garnisseur, euse

GARNISSEUR, EUSE

(gar-ni-seur, seû-z') s. m. et f.
Ouvrier, ouvrière employée pour garnir. Garnisseuse de chapeaux. S. f. Garnisseuse, machine à garnir les étoffes de laine.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Nus garniseres ne puet ne ne doit metre heut [poignée] à coutel, se li heut n'est touz d'une piece [, Liv. des mét. 168]

ÉTYMOLOGIE

  • Garnir ; provenç. garnidor.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    GARNISSEUR. Ajoutez :
    Dans l'exploitation du bois de flottage, ouvrier, ordinairement un enfant, qui a soin, lorsqu'une mise en état est achevée, d'introduire, au moyen d'un gros maillet dit pidance ou mailloche, des bois menus pour donner plus de solidité et remplir les vides [, Mém. de la Société centr. d'Agric. 1873, p. 265]
    Pendant le flottage en trains, les flotteurs, approcheurs et compagnons de rivière emportent chacun onze bûches, et les tordeurs et garnisseurs chacun neuf [, Arrêté du ministre de l'intérieur, 28 mai 1816]
    Garnisseuse de carde, ouvrière qui garnit les cardes.
    À la suite des réclamations des garnisseuses de cardes qui demandaient à avoir une heure pour manger [, le Petit Lyonnais, dans le Temps, 24 oct. 1876, 3e page, 4e col.]
    Terme de marine.
    Garnisseur, ouvrier qui travaille à la garniture, c'est-à-dire à la confection des agrès [, Décret du 27 juin 1876, Bull. des lois, part. suppl. n° 889, p. 786]