garde-nappe

GARDE-NAPPE

(gar-de-na-p') s. m.
Porte-assiette d'osier, pour protéger la nappe. Grande plaque d'argent ou d'étain, avec de fort petits rebords, où l'on mettait le pot à l'eau, le vin et le pain. Au plur. Des garde-nappe ou nappes.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Le suppliant prist en l'ostel quatre gardenappes et une sauciere d'estain [DU CANGE, gardenappa.]
  • XVe s.
    Icellui Mathieu getta au suppliant ung garde-nappe à la teste, le cuidant frapper [ID., ib.]
    Une gardenape de bois, où on met le pot sur la table [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Garder, et nappe ; ital. guardanappa.