garnisaire

(Mot repris de garnisaires)

GARNISAIRE

(gar-ni-zê-r') s. m.
Terme d'ancienne jurisprudence. Gardien qu'on établissait dans la maison d'un débiteur saisi.
Aujourd'hui, celui qu'on établit chez les contribuables en retard, pour les obliger à payer.
Ceux [le parti royaliste sous la Restauration] qui haïssent tant le travail du dimanche veulent des traitements, envoient des garnisaires, augmentent le budget [P. L. COUR., Pétition pour les vill. qu'on empêche de danser]
Il s'est dit aussi de soldats établis au domicile des parents dont le fils n'avait pas répondu à l'appel de la conscription.

ÉTYMOLOGIE

  • Formé de garnir, sur le modèle de garnison. Le suffixe aire, ayant un sens passif (par exemple donataire), garnisaire signifie celui qui est mis en garnison.

garnisaire

GARNISAIRE. n. m. Celui qu'on établissait en garnison chez les contribuables en retard pour les obliger à payer, ou chez un débiteur pour garder les meubles saisis, ou chez les parents d'un jeune homme qui ne s'était point présenté pour la conscription.