de la ville, Milites missi, vt vrbi praesidio sint. Liu. ibid.

Qui a la garde de quelque lieu, Tutelarius.

Garde ou fermier des ports, Portitor.

Garde et sergent des forests, Saltuarius.

Commis en la place d'une garde, Subcustos.

Laissé pour garde, Custos relictus.

La garde et entretenement de la societé des hommes, provenant de justice, Custodia iustitiae.

Celuy qui garde et enseigne autruy qu'il ne soit trompé, Cautor.

Qu'on ne garde plus, Obseruatio absumpta.

Avoir la garde et tuition de quelque gens, ou de quelque lieu, Praesidere.

Bailler garde, Custodem addere.

Bailler garde à quelque criminel, Asseruare reum hominem custodiis. Bud.

Mettre garde à quelqu'un, Asseruare custodiis.

Qui a quelque chose d'autruy en garde, Fiduciarius.

Bailler en garde quelque argent, Committere, Credere alicui pecuniam, Deponere pecuniam apud aliquem.

Bailler ses biens en garde, Committere et mandare alicui bona sua.

Chose qu'on baille en garde, Depositum.

Donner en garde, Seruandum dare.

Se mettre en la garde et tutele d'aucun, Conferre se in fidem et clientelam alterius.

Rendre ce qu'on nous a baillé en garde, Depositum reddere.

Laisser la capitainerie et garde de la place, Praesidium statiuum deserere, aut ab eo emanere. B.

Dieu soit garde de toy, Aue, Aueto, Iubeo te saluere.

Estre de garde, Ferre annos et vetustatem, AEuum pati.

¶ Se donner de garde, Praecauere.

Se donner garde de quelque mal, Cauere malum.

Sans se donner de garde, Incaute.

Il se faut donner de garde, Prae cauto opus est.

Qui ne se donne point de garde, Incautus.

En se joüant il se donnoit de garde, Custodite ludebat.

Prendre garde, Animaduertere, Videre, Obseruare. B.

A quoy on doit prendre garde, Obseruabilis.

Bailler en la garde d'un huissier, In custodiam ostiario tradere. Ex Liu. lib. 22.

Ce prisonnier m'a esté baillé en garde, Hic captiuus in custodiam mihi traditus est. Liu. 16.

Prendre tousjours garde à quelque chose, In oculis habere aliquid.

Il faut prendre garde que, etc. Videndum est ne obsit benignitas.

Pour y avoir souvent prins garde on, etc. Ex obseruatu dicunt eum equum habere annos sexdecim.

Pren garde à ce, Hoc vide.

Je n'y pren point garde, il ne m'en chaut, Non laboro.

On a prins garde et apperceu, Obseruatum est.

Pren bien garde qu'est-ce que tu feras, Vide quid agas.

Qui prend garde, et de bien pres, Animaduersor acer et diligens.

Les gardes d'une espée.

garde


GARDE, s. f. et m. GARDER, v. act. [2e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Garde est fém. quand il exprime l'action de garder, et une femme qui garde et soigne un malade; il est masc. quand il signifie celui qui garde, et surtout ceux qui sont préposés à la garde du Roi. "Un garde du corps, un garde du Roi. Cependant l'usage le fait fém. en deux ocasions; les gardes Françaises et les gardes Ecossaises. En parlant distributivement, on dit, un Soldat, deux Soldats aux gardes, et non pas deux gardes Françaises, une garde Française. = Il est aussi fém. quand il est collectif, pour signifier des gens de guerre, qui font la garde. "Assoir, poser la garde. Relever, renforcer, doubler la garde, etc.
   REM. 1°. Garde se combine avec plusieurs verbes. — N'avoir garde régit de, et l'Infinitif. Ordinairement il signifie ne pas ôser: "Il n'a garde d'y revenir. Quelquefois pourtant il veut dire, ne pas pouvoir. "Ils n'avaient garde de le reconoître au milieu des flots. Télém. "Le Cardinal Infant n'avait garde de comander alors dans les Pays-bas, puisqu'il étoit mort à Bruxelles au mois de Mai. D'Avr. — L'Acad. fait observer que cette expression n'est que du style familier. = Se doner garde ou de garde de, se dit à peu près dans le même sens. La Touche admet l'un et l'aûtre: on ne se sert plus que du 2d. Les Français se donèrent bien de garde d'acuser l'Église Romaine. BOSS. — Leibnitz ajoute, à la préposition de, la négative ne. "Il se devait doner de garde de ne rien faire que ce qui lui seroit ordoné. Retranchez ne. C'est comme ceux qui disent je crains de ne faire, ou, je vous défends de ne pas faire. = Prendre garde régit à des noms, et à ou de des verbes. "Prenez garde à vous, à ce que vous faites. "Je prendrai garde une aûtrefois à ne pas me laisser surprendre: "Prenez garde de tomber. Ce dernier régime est le plus usité. On peut employer l'aûtre, sous la direction de l'oreille et du goût. * Se prendre garde de est un gasconisme. Montagne, qui était gascon, parlant des chiens, qui conduisent les aveugles: Je me suis pris garde, dit-il, comme ils s'arrêtent à certaines portes, etc. En Provence, plusieurs disent comme Montagne: je ne me suis pas pris garde de lui; il ne s'en est pas pris garde, pour dire, je ne l'ai pas apperçu; il n'y a pas fait atention. = Prendre garde, régit aussi le Subjonctif précédé de que et de ne. "Je l'avais souvent averti de prendre garde que ses débauches ne lui attirassent quelque grand malheur. — Il est à remarquer que ce régime du Subjonctif, s'emploie quand le Verbe régi ne se raporte pas au sujet (au Nominatif) du v. prendre garde, et l'Infinitif quand il s'y raporte. "Prenez garde que cet enfant ne tombe: prenez garde de tomber. — Il faut observer aussi que la particule ne est indispensable dans le 1er régime. * Prenez garde que persone vous séduise. Nouv. Test. Dites: ne vous séduise. — L'Acad. ne met point d'exemple de ce régime: c'est un oubli. = De garde, espèce d'Adjectif; facile à garder, à conserver. "Ces fruits sont ou ne sont pas de garde, de bonne garde: "Olives, figues sèches et aûtres nourritûres de garde. Pluche. "Les filles sont de difficile garde: il faut veiller soigneûsement à leur conduite. — On dit, dans un aûtre sens, qu'un homme est de bonne garde, pour dire, qu'il garde long-tems ce qu'il possède; et qu'un chien est de bonne garde, pour dire, qu' il garde, qu'il avertit bien. = En garde, adv. Être, ou se mettre, ou se tenir en garde, contre... se défier de... "À~ moins que d'être toujours en garde contre les discours de ces Messieurs, on prend insensiblement leurs sentimens. Sév. * M. Linguet dit se tenir de garde, et je crois qu'il est le premier à l'avoir dit: "Ces Spartiates se tiennent de garde contre cette molesse des Sibarites. — On dit, se tenir en garde et se doner de garde avec des sens et des régimes diférens. "La jeunesse doit se doner de garde de hanter des libertins. = Doner ou avoir en garde; le 1er régit l'Acusatif et le Datif; le 2d n'a que le 1er régime. "Il m'a doné sa bourse en garde: je l'ai eûe long-tems en garde.
   REM. 2°. Il y a grande diférence entre Capitaine des gardes, et Capitaine aux gardes: le 1er se dit d'un des quatre Capitaine des Gardes du Corps; le 2d, d'un Capitaine du Régiment des Gardes Françaises.
   REM. 3°. Garde entre dans la composition de plusieurs mots, mais il ne suit pas le genre du mot auquel il est joint. Garde-boutique, garde-chasse, garde-côte, garde-nape sont masculins, ainsi que garde-bois, garde-fou, garde-magasin. = On dit, dans le Dict. Gram. qu'il en est un de deux genres, garde-robe: on se trompe, il est toujours fém. aussi bien que garde-noble et garde-bourgeoise. Ceux-ci sont des termes de Pratique. = Il est à remarquer que dans ces composés, garde est indéclinable, et que le signe du pluriel ne doit afecter que le mot, qui lui est joint. On doit dire au pluriel, garde-côtes et non pas gardes-côtes, comme écrit M. Linguet ou son Imprimeur. Et ainsi garde-boutique, et non pas gardes-boutiques, comme on le lit dans la Marchande de modes, Th. d'éduc. Là, garde est un verbe: il ne doit donc point être décliné: mais dans gardes Françaises, gardes Suisses, garde, est un nom, c'est pourquoi on le décline. Et de plus, ce n'est pas un nom composé; et il ne doit point y avoir de tiret entre ces deux mots, comme on en met un dans les premiers. Voy. Pluriel, n°. 1°. Voy. aussi Prête et Porte.

Synonymes et Contraires

garde

nom féminin garde
2.  Corps de troupes.

garde

nom masculin garde
Personne qui a la charge de garder.
Traductions

garde

(gaʀd)
nom féminin
1. surveillance avoir la garde d'un enfant une garde de nuit monter la garde
en service, en activité un médecin une pharmacie de garde être de garde le week-end
2. fait d'avoir la charge de qqn Il a obtenu la garde de son enfant.
3. faire attention à qqch Prends garde au chien !
4. prévenir, informer qqn d'un danger Je l'ai mise en garde contre les risques.
5. groupe de militaires chargés de protéger qqn la garde royale

garde

Gardist, Wache, Wächter, Aufsicht, Bewachung, Bewahrer, Hut, Obhut, Schutz, Schwertgriff, Verwahrung, Wachmannschaft, Wacht, Wärter, Obsorgeguard, protection, custody, watch, conservation, maintenance, preservation, retention, keeping, charge, duty period, marshal, storage, warden, warder, watchman, spring, care, hilt, security guardbewaker, bewaring, wacht, behoud, bescherming, bewaarder, handhaving, hoeder, wachter, babysitster, bewaakster, bewaking, gevest [degen], toezicht, verdedigingshouding [sport], verpleegster, wacht(post), oppas, veiligheidsagentאבטוח (ז), זקיף (ז), משמר (ז), נוטר (ז), נוטרות (נ), שומר (ז), שמורה (נ), שמירה (נ), זָקִיף, שְׁמִירָה, אִבְטוּחַ, אַבְטָחָה, מִשְׁמָר, נוֹטְרוּתafwering, behoud, beskerminghlídka, bezpečnostní službabeskyttelse, sikkerhedsvagt, vagtgardisto, konservado, protektado, ŝirmadoconservación, defensa, guarda, protección, guardia, guardia de seguridadguardia, conservazione, preservazione, protezione, custodia, serbo, guardia giuratagustosguarda, guarda de segurançavaktare, väktare, säkerhetsvakt, vaktmlinzibekçi, güvenlik görevlisi, nöbetçiεθνοφυλακή, φύλακας, φύλακας ασφάλειαςحارِس, حَارِسُ الأَمْنvartijačuvar osiguranja, stražar見張り, 警備員경호원, 보안 감시인sikkerhetsvakt, vaktochroniarz, strażохрана, охранник, гвардияผู้คุ้มกันความปลอดภัย, ยามbảo vệ, lính gác保安员, 护卫队 (gaʀd)
nom masculin-féminin
1. personne chargée de surveiller qqch, un lieu Les gardes font des rondes à tour de rôle.
2. personne qui protège qqn un garde du corps
3. personne qui s'occupe d'un malade chez lui une garde de nuit

garde

[gaʀd]
nm/f
(= personne) [prisonnier] → guard
[domaine, parc] → warden
(= soldat, sentinelle) → guard
nf
[captifs] → guarding
Il est chargé de la garde des prisonniers → He's responsible for guarding the prisoners.
[surveillance, guet] (action)guard
(= faction) → watch
quatre heures de garde → four hours on guard
J'ai la prochaine garde → I've got the next watch.
monter la garde → to stand guard
[enfants, personnes âgées] → care
Ils cherchent quelqu'un pour la garde des enfants → They're looking for someone to look after the children.
avoir la garde des enfants (après divorce) → to have custody of the children
(= soldats) → guard
la relève de la garde → the changing of the guard
(BOXE, ESCRIME)guard
[arme] → hilt
(TYPOGRAPHIE) (aussi page de garde, feuille de garde) → flyleaf; (collée)endpaper
(autres locutions) être sur ses gardes → to be on one's guard
prendre garde → to be careful
prendre garde à → watch out for
Prenez garde au verglas → Watch out for black ice.
mettre en garde → to warn
Elle m'a mis en garde contre les pickpockets → She warned me about pickpockets.
mise en garde → warning
de garde (pharmacie)duty modif; (médecin)on call
La pharmacie de garde ce week-end est → The duty chemist this weekend is ...
Le médecin de garde était en état d'ivresse → The doctor on call was inebriated.
être de garde [pharmacien] → to be open; [médecin] → to be on call; [soldat] → to be on guard duty